Rechercher

Jérusalem se prépare à une foule importante aux obsèques du chef spirituel du Shas

Les autorités anticipent des embouteillages ; un grand nombre de secouristes seront stationnés le long du cortège pour la cérémonie en mémoire de Shalom Cohen, à 14h

Des hommes prient à côté de la dépouille du rabbin Shalom Cohen, chef spirituel du parti ultra-orthodoxe Shas, dans une synagogue de Jérusalem, le 22 août 2022. (Crédit :  Yonatan Sindel/Flash90)
Des hommes prient à côté de la dépouille du rabbin Shalom Cohen, chef spirituel du parti ultra-orthodoxe Shas, dans une synagogue de Jérusalem, le 22 août 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Des dizaines de milliers de personnes devraient affluer à Jérusalem dans l’après-midi de lundi pour les funérailles du rabbin Shalom Cohen, le chef spirituel du parti ultra-orthodoxe Shas – des funérailles qui devraient entraîner d’importantes difficultés de circulation.

Le cortège funéraire devrait partir dès 14h de la yeshiva Porat Yosef, située dans le quartier Geula de Jérusalem – que dirigeait Cohen par le passé – en direction du cimetière Sanhedria.

Un grand nombre d’employés des services de premier secours seront présents, notamment la police et les urgentistes du Magen David Adom, qui a fait savoir que ses personnels seraient déployés tout le long du cortège et qui a vivement recommandé aux personnes assistant à ces obsèques d’amener de l’eau, d’éviter les cohues et de ne pas monter sur les toits ou sur les poteaux, ce que font souvent ceux qui désirent avoir une meilleure vision des événements.

La ministre des Transports Merav Michaeli a averti que la circulation serait modifiée dans la Ville sainte pour « permettre aux Israéliens de venir pour rendre un dernier hommage » au défunt.

La police a ultérieurement fait savoir que de nombreuses routes entourant le cimetière seraient fermées dès 13h – notamment les rues Bar Ilan, Malchei Yisrael ainsi qu’une partie du boulevard Levi Eshkol. Les forces de l’ordre ont noté que les artères de circulation seraient rouvertes au fur et à mesure du passage du cortège et elles ont recommandé aux usagers souhaitant se rendre dans le secteur d’utiliser les transports publics.

Le maire de Jérusalem, Moshe Lion, a ordonné que les travaux effectués sur une nouvelle ligne de tramway, le long de la rue Bar Ilan – c’est une importante artère de circulation située aux abords du cimetière – soient arrêtés dès dix heures du matin. Ils reprendront à l’issue des funérailles.

Cohen sera inhumé à côté de son épouse et à proximité de la tombe où repose le rabbin Ovadia Yosef, ancien chef spirituel du Shas mort en 2013. Des centaines de milliers de personnes avaient assisté aux obsèques de Yosef à Jérusalem, qui avaient entraîné l’un des plus grands rassemblements de toute l’Histoire d’Israël.

« Pour l’honneur de la Torah, c’est un devoir pour tous de venir prendre part aux funérailles de Cohen », a dit lundi le grand-rabbin séfarade Yitzhak Yosef, le fils de Yosef.

Des centaines de milliers de personnes lors des funérailles du chef spirituel du Shas, le rabbin Rabbi Ovadia Yosef, le 7 octobre 2013. (Crédit : Flash90)

La nouvelle de la mort de Cohen a entraîné les hommages des politiciens de tout le spectre politique. Cohen, 91 ans, avait été président du Conseil des Sages de la Torah au sein du Shas, qui représente les Juifs séfarades et mizrahis.

Son décès a été annoncé par Aryeh Deri, à la tête du parti Shas, qui n’a pas précisé les causes de sa mort. Cohen avait été hospitalisé à de nombreuses reprises, l’année passée, et il était retourné à l’hôpital pour une infection à la jambe, ces dernières semaines. Son état de santé s’était détérioré ces derniers jours. Les leaders ultra-orthodoxes et le Premier ministre Yair Lapid, son adversaire politique, avaient fait savoir qu’ils avaient prié pour lui.

Cohen devrait être remplacé, au Conseil, par Yizhak Yosef, a annoncé la Douzième chaîne. Le rabbin controversé terminera son mandat de dix ans de grand rabbin séfarade d’Israël l’année prochaine, ce qui lui ouvrira la porte du Shas.

Longtemps considéré comme un « faiseur de roi » dans la politique israélienne, le Shas a remporté au moins 10 sièges à la Knesset de 1996 jusqu’aux élections de 2015, avant de perdre un certain soutien après la mort du Rav Ovadia Yosef, et faisait généralement partie de la coalition gouvernementale. Le parti a longtemps été un allié de Netanyahu et du Likud et l’a même suivi dans l’opposition, l’année dernière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...