Knesset : les députés ne peuvent voyager sur des vols payés par des ONG pro-BDS
Rechercher

Knesset : les députés ne peuvent voyager sur des vols payés par des ONG pro-BDS

Cette nouvelle règle fait suite à la liste noire de 20 organisations dont les membres ne sont pas autorisés à entrer dans le pays en raison de leur soutien au boycott d'Israël

Le député du Likud Yoav Kisch pendant une réunion de commission à la Knesset, le 14  juin 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Le député du Likud Yoav Kisch pendant une réunion de commission à la Knesset, le 14 juin 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Une commission de la Knesset a approuvé lundi un projet de loi interdisant aux membres de la Knesset de prendre des vols payés par des organisations considérées comme soutenant le boycott anti-israélien, a fait savoir le site Walla.

Ces organisations figurent sur une liste noire élaborée par le ministère des Affaires stratégiques qui a été publiée au début du mois.

Le projet de loi, approuvé par la commission de la Chambre à la Knesset – présidée par Yoav Kisch, issu du Likud – n’a pas besoin de recueillir l’approbation pleine et entière de la Knesset et elle est entrée en vigueur de facto de façon immédiate, a indiqué le site.

Le ministre des Affaires stratégiques Gilad Erdan (Likud) a déclaré au début du mois que les 20 groupes présents sur la liste et dont les membres sont interdits d’entrée en Israël font partie du mouvement BDS (Boycott, Divestment, and Sanctions) et oeuvrent constamment et ouvertement à délégitimer Israël.

Gilad Erdan, le 31 décembre 2017. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

« L’élaboration de cette liste est une autre avancée dans notre campagne contre la propagande mensongère des organisations de boycott », a commenté Erdan, qui est également ministre de la Sécurité intérieure. « Aucun pays ne permettrait à des visiteurs qui lui nuisent d’y entrer et certainement pas lorsque leur objectif est d’effacer Israël en tant que pays juif ».

Les leaders israéliens de l’opposition ont critiqué la politique gouvernementale contre le mouvement BDS au début du mois.

Le président du parti d’opposition Yesh Atid, le député Yair Lapid, a qualifié cette liste « d’idée idiote ».

« Les militants du BDS sont détestables mais c’est une idée idiote. Alors notre politique de lutte contre les boycotts est de mettre en place un autre boycott ? », s’est-il interrogé.

Lapid a indiqué qu’en plus de « porter préjudice à la guerre contre BDS », la liste n’a aucun sens dans la mesure où les membres de certains groupes juifs soutenant le BDS, comme JVP (Jewish Voice for Peace), « peuvent tout simplement faire l’alyah [immigrer en Israël sous les termes de la loi du retour] et ils seront là de toute façon ».

Avi Gabbay, leader de l’Union sioniste (Miriam Alster / FLASH90)

Le chef de l’Union sioniste Avi Gabbay a indiqué que le blocage des militants de BDS « ne suit aucune logique ».

« Ils font des dégâts à l’étranger. Et donc, s’ils se trouvent ici, ils ne peuvent pas faire les mêmes dégâts à l’étranger », a dit Gabbay, qui dirige la faction mais qui n’est pas membre de la Knesset.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...