Kerry appelle Israéliens et Palestiniens à s’écarter du « précipice »
Rechercher

Kerry appelle Israéliens et Palestiniens à s’écarter du « précipice »

Une réunion du Quartet est prévue vendredi à Vienne, a indiqué Federica Mogherini à Berlin

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a appelé jeudi Israéliens et Palestiniens à s’écarter du « précipice », après une rencontre avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Berlin qui a coïncidé avec de nouvelles violences sur le terrain.

M. Kerry a néanmoins exprimé un « optimisme prudent » sur une amélioration de la situation, contrebalançant des déclarations la veille du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon qui s’était dit pessismiste lors d’une tournée de médiation au Proche-Orient.

Le chef de la diplomatie américaine a dit espérer que sa rencontre avec le dirigeant israélien et celles prévues en fin de semaine avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le roi Abdallah de Jordanie déboucheraient sur un apaisement du conflit.

Il a fait part devant la presse de son « optimisme prudent pour que dans les prochains jours quelque chose puisse être mis sur la table » afin d' »apaiser la situation et aller de l’avant ».

« Je suis impatient de rencontrer le roi Abdallah et le président Abbas et j’espère (…) que nous pourrons saisir l’occasion et quitter le bord du précipice », a ajouté M. Kerry.

Maintenir le « statu quo »

Cela passe par la réaffirmation du maintien du statu quo sur l’accès des musulmans au mont du Temple de Jérusalem, qui peuvent s’y rendre à toute heure alors que l’accès est limité pour les juifs. « Un nombre de propositions constructives ont été suggérées, dont des mesures qu’Israël pourrait prendre pour réaffirmer son engagement à maintenir le statu quo », a dit le porte-parole du chef de la diplomatie américaine, John Kirby. ‎

Dans la matinée, M. Netanyahu avait de nouveau qualifié de « mensonges » les affirmations palestiniennes concernant le mont du Temple : « Je crois qu’il est temps que la communauté internationale dise clairement au président Abbas d’arrêter de répandre des mensonges à propos d’Israël ».

Sur le terrain, un Israélien a encore été blessé jeudi à coups de couteau à Bet Shemesh, à l’ouest de Jérusalem, par deux terroristes, a indiqué la police. L’un a été tué et l’autre grièvement blessé par les forces de l’ordre. Un Palestinien a par ailleurs pris la fuite à Hébron (sud de la Cisjordanie) après avoir manqué son attaque au couteau contre un soldat israélien.

Avant les pourparlers, M. Kerry avait jugé « crucial de mettre fin à toutes les incitations, de mettre un terme à toute la violence », donnant le coup d’envoi d’un ballet diplomatique qui a duré une bonne partie de la journée dans la capitale allemande.

Réunion vendredi du Quartet

Le Premier ministre israélien a lui-même été accusé de jeter de l’huile sur le feu en affirmant que le grand mufti de Jérusalem Haj Amin al-Husseini, révéré par les Palestiniens, avait inspiré à Hitler en 1941 l’extermination des Juifs.

Outre la rencontre Kerry-Netanyahu, les entrevues bilatérales se sont enchaînées à Berlin.

Le chef de la diplomatie allemande, Frank-Walter Steinmeier a reçu séparément M. Kerry et la Haute représentante de l’Union européenne aux Affaires étrangères Federica Mogherini, l’UE étant le principal pourvoyeur de fonds des Palestiniens.

La chef de la diplomatie européenne a souligné que l’objectif était « d’au moins calmer la rhétorique » des deux camps.

Une réunion du Quartet (Russie, Etats-Unis, Union européenne, ONU) fondé en 2002 pour jouer, sans grand succès jusqu’ici, le rôle de médiateur dans le processus de paix israélo-palestinien, est prévue vendredi à Vienne, a indiqué Federica Mogherini à Berlin.

Cette dernière doit aussi rencontrer le président Abbas à Bruxelles « dans les prochains jours ».

Le roi de Jordanie a appelé, selon un communiqué diffusé après une rencontre avec M. Ban, au respect du statu quo et à une « paix juste et globale, sur la base d’une solution à deux Etats ».

Enfin, Israël a vivement dénoncé une résolution votée par l’Unesco condamnant « les agressions israéliennes » et des restrictions d’accès à la mosquée al-Aqsa, estimant que ce texte vise « à transformer le conflit israélo-palestinien en une confrontation religieuse ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...