Jérusalem : Les policiers démontent une statue anti-Netanyahu emblématique
Rechercher

Jérusalem : Les policiers démontent une statue anti-Netanyahu emblématique

Les agents ont retiré la sculpture, disant qu'elle a été posée sans permis ; l'artiste Itay Zalait, qui s'y était enchaîné avec un autre homme, est resté accroché à son socle

La police israélienne et les employés de la municipalité enlèvent une statue représentant un manifestant anti-Netanyahu aux abords de la résidence officielle du Premier ministre. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La police israélienne et les employés de la municipalité enlèvent une statue représentant un manifestant anti-Netanyahu aux abords de la résidence officielle du Premier ministre. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La police de Jérusalem a enlevé, dimanche matin, une statue devenue emblématique du mouvement anti-Netanyahu représentant un manifestant à genoux, le drapeau israélien entre les mains qui avait été installée, la nuit dernière, dans le cadre de la grande manifestation dénonçant le Premier ministre qui a rassemblé 20 000 personnes.

La municipalité de Jérusalem a fait savoir dans un communiqué que la statue avait été placée là sans autorisation et qu’elle posait un danger pour la sécurité, et notamment pour celle des protestataires.

La sculpture, qui porte le nom de « Héros d’Israël », s’est inspirée de l’image d’un manifestant qui avait été photographié agenouillé, tenant un drapeau israélien et luttant contre le liquide sous pression émanant d’un canon à eau lors d’une manifestation contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au mois de juillet dernier.

Dimanche matin, la police avait tenté de démonter la sculpture alors que deux individus – dont l’artiste et créateur de la statue Itay Zalait – s’y étaient enchaînés, fermant les bras autour de son socle.

La sculpture a finalement été enlevée de son socle et emmenée.

La police utilise un canon à eau lors d’une manifestation contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 18 juillet 2020. (Oded Balilty / AP)

Zalait, pour sa part, est resté attaché au socle et les passants se sont relayés en montant dessus et en prenant la pose devenue célèbre du manifestant représenté par la statue.

Avant le rassemblement de samedi soir, plusieurs protestataires, et notamment Zalait, s’étaient enchaînés à la sculpture pour empêcher qu’elle soit enlevée.

« J’avais dit à la police que je me détacherai de la sculpture vendredi mais ils ont préféré la scier au-dessus de moi, entraînant des étincelles qui m’ont touché la tête et qui m’ont brûlé au lieu de simplement la laisser et de me laisser partir. C’est très dérangeant et c’est très douloureux », a commenté Zalait devant les caméras de la Douzième chaîne.

C’est la deuxième fois que Zalait tente d’installer la sculpture « Héros d’Israël » à Jérusalem. Au mois de décembre 2020, la municipalité de Jérusalem avait enlevé la statue tandis que les agents de police plaçaient Zalait, qui tentait de s’interposer pour empêcher qu’elle soit déplacée, en état d’arrestation.

Une semaine plus tard, la sculpture avait été installée sur la place Rabin de Tel Aviv après approbation de la municipalité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...