Rechercher

Les ministres de l’Économie d’Israël et de la Jordanie renforcent les liens

Orna Barbivai et Yousef Alshamali ont signé un accord pour autoriser un plus grand nombre d'exportations de la Jordanie vers l'Autorité palestinienne

La ministre de l'économie, Orna Barbivai, et le ministre jordanien de l'industrie, du commerce et de l'approvisionnement, Yousef Alshamali, se rencontrent en Jordanie, le 3 novembre 2021 (Crédit : Yossi Iphergan, GPO).
La ministre de l'économie, Orna Barbivai, et le ministre jordanien de l'industrie, du commerce et de l'approvisionnement, Yousef Alshamali, se rencontrent en Jordanie, le 3 novembre 2021 (Crédit : Yossi Iphergan, GPO).

La ministre israélienne de l’Economie, Orna Barbivai, et son homologue jordanien, Yousef Alshamali, se sont rencontrés en Jordanie mardi pour discuter des liens bilatéraux, la première rencontre de ce type en dix ans.

Les deux ministres ont discuté de « divers moyens de renforcer les liens économiques entre les deux pays », y compris le renouvellement de l’accord commercial entre les deux pays, le tourisme et plus encore.

L’un des points essentiels de la réunion était l’extension d’un accord d’exportation entre la Jordanie et l’Autorité palestinienne afin d’accroître le nombre de produits provenant de Jordanie et destinés aux zones palestiniennes, notamment les matériaux de construction, les tissus, l’électronique et les vêtements. M. Alshamali avait rencontré son homologue palestinien lundi pour discuter des détails, selon le site jumeau hébreu du Times of Israel, Zman Yisrael.

Grâce à cet accord, la valeur des exportations de la Jordanie vers l’Autorité palestinienne passera d’environ 150 millions de dollars par an à plus de 700 millions de dollars. Il s’appuie sur des accords économiques remontant à 1995, selon le ministère de l’Économie.

Les ministres israélien et jordanien ont également discuté des relations civiles et économiques entre les deux pays.

« L’économie est un pont vers d’excellentes relations entre les nations, certainement avec nos voisins jordaniens », a déclaré Mme Barbivai dans une déclaration vidéo.

« Les avantages commerciaux convenus aujourd’hui entre le gouvernement israélien et la Jordanie constituent une dimension importante dans le renforcement des relations diplomatiques entre les deux pays », a déclaré Mme Barbivai. « L’approfondissement des liens civils et économiques contribue aux relations bilatérales, à la sécurité nationale et à la protection de la frontière la plus longue et la plus tranquille d’Israël. »

Le mois dernier, Israël a officiellement accepté de doubler la quantité d’eau douce qu’il fournit à la Jordanie, l’un des pays les plus déficitaires en eau au monde.

La députée de Yesh Atid Karine Elharrar dirige une commission du contrôle de l’Etat le 8 mars 2016 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Karine Elharrar, ministre israélienne des Infrastructures, de l’Energie et des Ressources en eau, avait déclaré à l’époque que cet accord était la preuve que « nous voulons des relations de bon voisinage ».

La coopération entre la Jordanie et Israël dans le domaine de l’eau est antérieure au traité de paix de 1994. Israël est également un pays chaud et sec, mais la technologie de dessalement a ouvert des possibilités de vente d’eau douce.

Les liens naissants avec la Jordanie interviennent alors que les relations bilatérales s’étaient refroidies sous l’ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Naftali Bennett, qui a pris ses fonctions en juin, a fait du renforcement des liens avec Amman une priorité.

En juillet, Bennett a rencontré le roi Abdallah II en secret au palais de la couronne à Amman, lors du premier sommet entre les dirigeants des deux pays depuis plus de trois ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...