Israël en guerre - Jour 150

Rechercher

Israël accuse l’ONU de ne pas en faire assez pour faciliter l’entrée de l’aide à Gaza

100 camions d'aide humanitaire ont atteint Gaza dimanche via le poste-frontière de Rafah, soit 20 % du nombre de camions qui entraient quotidiennement dans la bande avant le 7 octobre

Des camions transportant de l'aide humanitaire, à proximité du poste-frontière de Rafah avec l'Égypte, dans le sud de la bande de Gaza, le 10 décembre 2023 (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Des camions transportant de l'aide humanitaire, à proximité du poste-frontière de Rafah avec l'Égypte, dans le sud de la bande de Gaza, le 10 décembre 2023 (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

L’organe du ministère de la Défense chargé des affaires civiles palestiniennes a accusé les Nations unies de ne pas en faire assez pour traiter l’aide humanitaire dans la bande de Gaza et a accusé l’organisme mondial d’être responsable du fait que les denrées n’atteignent pas la bande à un rythme assez rapide.

« Nous avons renforcé notre capacité pour inspecter l’aide acheminée à Gaza. Kerem Shalom va être ouvert, ce qui doublera le nombre d’inspections. Mais l’aide attend toujours à l’entrée de Rafah », a écrit mardi sur X le COGAT (Coordinateur des activités gouvernementales dans les Territoires palestiniens).

« L’ONU doit faire mieux – l’aide est là et la population en a besoin », précise le communiqué.

Avant l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre et depuis qu’Israël a lancé une opération militaire contre le groupe terroriste palestinien à Gaza, environ 500 camions d’aide humanitaire entraient quotidiennement à Gaza, principalement par le point de passage israélien de Kerem Shalom.

Cependant, à la suite de l’assaut terroriste, au cours duquel les terroristes du Hamas ont tué 1 200 personnes et pris plus de 240 otages, Israël n’a autorisé l’entrée de l’aide à Gaza que par le point de passage égyptien de Rafah, après que chaque camion a été inspecté.

Afin de faciliter l’augmentation du nombre de camions fournissant de l’aide entrant chaque jour dans la bande de Gaza, Israël a annoncé la semaine dernière qu’il ouvrirait le point de passage de Kerem Shalom avec Gaza pour l’inspection des camions d’aide humanitaire avant qu’ils n’entrent dans la bande de Gaza par le point de passage de Rafah, en Égypte.

Le 8 décembre, le responsable du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) a affirmé que les efforts pour fournir de la nourriture, de l’eau et d’autres produits de première nécessité étaient compliqués et que l’ONU et ses partenaires étaient freinés par la nécessité de trouver des routes qui n’ont pas été minées ou détruites.

Ces derniers jours, la distribution de l’aide – principalement de la farine et de l’eau – n’a été possible que dans et autour de Rafah, à la frontière avec l’Égypte, en raison des combats et des fermetures de routes par l’armée israélienne, a déclaré mercredi l’OCHA.

Dimanche, une centaine de camions transportant de l’aide humanitaire sont entrés dans la bande de Gaza, a déclaré Wael Abu Omar, porte-parole de l’Autorité palestinienne des points de passage, soulignant que ce chiffre était loin de répondre aux besoins.

À l’intérieur des abris et des zones protégées, les civils de Gaza ont été confrontés à de graves pénuries de nourriture, d’eau et d’autres produits de première nécessité. Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux depuis mercredi dernier montrerait des Palestiniens désespérés en train de saccager un stock de vivres d’une agence de l’ONU dans la bande de Gaza, ce qui soulève des questions sur la distribution de l’aide par le groupe humanitaire.

Des camions d’aide humanitaire entrant dans la bande de Gaza par le poste-frontière avec l’Égypte, Rafah, avant la fin de la trêve, attendant à la frontière, le 1er décembre 2023. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

Les vidéos et les affirmations sur les comptes populaires des réseaux sociaux palestiniens ont exprimé leur colère contre l’agence controversée de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), l’accusant de retenir une aide indispensable.

Israël a répondu à l’attaque du 7 octobre par une incursion aérienne et terrestre visant à éliminer le Hamas. Plus de 17 700 personnes seraient mortes, selon le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

Selon l’ONU, environ 85 % des 2,3 millions d’habitants de Gaza ont été déplacés par la guerre, certains plus d’une fois, alors que l’opération de Tsahal contre le Hamas continue de s’élargir et de s’étendre vers le sud.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.