Rechercher

Kanye West avait été poursuivi par un ex-collaborateur en 2018 pour propos antisémites

Un ex-collaborateur du rappeur a déclaré aux médias américains qu’il avait fait l’éloge d’Hitler lors de réunions professionnelles. D’ex-collègues évoquent une « obsession nazie »

Kanye West arrivant à la Vanity Fair Oscar Party, à Beverly Hills, en Californie, le 9 février 2020. (Crédit : Evan Agostini/Invision/AP/Dossier)
Kanye West arrivant à la Vanity Fair Oscar Party, à Beverly Hills, en Californie, le 9 février 2020. (Crédit : Evan Agostini/Invision/AP/Dossier)

Des années avant ses récents propos antisémites publics qui lui ont coûté sa réputation et quelques milliards de dollars, le rappeur Kanye West avait déjà dédommagé un collaborateur pour ses propres propos antisémites, a fait savoir NBC News.

Dans le cadre d’un règlement à l’amiable, en 2018, inconnu à ce jour, l’ex-collaborateur, qui a souhaité garder l’anonymat, a soutenu que West, connu aujourd’hui sous le nom de Ye, avait fait l’éloge d’Hitler et des nazis lors de réunions d’affaires.

West avait nié en bloc, mias cette version est confirmée par six de ses ex-associés, avec lesquels NBC s’est entretenu et tous ont confirmé son goût pour Hitler et sa tendance à colporter des théories complotistes antisémites.

« C’est le même schéma qui se répète, encore et encore, toujours plus fort. Il est assez clair qu’il a une sorte d’obsession pour les nazis, répugnante, haineuse, pour le moins étonnante », a déclaré à NBC Ryder Ripps, un artiste juif qui a travaillé avec West pendant des années et assure avoir été témoin à plusieurs reprises de cette obsession pour le nazisme.

Un précédente information publiée par CNN a confirmé l’existence d’un autre règlement à l’amiable, cette fois avec le dirigeant d’une entreprise qui travaillait pour West.

Ce dernier avait indiqué que la star était obsédée par Hitler, au point d’avoir lu le manifeste antisémite Mein Kampf et d’avoir voulu donner son nom à un album (sorti en 2018, sous le titre « Ye »).

Ces informations attestent que l’antisémitisme de West était bien connu de ses associés et qu’il est bien antérieur à la menace proférée le mois dernier, « Mort au peuple juif ».

Cette sortie, et celles qui ont suivi, dans lesquelles West a repris des tropes antisémites sur le contrôle des médias par les Juifs, ont amené de grandes marques comme Adidas, Balenciaga et Vogue à mettre fin à leur collaboration.

Par ailleurs, un certain nombre de célébrités, dont son ex-épouse Kim Kardashian, ont publiquement témoigné leur soutien au peuple juif.

Ces informations soulèvent des questions sur le site d’informations à sensations TMZ, qui aurait effacé les propos antisémites de West lors d’une interview, en 2018.

D’anciens employés de TMZ ont déclaré que, de passage au studio, West avait fait l’éloge d’Hitler et des nazis, propos qui n’avaient pas été publiés dans la version en ligne de l’interview, alors que d’autres propos choquants – comme l’esclavage par « choix » – se trouvent dans la version finale.

Kyrie Irving des Brooklyn Nets tente de contourner George Hill des Milwaukee Bucks lors de la première mi-temps d’un match de basket-ball de la NBA, le 26 octobre 2022, à Milwaukee. (Crédit : AP Photo/Morry Gash)

Après cette interview, le fondateur de TMZ, Harvey Levin, qui est juif, aurait demandé à ses collaborateurs d’« effacer tout ce qui concernait les Juifs », ont déclaré d’anciens employés à NBC.

De retour sur Twitter cette semaine, suite à l’acquisition de la plate-forme par Elon Musk, West a posté une photo de la star des Brooklyn Nets, Kyrie Irving, dans une publicité pour Nike, référence au partenariat d’Irving avec la marque de vêtements de sport, qui se poursuit malgré les récents propos antisémites de l’athlète.

Irving a présenté des excuses publiques, après avoir partagé un lien vers un documentaire antisémite, et Nike a publié dans la foulée une déclaration condamnant toute forme d’antisémitisme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...