Kakhol lavan supprime ses clips anti-Netanyahu, Yesh Atid les republie
Rechercher

Kakhol lavan supprime ses clips anti-Netanyahu, Yesh Atid les republie

Désormais dans l'opposition, des militants de Yesh Atid auraient toujours accès au compte YouTube de la campagne électorale commune avec Kakhol lavan

Le leader du parti Kakhol lavan Benny Gantz après la présentation du 35e gouvernement d'Israël à la Knesset, le 17 mai 2020. (Crédit : Alex Kolomoisky/POOL)
Le leader du parti Kakhol lavan Benny Gantz après la présentation du 35e gouvernement d'Israël à la Knesset, le 17 mai 2020. (Crédit : Alex Kolomoisky/POOL)

Quelques jours après que Kakhol lavan a retiré les vidéos que le parti avait publiées sur YouTube lors de la récente campagne électorale, au cours de laquelle le ministre de la Défense Benny Gantz n’a cessé d’attaquer son désormais partenaire de coalition, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, les clips ont refait surface en ligne jeudi.

La Douzième chaîne a rapporté que les clips auraient été republiés par des militants de Yesh Atid qui ont accès au compte de la campagne commune menée avec Kakhol lavan avant que Benny Gantz ne rompe l’alliance pour rejoindre un gouvernement dirigé par son ancien rival.

Il n’y a eu aucun commentaire de la part des deux parties.

Depuis qu’ils se sont rassemblés pour former un gouvernement d’unité nationale, Gantz et Netanyahu se sont abstenus de se salir mutuellement comme ils l’avaient fait lors des trois tours de scrutin ayant précédé la conclusion de l’accord de coalition.

La première conférence de presse du nouveau gouvernement d’unité présidé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et par le Premier ministre d’alternance Benny Gantz à la Knesset, le 17 mai 2020. (Crédit : Alex Kolomoisky/POOL)

Cependant, les relations semblent avoir été mises à l’épreuve mercredi lorsque Gantz a interrompu une réunion avec Netanyahu après avoir eu connaissance d’une interview donnée par Miri Regev, dans laquelle la ministre des Transports du Likud a qualifié le leader de Kakhol lavan d’à « moitié cuit » et a déclaré qu’il n’était pas prêt à assumer le rôle de Premier ministre.

Selon l’accord de coalition, l’intéressé deviendra chef du gouvernement dans 18 mois, en novembre 2021, date à laquelle Miri Regev devrait devenir ministre des Affaires étrangères.

Quelques heures plus tard, les deux hommes se sont de nouveau rencontrés, et la Treizième chaîne a cité des sources proches comme ayant dit que les deux avaient mis les choses au point.

Gantz et Netanyahu se sont livré une bataille parfois acrimonieuse pour la direction du pays au cours des trois tours d’élections et de l’impasse politique de près d’un an et demi.

Pendant cette période, les deux hommes ont échangé diverses accusations mutuelles, l’ancien chef d’état-major accusant fréquemment Netanyahu de faire tout ce qui était en son pouvoir pour éviter un procès pour corruption et jurant qu’il ne ferait pas partie d’une coalition avec lui en raison des accusations de corruption.

La révélation du clip vidéo est intervenue après que le chef de Yesh Atid et le leader de l’opposition Yair Lapid ont accusé Gantz et le ministre des Affaires étrangères Gabi Asheknazi d’avoir « choisi le droit de garder le silence » à la suite des remarques de Netanyahu critiquant le système judiciaire avant son procès qui a débuté dimanche.

Yair Lapid (à gauche) et Benny Gantz, chef du parti Kakhol lavan, devant leurs partisans à Tel Aviv, le 20 février 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/FLASH90)

Gantz avait fait campagne pour la fin du mandat de Netanyahu en raison des accusations criminelles qui pèsent sur lui, mais il a publié dimanche une déclaration extrêmement édulcorée.

« Comme tout citoyen, le Premier ministre jouit lui aussi de la présomption d’innocence, et je suis sûr que le système judiciaire lui réservera un procès équitable », a-t-il tweeté.

« Je souligne à nouveau que mes collègues et moi-même avons pleinement confiance dans le système judiciaire et dans l’application de la loi », a-t-il ajouté. « En ce moment, peut-être plus que jamais, en tant qu’État et société, nous devons rechercher l’unité et la réconciliation, pour le bien du pays et de tous ses citoyens. »

S’adressant directement à ses anciens alliés, M. Lapid a déclaré : « Il y a une semaine, lorsque vous êtes entrés au gouvernement, vous avez dit : ‘Nous n’accepterons pas d’attaques contre l’État de droit.’ Il s’agit d’une attaque contre l’État de droit. Une attaque violente et frontale. Que comptez-vous faire à ce sujet ? Y a-t-il des principes pour lesquels vous êtes prêts à vous battre ? »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...