Rechercher

Israël va de nouveau envoyer des équipements défensifs en Ukraine

Le ministre de la Défense Benny Gantz a autorisé l’acheminement de casques et gilets pare-balles, s’abstenant toujours de fournir des armes offensives à Kiev

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des secouristes fouillent les décombres d’une maison détruite après une attaque russe dans un quartier résidentiel du centre-ville de Kharkiv, en Ukraine, le 9 juillet 2022. (Crédit : AP Photo/Evgeniy Maloletka)
Des secouristes fouillent les décombres d’une maison détruite après une attaque russe dans un quartier résidentiel du centre-ville de Kharkiv, en Ukraine, le 9 juillet 2022. (Crédit : AP Photo/Evgeniy Maloletka)

Le ministre de la Défense Benny Gantz a approuvé, mardi, l’envoi d’un nouveau lot d’équipements défensifs aux services d’urgence ukrainiens, toujours aux prises avec l’envahisseur russe.

Selon le cabinet de Gantz, ce sont 1 500 casques, 1 500 gilets pare-balles, des centaines de combinaisons de protection contre les mines, 1 000 masques à gaz et des dizaines de systèmes de filtration des matières dangereuses qui seront acheminés en Ukraine dans les prochaines semaines, a précisé le ministère de la Défense.

Afin de préserver sa relation avec Moscou, Jérusalem s’est jusqu’à présent abstenu de fournir une aide militaire directe à Kiev – que ce soit des armes offensives ou une technologie défensive avancée – depuis l’invasion russe, le 24 février dernier.

Israël est l’un des seuls pays à entretenir des relations relativement chaleureuses à la fois avec l’Ukraine, qui fait partie du club des démocraties occidentales, et la Russie.

Israël s’est malgré tout trouvé en porte-à-faux vis-à-vis de la Russie, écartelé entre une forme de soutien à l’Ukraine et le désir de garantir la liberté de mouvement dans le ciel syrien, à la main de Moscou.

Des casques et gilets pare-balles sont expédiés en Ukraine le 19 mai 2022 (Crédit : Ministère de la Défense)

En avril, après avoir longtemps refusé les demandes ukrainiennes, Gantz avait finalement autorisé un premier envoi aux services d’urgence ukrainiens, à hauteur de 2 000 casques et 500 gilets pare-balles.

Cette volte-face et ce changement de ton de la part des politiciens israéliens est le fruit d’informations faisant état de meurtres de masse de civils, de viols et d’autres atrocités commises par les forces russes dans la banlieue de Kiev, à Boutcha.

À l’époque, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, qui est maintenant également Premier ministre, avait explicitement accusé la Russie de crimes de guerre, signant là les propos les plus forts d’un haut responsable israélien à l’encontre de Moscou.

Les relations entre Israël et la Russie ont également pâti des propos du ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, attribuant à Adolf Hitler une ascendance juive afin de justifier l’invasion de l’Ukraine comme une opération de « dénazification » d’un pays dont le président, Volodymyr Zelensky, est pourtant juif.

Jérusalem a beau avoir durci un peu le ton pour s’aligner sur les puissances occidentales, elle a jusqu’à présent fermement refusé de contribuer à l’effort militaire ukrainien.

Israël a, par ailleurs, fait parvenir une centaine de tonnes d’aide humanitaire à l’Ukraine et déployé un hôpital de campagne dans l’ouest du pays durant six semaines.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...