Rechercher

Suspendu par les Nets, Irving finit par s’excuser d’avoir promu un film antisémite

Les Brooklyn Nets, premiers à dégainer, certes tardivement, une sanction réclamée par beaucoup à la NBA, confondante de passivité

Le gardien des Brooklyn Nets, Kyrie Irving, regarde à l'extérieur pendant la deuxième mi-temps d'un match de basket-ball de la NBA contre les Indiana Pacers, le 31 octobre 2022, à New York. (Crédit : AP/Jessie Alcheh)
Le gardien des Brooklyn Nets, Kyrie Irving, regarde à l'extérieur pendant la deuxième mi-temps d'un match de basket-ball de la NBA contre les Indiana Pacers, le 31 octobre 2022, à New York. (Crédit : AP/Jessie Alcheh)

Kyrie Irving a fini par s’excuser jeudi soir d’avoir promu un film à caractère antisémite, quelques heures après avoir été suspendu par les Brooklyn Nets, premiers à dégainer, certes tardivement, une sanction réclamée par beaucoup à la NBA, confondante de passivité.

« A toutes les familles de la communauté juive que j’ai blessées, je suis profondément désolé de vous avoir causé de la peine, et je m’en excuse », a écrit la star sur son compte Instagram.

Là même où, jeudi dernier, il avait diffusé une affiche de « Hebrews to Negroes: Wake Up Black America » avec un lien vers le site d’Amazon pour le louer ou l’acheter. Réalisé en 2018 par Ronald Dalton Jr, ce documentaire est adapté d’un livre éponyme datant de 2015 dans lequel il est écrit que « de nombreux juifs célèbres de haut rang » ont « admis » avoir « adoré Satan ou Lucifer ».

« Je veux clarifier ma position concernant la lutte contre l’antisémitisme, en m’excusant d’avoir mis en avant ce documentaire. Je n’avais aucunement l’intention de manquer de respect à l’histoire juive ou de perpétuer la haine. Je tire les leçons de cet événement malheureux et j’espère que nous pourrons trouver la compréhension entre nous tous », a-t-il ajouté.

Et de conclure: « ce film contient de la désinformation, des récits et un langage antisémites offensants pour la race/la religion juive, et j’assume l’entière responsabilité de mes actes ».

Quel avenir aux Nets ?

Ces excuses enfin prononcées, après un refus persistant, surviennent alors que son avenir au sein des Nets est devenu très précaire, la franchise de Brooklyn l’ayant finalement suspendu pour au moins cinq matches voire plus, tant qu’il ne corrigerait pas le tir.

« Nous avons été consternés, lorsque l’opportunité lui a été donnée devant la presse, que Kyrie ait refusé de dire sans équivoque qu’il n’a pas de croyances antisémites, ni de reconnaître le contenu haineux spécifique au film », ont justifié les Nets.

« Un tel manquement à désavouer l’antisémitisme est profondément troublant, va à l’encontre de nos valeurs et constitue une conduite préjudiciable à l’équipe », ont-ils ajouté, allant jusqu’à décider qu’Irving « ne peut plus être associé au club ».

Cette suspension « se prolongera tant que le joueur ne remédiera pas à l’impact négatif de sa conduite », ont-ils conclu.

Quel sort vont lui réserver les Nets, à présent qu’il s’est plié à cette exigence, sachant les problèmes récurrents qu’il leur cause? La saison passée, son refus de se faire vacciner l’a empêché de jouer de très nombreux matches.

Leur position tranche en tout cas avec les tergiversations de la NBA, qui se veut pourtant à la pointe du combat contre toute forme de racisme. De nombreuses voix se sont d’ailleurs élevées ces derniers jours pour dénoncer sa passivité, l’ancienne star Charles Barkley s’insurgeant qu’elle n’ait pas suspendu Irving.

Simple blâme de la NBA ?

Or, jeudi, son patron Adam Silver a simplement dit vouloir « rencontrer Kyrie en personne dans le courant de la semaine prochaine pour discuter de cette situation », après l’avoir blâmé pour ne pas avoir « présenté des excuses sans réserve et dénoncé plus spécifiquement le contenu vil et nuisible véhiculé par le film ».

Sur cette photo d’archives du 21 octobre 2016, le patron de la NBA Adam Silver s’adresse aux journalistes lors d’une conférence de presse, à New York. (AP Photo/Mary Altaffer, File)

« Je ne voulais pas faire de mal. Je ne suis pas celui qui a fait le documentaire », s’était aussitôt défendu Irving, avant de se montrer virulent face aux médias: « Où étiez-vous quand j’étais enfant et que j’apprenais les événements traumatisants de mon histoire familiale? ».

Une agressivité « sous le coup de l’émotion après avoir été injustement étiqueté antisémite », a-t-il ensuite justifié dans son message d’excuses.

Des fans portant des chemises assorties regardent le gardien des Brooklyn Nets Kyrie Irving (11) pendant la première mi-temps d’un match de basket-ball de la NBA contre les Indiana Pacers, le 31 octobre 2022, à New York. (Crédit : AP Photo/Jessie Alcheh)

Celui qui s’était déjà fait remarquer en septembre, en relayant sur Instagram un message du théoricien du complot Alex Jones parlant du « Nouvel Ordre Mondial », s’est engagé mercredi à faire un don de 500 000 dollars à des associations œuvrant pour l’éradication de la haine et de l’intolérance, parmi lesquelles l’ADL, une ONG qui lutte contre toute forme d’antisémitisme. Cette dernière a depuis refusé son argent.

Cette polémique fait écho à l’affaire Kanye West, suspendu de Twitter et Instagram après avoir écrit qu’il allait s’attaquer aux juifs. Le rappeur, qui dit souffrir de troubles bipolaires, a vu ses partenariats avec plusieurs marques comme Adidas être rompus, et plusieurs sportifs, comme l’ailier des Celtics Jaylen Brown, ont décidé de ne plus être représentés par son agence Donda Sports.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...