Israël prévoit un achat « massif » de drones pour contrer l’Iran et ses alliés
Rechercher

Israël prévoit un achat « massif » de drones pour contrer l’Iran et ses alliés

Le plan quinquennal de Tsahal "améliorera la létalité de l'armée, en terme de précision et de réduction de la durée des campagnes" militaires, a déclaré Aviv Kohavi

Un drone Heron de l'armée israélien surovle Ashdod le 13 novembre 2019. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Un drone Heron de l'armée israélien surovle Ashdod le 13 novembre 2019. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Israël mise sur l’achat et le développement « massifs » de drones afin d’accroître sa supériorité militaire sur ses ennemis, l’Iran et ses alliés, et mener des opérations en zone urbaine, a annoncé jeudi l’armée en dévoilant les grandes lignes de son plan quinquennal.

Ce plan 2020-2024 a été approuvé par le ministre de la Défense Naftali Bennett, présenté au Premier ministre Benjamin Netanyahu et sera « approuvé » par le Conseil des ministres, ont indiqué les militaires.

Il « améliorera la létalité de l’armée, en terme de précision et de réduction de la durée des campagnes » militaires, a déclaré dans un communiqué le chef de l’armée israélienne Aviv Kohavi.

L’armée israélienne voit le Hezbollah libanais, le Hamas palestinien et les forces iraniennes Qods comme ses principaux ennemis.

Ces groupes terroristes « ont une capacité et une structure dignes d’une armée » et se préparent à un « barrage massif et sans précédent de roquettes et de missiles contre la population civile d’Israël et des infrastructures », a déclaré le porte-parole de l’armée Jonathan Conricus.

L’attaque pourrait venir de « deux à trois fronts » et ce, « simultanément », voire inclure des missiles de plus longue portée, a-t-il précisé lors d’une conférence téléphonique.

Le ministère de la Défense et le contractuel de la défense Rafael testent une version mise à jour du système de défense du Dôme de fer en janvier 2020. (Ministère de la Défense)

Israël mise pour l’heure sur son bouclier antimissile « Dôme de fer » pour intercepter les roquettes tirées pour l’essentiel de la bande de Gaza, enclave palestinienne contrôlée par le Hamas.

Deux ans plus tôt, Israël avait livré une guerre au Hezbollah, considérée comme la « première de l’histoire » où le nombre d’heures de vol des appareils sans pilote était « supérieur » à celui des avions avec pilotes, selon une étude de l’université de Tel-Aviv.

A l’époque, les drones étaient essentiellement israéliens. Or l’Etat hébreu a vu depuis ses rivaux se doter de drones, réduisant, selon certains experts, l’écart technologique entre Israël et ses ennemis.

« Nous voulons créer un plus grand écart entre nos capacités et celles de nos ennemis », a indiqué M. Conricus, en terme défensif, comme les systèmes anti-drones, mais aussi offensif, avec le développement de drones capables de mener des frappes en « milieu urbain ».

« Nous allons acquérir un nombre massif – acquérir, développer, ajuster et remettre à neuf – de drones afin d’être en mesure de mener des frappes très précises…. contre des ennemis qui se terrent ou se retranchent dans des zones urbaines », a ajouté M. Conricus.

Israël est déjà l’un des premiers producteurs de drones au monde, avec les Etats-Unis et la Chine. L’armée n’a pas dévoilé jeudi les sommes nécessaires à la mise en oeuvre de ce plan qui garde une constante: la menace, selon l’Etat hébreu, posée par l’Iran.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...