Journée de la Terre : Heurts entre émeutiers palestiniens et armée israélienne
Rechercher

Journée de la Terre : Heurts entre émeutiers palestiniens et armée israélienne

La Journée de la Terre est un évènement annuel qui marque les émeutes de 1967 contre une décision du gouvernement de confisquer des terres en Galilée

Des manifestants palestiniens pendant la Journée de la Terre, dans le village de Madama, au sud de Naplouse, en Cisjordanie, le 30 mars 2017. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)
Des manifestants palestiniens pendant la Journée de la Terre, dans le village de Madama, au sud de Naplouse, en Cisjordanie, le 30 mars 2017. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Les manifestants palestiniens ont affronté des troupes de l’armée israélienne dans le nord de la Cisjordanie, alors qu’ils commémorent la Journée de la Terre, un évènement annuel qui marque les émeutes de 1967 contre une décision du gouvernement de confisquer les terres arabes israéliennes.

Les services de la Croix Rouge ont indiqué que 45 Palestiniens ont été blessés par des balles en caoutchouc durant la manifestation.

Une porte-parole de l’armée israélienne a déclaré qu’une enquête était en cours.

Selon l’armée, les Palestiniens ont jeté des pierres sur les forces de sécurités présentes sur les lieux.

Ailleurs en Cisjordanie, des dizaines de Palestiniens ont défilé devant une partie de la barrière de sécurité à l’extérieur de la ville de Beit Jala, dans la région de Bethléem.

Ils ont mis le feu à un pneu, ont lancé un objet métallique sur la barrière. La police israélienne a dispersé la foule au moyen de gaz lacrymogène.

Le 30 mars 1976, après l’annonce de la saisie de centaines d’hectares de terres par le gouvernement israélien en Galilée, des manifestations et une grève générale avaient été organisées.

La police israélienne avait répondu par des tirs qui avaient fait six morts. La saisie des terres avait ensuite été annulée.

Cet événement a été « un tournant majeur de l’histoire et de la lutte » des Arabes israéliens, explique Mohammed Barakeh, qui dirige le Haut comité de suivi, la principale instance représentant les Arabes israéliens.

Depuis, chaque année à la même date, des manifestations partent de différentes villes arabes d’Israël pour converger vers Deir Hanna, dans la région dite du « triangle arabe » dans le nord d’Israël.

Des manifestations ont également lieu chaque année le 30 mars dans les Territoires palestiniens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...