Rechercher

Israël perpétue la tradition britannique du tea time, avec une touche locale

L'antidote parfait contre l'hiver ? Une tasse de thé accompagnée de scones et de gâteaux à la crème

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Au Waldorf Astoria de Jérusalem, le thé est servi tous les après-midi (Courtoisie : Waldorf Astoria)
Au Waldorf Astoria de Jérusalem, le thé est servi tous les après-midi (Courtoisie : Waldorf Astoria)

C’est le moment de boire de grandes quantités de thé pendant les froides journées d’hiver, en essayant de rester au chaud dans les maisons israéliennes que beaucoup trouvent terriblement mal chauffées.

Mais que diriez-vous de vous installer dans un bon fauteuil moelleux et de prendre le thé de l’après-midi, cette tradition britannique bien connue qui consiste à prendre un thé à 16 heures, accompagné de sandwiches, de scones et de gâteaux ?

C’est désormais possible.

Le tea time peut être pris dans plusieurs endroits à Jérusalem, depuis les versions haut de gamme des hôtels Waldorf Astoria et King David de Jérusalem jusqu’à une option plus confortable au Kumkum dans le quartier de Baka à Jérusalem.

Kumkum, le terme hébreu désignant une bouilloire, sert à toute heure de la journée un thé britannique classique, avec d’excellents scones, de la crème fouettée et de la confiture, de délicats sandwichs sans croûte au fromage frais et au saumon, de la salade aux œufs, du concombre et une pâte à tartiner scandinave faite maison, ainsi que des pâtisseries, des fruits frais et une petite tasse à thé remplie de salade finement hachée – la touche israélienne – servie sur une tour à étages.

Les clients choisissent parmi une sélection de thés blancs, verts, noirs, oolong, au jasmin et aux herbes provenant du kibboutz Beit Alfa. Il y a également une soupe quotidienne, pour ceux qui ont besoin de quelque chose pour compléter ce repas léger.

La tour de scones, de crème, de fruits et de gâteaux de Kumkum, un salon de thé dans le quartier de Baka à Jérusalem, qui a ouvert en juillet 2021 (Courtoisie: Kumkum)

Elisheva Levy, la chef du Kumkum, est une Israélienne d’origine britannique qui a étudié la pâtisserie. Elle s’est associée à Michal Wosner, une avocate qui rêvait d’ouvrir un salon de thé et qui possédait l’espace idéal sous sa maison de la Route Bethlehem.

« Elle rêvait simplement de pouvoir descendre le matin et prendre une tasse de thé », dit Levy, « bien qu’elle le fasse très rarement ».

Les deux partenaires ont ouvert Kumkum en juillet, et depuis lors, Levy sert le thé de l’après-midi à des Sabras aussi bien qu’à des Israéliens nés en Grande-Bretagne et aux États-Unis, ou encore et à ce que Levy appelle la « bande des congés mat », qui vient le matin.

Plusieurs fois par mois, ils accueillent également des conférenciers, ce qui remplit le (très) petit espace ainsi que le jardin extérieur.

« Les Israéliens viennent pour l’expérience, tandis que les Britanniques et les Américains viennent pour les souvenirs », explique M. Levy.

Ils sont encore en train de peaufiner certains éléments du menu, comme une recette de scones provenant de la BBC, et de passer de la crème aigre à la crème fouettée, avec l’espoir de faire de la crème caillée – un processus qui prend trois jours – dans un avenir proche.

La tour à thé pour deux personnes, d’une valeur de 140 NIS, est également disponible en livraison, sans thé ni soupe.

Le menu est similaire au salon King’s Court du Waldorf Astoria, où une tour rectangulaire à trois étages déborde de gros scones, avec ou sans raisins secs, et d’une sélection délectable de petites pâtisseries crémeuses, dont des mille-feuilles au Ferrero Rocher, des mini-éclairs au caramel salé, des madeleines au citron et au miel, des brownies au chocolat et à la ricotta et de délicats gâteaux au citron à la pistache et aux baies, tous élégamment servis sur de la porcelaine.

« Je commence toujours mon thé par les scones », a déclaré le chef pâtissier du Waldorf, Idan Hadad, qui adore travailler avec les chocolats fins et les crèmes utilisés pour créer le thé de l’après-midi. « Quand c’est chaud à la sortie du four, vous en avez le vrai goût. Cela, suivi d’un bon sandwich, de quelque chose de sucré et on ferme le tout avec une tasse de thé chaude. »

Les serveurs du Waldorf installent des minuteurs à la table pour indiquer aux invités le moment exact où verser leur thé, qu’ils peuvent choisir parmi une carte de thés noirs et verts forts et de thés blancs et d’infusions plus légers.

Vous pouvez également partager une tour pour deux au prix de 255 NIS, servie tous les jours de 15h30 à 18h30.

Le thé de l’après-midi à l’hôtel King David de Jérusalem comprend une dose de café turc et un baklava (Courtoisie : Sivan Farag)

Traversez la rue jusqu’au King David pour son « High Tea » (bien qu’il s’agisse techniquement d’un thé de l’après-midi), servi dans le hall historique du dimanche au vendredi, de 16 h à 18 h, où le service de thé à 120 NIS peut également inclure une coupe de champagne, pour un supplément de 10 shekels.

Le thé au King David comprend de petits sandwichs sans croûte à base de saumon fumé, de concombre et de fromage frais, de camembert et de confiture d’oignons, ainsi que des scones, de petites tartes aux fruits et une confiserie au mascarpone particulièrement citronnée.

Contrairement aux tea time du Kumkum et du Waldorf, qui sont en vrac et servis avec une passoire, les thés du King David sont sélectionnés dans une boîte de sachets du Palais des Thés, une société de thé française. Un petit couvercle permet de garder la tasse à thé au chaud pendant que le thé infuse.

Pour une touche locale, les clients se voient servir une dose de café turc ainsi qu’un baklava sucré et collant et un carré de loukoum après le thé.

Si vous préférez prendre votre thé de l’après-midi à la maison, nous avons ce qu’il vous faut.

Kumkum vend des sachets de thé Beit Alfa, et vous pouvez vous arrêter à Betea House, au 18 de la rue Shlomtzion Hamalka, dans le centre-ville de Jérusalem, un magasin vintage spécialisé dans les services à thé, pour acheter une théière et des tasses.

Le Palais des Thés, déjà mentionné, a deux points de vente à Tel Aviv, l’un au marché Sarona et l’autre au 131 de la rue Dizengoff, avec une large sélection de thés et un personnel expert, ainsi qu’un site web et une application.

Pink Luk et Nadi Biran de Ho Yum Tea, une maison de thé de Tel Aviv axée sur les dégustations et les expériences (avec l’aimable autorisation de Ho Yum Tea).

Pour ceux qui ne se sentent pas assez informés pour faire des choix de thé éclairés, il y a Ho Yum Tea, un salon de thé dans le quartier de Florentin à Tel-Aviv, dirigé par Nadi Biran et Pink Luk – il est israélien, elle est chinoise – qui visent à se connecter aux amateurs de thé locaux et à exposer les autres à la culture chinoise.

« Le salon de thé est arrivé comme ça », dit Nadi Biran. « Nous avions besoin de nous concentrer sur les raisons pour lesquelles nous buvons certains thés et sur la façon de le faire ».

Le couple propose des dégustations hebdomadaires et des événements sur la culture chinoise, et a une boutique en ligne avec des thés de Chine, et bientôt d’Inde aussi, visant toujours à « aller plus hardcore dans le thé », a déclaré Biran, avec des types de thé traditionnels et anciens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...