Rechercher

Israël et la Jordanie d’accord pour un échange énergie solaire contre eau

Jérusalem prévoit la construction d'une centrale solaire dans le royaume pour produire de l'électricité et alimenter une usine de dessalement en Israël qui enverra l'eau vers Amman

De gauche à droite : la ministre de l'Énergie et des Ressources en eau Karine Elharrar, la ministre des Émirats arabes unis Mariam Almheiri et le ministre jordanien de l'Eau et de l'Irrigation Mohammed Al-Najjar signent un accord sur l'eau lors d'un événement à l'Expo de Dubaï le 22 novembre 2021. En tant qu'envoyé américain pour le climat John Kerry et la Couronne des Émirats arabes unis le prince Mohammed ben Zayed assistent à la signature. (Crédit : Ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis/Twitter)
De gauche à droite : la ministre de l'Énergie et des Ressources en eau Karine Elharrar, la ministre des Émirats arabes unis Mariam Almheiri et le ministre jordanien de l'Eau et de l'Irrigation Mohammed Al-Najjar signent un accord sur l'eau lors d'un événement à l'Expo de Dubaï le 22 novembre 2021. En tant qu'envoyé américain pour le climat John Kerry et la Couronne des Émirats arabes unis le prince Mohammed ben Zayed assistent à la signature. (Crédit : Ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis/Twitter)

La Jordanie et Israël ont convenu lundi d’un accord devant permettre au royaume hachémite de fournir de l’énergie solaire à l’Etat hébreu, qui livrera en échange de l’eau dessalée à son voisin en grande partie désertique, selon une déclaration d’intention signée lundi.

Ce document, préparé sous l’égide des Etats-Unis, a été signé par des ministres des deux pays lors de l’exposition universelle de Dubai, aux Emirats arabes unis, en présence de l’envoyé spécial américain pour le climat, John Kerry.

Ce projet est le « plus important » depuis la paix entre les deux pays signée en 1994, a déclaré dans un communiqué la ministre israélienne de l’Energie, Karine Elharrar.

Ses avantages « ne s’évaluent pas seulement en terme d’électricité verte ou d’eau dessalée, mais aussi du point de vue du renforcement des relations avec le voisin ayant la plus longue frontière avec Israël », s’est-elle félicitée.

Une centrale solaire d’une capacité de 600 mégawatt, qui selon la presse devrait être construite par les Emirats arabes unis, doit exporter de l’énergie verte en Israël. L’Etat hébreu livrera en retour 200 millions de mètres cubes d’eau dessalée au royaume.

Vue sur la nouvelle installation solaire financée par l’Allemagne, au camp de réfugié Zaatari, en Jordanie, le 13 novembre 2017. (Crédit : AFP / KHALIL MAZRAAWI)

Les études de faisabilité du projet doivent débuter en 2022.

La Jordanie souffre de sécheresses extrêmes. Ainsi, même lorsque les deux nations étaient en guerre après la création de l’Etat d’Israël en 1948, elles ont tenu des réunions de coopération dans le domaine de l’eau.

Israël est également un pays chaud et sec mais de nouvelles technologies ont réduit le coût du traitement de l’eau salée. Le pays, leader mondial en dessalement, peut ainsi vendre davantage d’eau à son voisin, sans compromettre la demande intérieure.

Cette coopération pourrait améliorer les relations bilatérales, qui s’étaient largement détériorées sous l’ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Le Premier ministre Naftali Bennett s’adresse au cinquième sommet annuel des médias chrétiens à Jérusalem, le 11 novembre 2021. (YouTube/Capture d’écran)

Naftali Bennett, Premier ministre depuis juin, a lui fait du renforcement des liens avec Amman une priorité.

En octobre, Israël a déjà signé un accord doublant la quantité d’eau fournie à la Jordanie, qui a besoin de quelque 1,3 milliard de mètres cubes d’eau par an.

Il encadre la vente par Israël de 50 millions de m3 d’eau par an au royaume hachémite en plus des 55 millions de m3 qu’il lui fournit déjà gratuitement chaque année.

Il permet aussi à Amman d’acheter de l’eau supplémentaire à 65 cents le m3 pendant un an, avec une option d’achat du même montant pour deux ans supplémentaires mais à un prix légèrement plus élevé.

En novembre dernier, la ministre israélienne de l’Economie, Orna Barbivai, et son homologue jordanien, Yousef Alshamali, s’étaient rencontrés en Jordanie pour discuter des liens bilatéraux, la première rencontre de ce type en dix ans.

Les deux ministres avaient discuté de « divers moyens de renforcer les liens économiques entre les deux pays », y compris le renouvellement de l’accord commercial entre les deux pays, le tourisme et plus encore.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...