Jérusalem salue le retour des sanctions américaines contre l’Iran
Rechercher

Jérusalem salue le retour des sanctions américaines contre l’Iran

De hauts responsables israéliens applaudissent cette décision comme un tournant historique qui pourrait mener à la chute de la République islamique

Jerusalem, vue du mont des Oliviers (Crédit : Wayne McLean/Wikimedia Commons/CC BY 2.0)
Jerusalem, vue du mont des Oliviers (Crédit : Wayne McLean/Wikimedia Commons/CC BY 2.0)

« Je félicite le président Trump et l’administration américaine d’avoir pris la décision importante d’imposer des sanctions à l’Iran. C’est un moment important pour Israël, les États-Unis, la région et le monde entier. Cela reflète la détermination de freiner l’agression de l’Iran dans la région et son intention de s’armer avec des armes nucléaires. J’appelle les pays d’Europe, qui parlent d’arrêter l’Iran, à se joindre à cette mesure. Le temps est venu de cesser de parler et d’agir, et c’est exactement ce que les États-Unis ont fait et ce que l’Europe devrait faire, » a écrit le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu dans un communiqué diffusé en début de soirée par son bureau.

« On se souviendra de cette décision courageuse pendant des générations », a écrit lundi le ministre de la Défense Avigdor Liberman sur son compte Twitter.

Le président américain Donald Trump a envoyé récemment des messages contradictoires sur l’Iran, imposant des sanctions et menaçant de faire la guerre tout en signalant dans le même temps la volonté de négocier sans conditions préalables. Mais Liberman dit qu’il a « changé de direction concernant l’Iran ».

« Plus d’accords et de soumission, mais plutôt une lutte déterminée pour arrêter le régime meurtrier de l’ayatollah, qui répand la terreur, la violence et la haine dans tout le Moyen-Orient », a-t-il déclaré.

Le ministre israélien du Renseignement, Israel Katz, a déclaré que les sanctions, qui débuteraient à minuit heure américaine, laisseraient deux choix à l’Iran : soit répondre aux exigences de l’administration américaine concernant son programme nucléaire frauduleux et son agression régionale, formulée en mai par le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo, soit risquer une crise financière et la chute du régime.

« La première option est bonne, la seconde est excellente », a-t-il tweeté. « Je salue les politiques sévères et justifiées du président américain. »

Le vice-ministre Michael Oren, ancien ambassadeur israélien aux Etats-Unis, qualifie le retour des sanctions de « retour au bon sens ».

« Dorénavant un régime qui soutient la terreur mondiale, massacre des centaines de milliers de civils, exige la destruction d’Israël, s’oppose à son propre peuple, et ment sur son programme nucléaire ne sera plus récompensé », a-t-il tweeté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...