Rechercher

La ministre de l’Énergie accuse Netanyahu de nuire aux liens avec la Jordanie

Karine Elharrar rejette l'affirmation du chef de l'opposition selon laquelle Israël n'a rien obtenu en échange de l'accord sur l'eau passé avec son voisin

La ministre de l'énergie Karine Elharrar s'exprime lors d'une conférence de son parti Yesh Atid à Shefayim, le 22 septembre 2021. (Gili Yaari/Flash90)
La ministre de l'énergie Karine Elharrar s'exprime lors d'une conférence de son parti Yesh Atid à Shefayim, le 22 septembre 2021. (Gili Yaari/Flash90)

Une prise de bec politique s’est poursuivie dimanche à la Knesset au sujet d’un récent accord d’approvisionnement en eau à destination de la Jordanie voisine, la ministre de l’Énergie accusant le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu de diffuser des « fake news » sur le contrat. Dans le même temps, un ancien conseiller de l’ancien Premier ministre a critiqué l’approche de son ancien patron concernant les liens avec le voisin stratégique d’Israël lorsqu’il était en fonction.

La ministre de l’Énergie Karine Elharrar a déclaré à la radio de l’armée que la critique de l’accord, qui verra Israël doubler la quantité d’eau fournie à la Jordanie, était une tentative visant à nuire aux relations entre les deux pays.

La semaine dernière, les deux pays ont convenu qu’Israël vendrait 50 millions de mètres cubes d’eau supplémentaires par an à la Jordanie, doublant ainsi ce qu’il fournit déjà.

M. Netanyahu a critiqué l’accord, estimant qu’il donnait plus qu’Israël ne recevait en retour. Dans une déclaration, son parti, le Likud, a déclaré que, tout en reconnaissant l’importance des liens avec la Jordanie, l’approche de M. Netanyahu lorsqu’il était Premier ministre était que les relations devaient être réciproques et que si Israël donnait, il devait également recevoir.

« Ce n’est pas la façon dont les choses sont gérées en ce moment », selon la déclaration du Likud.

Elharrar a déclaré à la radio de l’armée que la Jordanie paie le même prix pour l’eau que les consommateurs israéliens.

« Le chef de l’opposition crée des fake news et prétend que nous donnons l’eau gratuitement, ce qui n’est pas le cas », a-t-elle déclaré. « Il ne s’agit pas de cadeaux, mais de relations qui doivent être développées. Il s’agit d’un atout stratégique pour Israël. »

Elle a déclaré que toute personne qui diffuse des informations erronées sur l’accord tente de nuire aux liens avec la Jordanie.

Le premier ministre Benjamin Netanyahu écoute Uzi Arad (G), conseiller à la sécurité nationale, lors de la réunion hebdomadaire du cabinet qui se tient au bureau du premier ministre à Jérusalem, le dimanche 27 décembre 2009. (Kobi Gideon / FLASH90)

L’accord sur l’eau intervient après un refroidissement des relations bilatérales sous Netanyahu. Bennett, qui a pris ses fonctions en juin, a fait du renforcement des liens avec Amman une priorité. La demande de plus d’eau par la Jordanie aurait été repoussée par Netanyahu en raison des tensions entre les pays.

En juillet, M. Bennett a rencontré le roi Abdallah II en secret au palais de la couronne à Amman, lors du premier sommet entre les dirigeants des deux pays depuis plus de trois ans.

Uzi Arad, ancien chef du Conseil national de sécurité qui a été conseiller de Netanyahu sur les affaires jordaniennes lorsqu’il était Premier ministre, a soutenu Elharrar sur l’importance stratégique de l’amélioration des liens avec la Jordanie, et a critiqué le Likud pour s’être vanté d’une meilleure gestion par Netanyahu des relations avec le royaume hachémite.

« Vous ne pouvez pas gérer les affaires jordaniennes avec une attitude provocatrice », a déclaré Arad à la radio de l’armée, ajoutant que les avantages stratégiques et de renseignement qu’Israël tire de la Jordanie étaient « énormes ».

Le fait que la plus longue frontière d’Israël nécessite si peu de présence militaire par rapport à ses autres frontières « vaut des centaines de fois » l’eau qu’elle fournit à la Jordanie, a-t-il déclaré.

Le Premier ministre Naftali Bennett s’exprime lors de la réunion hebdomadaire du cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 17 octobre 2021. (AP Photo/Sebastian Scheiner, Pool)

Après l’annonce de l’accord sur l’eau, Netanyahu a réagi en tweetant : « Juste au moment où la Jordanie resserre ses relations avec l’Iran, Bennett a doublé la quantité d’eau qu’Israël transfère à la Jordanie – sans qu’Israël n’obtienne rien de diplomatique en retour. »

L’eau supplémentaire qu’Israël fournira proviendra du lac de Tibériade, a déclaré à l’époque une porte-parole d’Elharrar.

La coopération entre la Jordanie et Israël en matière d’eau est antérieure au traité de paix de 1994 entre les deux pays. Comme la Jordanie, Israël est aussi un pays chaud et sec, mais la technologie du dessalement a ouvert des possibilités de vente d’eau douce.

La Jordanie est un des pays les plus pauvres au monde en eau. Cette année, la saison des pluies, qui s’étend d’octobre à fin avril, a été très faible. Les précipitations se sont élevées à 4,5 milliards de m3, soit 60 % seulement du volume qui arrose d’habitude le pays. D’après les experts, la Jordanie connaît une des plus graves sécheresses de son histoire et le pire est à venir. Les précipitations pourraient chuter de quasiment un tiers d’ici 2100, tandis que la température moyenne augmenterait de quelque 4,5 degrés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...