J.K. Rowling s’attaque à un auteur « antisémite » sur Twitter à propos de Corbyn
Rechercher

J.K. Rowling s’attaque à un auteur « antisémite » sur Twitter à propos de Corbyn

Simon Maginn s'en est pris aux "sionistes" pour soutenir le chef du Labour ; l'auteur de Harry Potter a répliqué : "A quelle autre minorité vous adresseriez-vous de la sorte ?"

L'écrivain britannique JK Rowling en 2010 (PhotoL Daniel Ogren CC BY-SA Wikimedia Commons)
L'écrivain britannique JK Rowling en 2010 (PhotoL Daniel Ogren CC BY-SA Wikimedia Commons)

J.K. Rowling a affronté un compatriote britannique sur Twitter, au sujet de ses critiques sur les plaintes des Juifs portant sur l’antisémitisme qui règne au sein du parti travailliste.

Simon Maginn, auteurs de cinq thrillers et de comédies satiriques qu’il a  signées Simon Nolan, a qualifié l’effroi des Juifs suite aux propos tenus par le chef du Labour Jeremy Corbyn, qui disait que les « sionistes » ne saisissent pas la culture anglaise, de « scandale manifestement synthétique » et a demandé à un utilisateur juif de Twitter « d’expliquer votre profonde conscience du préjudice ».

Rowling, qui n’est pas juive, a réagi : « Comment osez-vous dire à un Juif que son effroi est ‘manifestement synthétique ?’ Comment osez-vous demander qu’il expose sa douleur et ses craintes, pour les besoins de votre évaluation ? A quelle autre minorité vous adresseriez-vous de la sorte ? »

Maginn a alors demandé à Rowling d’expliquer, soulignant que Corbyn avait précisé que ses propos ne faisaient pas référence aux Juifs mais qu’il s’agissait « d’une blague compliquée sur le niveau d’anglais de l’ambassadeur palestinien ».

Durant la journée de dimanche, les échanges se sont poursuivis. Rowling a tweeté des citations de Jean-Paul Sartre extraites de Réflexions sur la question juive, et a fustigé Maginn pour avoir demandé à un Juif britannique d’expliquer ce qu’il ressentait de l’antisémitisme, « quand il existe littéralement des centaines de témoignages en ligne qui expliquent ce que les Juifs britanniques ressentent ».

Maginn a accusé Rowling de diffamation, pour l’avoir publiquement traité d’antisémite dans l’un de ses tweets, mais il a précisé qu’il « n’allait pas entamer de poursuites parce que je n’ai pas d’argent et vous en avez beaucoup, mais faux + calomnie = diffamatoire. Quelle classe vous avez. Quel tyran vicieux. [Je vous] bloque. »

Lundi matin, il a poursuivi son sermon, en commençant par un tweet : « BREAKING NEWS : A compter d’aujourd’hui, tous les propos tenus par Jeremy Corbyn ou ses sympathisants sont *automatiquement antisémites*, à moins qu’un panel composé de Dan Hodges, J K Rowling, Stephen Pollard et (en joker) David Baddiel en décide autrement. »

Dan Hodges est un chroniqueur du Daily Mail qui a accusé les partisans de Corbyn de soutenir ouvertement l’antisémitisme. Pollard est le rédacteur en chef du journal londonien Jewish Chronicle, et Baddiel est un comédien et militant juif qui oeuvre contre l’antisémitisme dans les matchs de foot britanniques.

Maginn a appelé Rowling à s’excuser pour son « accusation ignoble contre un étranger avec qui vous divergez politiquement » et a ajouté que « vos followers méritent surement mieux que ça de votre part. Et moi aussi. Je mérite des excuses. »

Rowling, qui compte 14,4 millions de followers sur Twitter, n’a pas réagi.

Ce n’est pas la première fois que Maginn tweete contre les Juifs. En juillet, en réponse à l’assouplissement de la définition de l’antisémitisme adopté par le Labour, il a écrit : « n’est-ce pas formidable qu’un groupe qui se dit réduit au silence, opprimé, impuissant, réussisse à rester dans l’actualité jour après jour, semaine après semaine, mois après moi, dans chaque journal et à la BBC. Cela doit être horrible d’être si opprimé, tellement réduit au silence. »

Ce n’est pas non plus la première fois que Rowling a défendu la cause antisémite sur Twitter. En avril, elle avait publié une capture d’écran d’un non-Juif tentant d’expliquer ce qu’était le judaïsme, – « le Judaïsme est une religion, pas une race » – et avait expliqué pourquoi il est inutile de définir ce qu’est le préjugé antisémite.

« La plupart des Juifs britanniques que je connais doivent actuellement faire face à ce genre de conneries, alors peut-être que certains d’entre nous, non-juifs, devraient commencer à porter le fardeau », avait-elle écrit.

« Les antisémites pensent que c’est un argument intelligent, alors dites-nous : les Juifs athées étaient-ils dispensés de porter l’étoile jaune ? ».

Elle avait également répondu à un message qui affirmait que les Arabes ne pouvaient pas être antisémites parce qu’ils sont sémites. « La bande des ‘arabes sont des Sémites’ est arrivée », avait-elle tweeté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...