Rechercher

Knesset : Un rapport révèle les effets négatifs du conflit de mai sur la Diaspora

Le rapport sur l’antisémitisme mondial en 2021 montre une hausse de 31 % - par rapport à 2020 - des messages de haine envers les Juifs sur Twitter. En mai, les contenus ont été multipliés par 6

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Des manifestants pro-palestiniens agressent des Juifs dans un restaurant à Los Angeles, le 19 mai 2021. (Capture d'écran : Twitter)
Des manifestants pro-palestiniens agressent des Juifs dans un restaurant à Los Angeles, le 19 mai 2021. (Capture d'écran : Twitter)

Un rapport annuel du ministère des Affaires de la Diaspora sur l’antisémitisme mondial a révélé une forte hausse des messages de haine en ligne contre les Juifs dans le monde pendant le conflit de mai 2021 qui a opposé Israël aux terroristes de la bande de Gaza. La pandémie a également fourni un terrain fertile aux débordements antisémites, certains attribuant le virus à une conspiration juive.

Le rapport, présenté au gouvernement à l’occasion de la réunion hebdomadaire du Cabinet ce dimanche, invite le ministre des Affaires de la Diaspora, Shai Nachman, à faire pression sur le gouvernement pour qu’il s’implique davantage envers les communautés juives dans le monde, particulièrement lorsque le pays est en conflit.

Ce document est publié quelques jours avant la Journée Internationale dédiée aux victimes de la Shoah, le 27 janvier prochain.

Dans un communiqué, le ministère a indiqué que les données utilisées pour documenter ce rapport avaient été collectées par le Système de Cybersurveillance de l’Antisémisme du ministère (SCMA), en analysant l’activité du géant Twitter ainsi que des « quatre plateformes alternatives ou extrémistes que sont 4Chan, 8Kun, BitChute et Stormfront ».

Des manifestants scandent des slogans et brandissent des pancartes lors d’une manifestation sur Whitehall en face de Downing Street au centre de Londres le 7 avril 2018 pour soutenir les Palestiniens dans la bande de Gaza, organisée par le Forum palestinien en Grande-Bretagne. (AFP PHOTO / Tolga AKMEN)

L’an dernier, le SCMA avait détecté 3,5 millions de messages sur les médias sociaux ayant un contenu antisémite, publiés par quelque 430 000 utilisateurs.

La grande majorité des messages à contenu antisémite publiés en 2021 l’ont été sur Twitter, avec 3,34 millions de messages représentant 94 % du contenu. Sur l’ensemble des messages antisémites publiés sur Twitter en 2021, 74 % relèvent de ce qui est qualifié par le ministère de « Nouvel antisémitisme », incluant un discours de haine à l’égard des Juifs mais faisant également référence aux « sionistes », à « Israël », à « Tsahal » ou au « Mossad ». Le reste relevait pour 21 % de l’ « antisémitisme classique » et pour 5 % de la « négation ou falsification de l’Holocauste ».

Le ministère a précisé que, parmi les sites alternatifs surveillés, 4chan avait été le plus actif dans la diffusion du discours haineux (57,2 % du total), suivi par BitChute (28,6 %).

Le rapport a révélé un pic de contenu antisémite au cours des 11 jours de conflit en mai 2021. Des terroristes du Hamas avaient alors tiré des milliers de roquettes sur des villes israéliennes, entraînant d’intenses frappes aériennes d’Israël en guise de riposte.

Des voisins se rassemblent dans une clairière jonchée de débris provenant d’une frappe aérienne lors de la guerre de 11 jours entre les dirigeants du Hamas de Gaza et Israël, à Beit Hanoun, dans la bande de Gaza, le 26 mai 2021. (Crédit : John Minchillo/AP)

En mai 2021, ce ne sont pas moins de 450 000 messages antisémites que le SCMA a identifiés sur Twitter, soit une augmentation de 230 % par rapport au même mois de 2020. Sur toutes les plateformes confondues, le nombre de messages appelant à la violence contre les Juifs, les sionistes et Israël a été multiplié par six en mai 2021 par rapport à mai 2020.

Il y a également eu une augmentation des incidents antisémites en dehors des réseaux sociaux, l’Anti-Defamation League (ADL) signalant une hausse de 115 % par rapport aux chiffres de mai 2020. En Grande-Bretagne, le Community Security Trust (CST), un groupe de coordination de la communauté juive, a noté que les actes antisémites avaient augmenté de 330 % dans les 30 jours suivant le 8 mai 2021.

« Lorsqu’Israël mène une opération militaire, cela a un impact énorme sur la vie des Juifs du monde entier », a déclaré le ministre Shai Nachman.

« Par conséquent, Israël a l’obligation morale de prendre des mesures pour aider les communautés de la diaspora à faire face à l’antisémitisme qui accompagne de telles opérations, qu’il s’agisse de la résilience communautaire face à l’intensification des attaques antisémites, d’informations claires et d’explications sur les activités d’Israël, ou toute autre forme de soutien appropriée, » a-t-il ajouté.

Le député de l’Union sioniste Nachman Shai assiste à une réunion du lobby pour le renforcement des liens avec le monde juif, tenue à la Knesset, le 27 juin 2017. (Credit : Yonatan Sindel/Flash90)

Au sujet de la pandémie, le ministère a conclu que « les restrictions liées à la COVID-19 avaient incité les opposants à de telles mesures à imputer la pandémie aux Juifs, accusés de profiter de la crise mondiale de la santé ».

Le ministère a ajouté que certains réfractaires au vaccin et aux mesures imposées pour endiguer le coronavirus avaient pu comparer les restrictions à la liberté de circulation imposées aux personnes non vaccinées aux restrictions imposées par les nazis aux Juifs, se livrant ainsi à la banalisation et à la falsification de la Shoah.

Il a également noté que « l’étoile de David avait été couramment utilisée lors des rassemblements contre la vaccination ».

Le ministère a mis en garde contre un certain discours antisémite américain, qui « pénètre le courant dominant de la politique nationale, les campus et même la rue. Les militants d’extrême-droite continuent de représenter une menace pour la sécurité des Juifs tandis qu’une coalition de militants de gauche s’emploie à exclure les Juifs, qu’ils considèrent comme un [groupe] privilégié appartenant à la majorité dominante et soutiens d’Israël. »

Des croix gammées ont été peintes à la bombe sur les portes d’entrée de la congrégation Shaar Hashomayim à Montréal, le 13 janvier 2021. (Crédit : Friends of Simon Wiesenthal Center)

Le ministère a déclaré que les villes présentant le plus grand nombre d’utilisateurs de médias sociaux affichant du contenu antisémite étaient Paris, New York, Los Angeles, Washington DC et Berlin.

Le rapport mentionne également que la police allemande a enregistré son plus grand nombre d’incidents antisémites depuis 2001, liés à des théories conspirationnistes, des assimilations de la Shoah avec les restrictions imposées par la pandémie ou encore le conflit de mai 2021 avec le Hamas.

« Des Juifs et des personnes perçues comme juives ont été violemment attaqués pendant l’opération militaire israélienne, et les maisons juives, les synagogues et les monuments commémoratifs de l’Holocauste sont devenus la cible de militants pro-palestiniens », a indiqué le communiqué.

En revanche, des chiffres antérieurs montrent que la France aurait enregistré une baisse de 15 % des incidents antisémites par rapport à 2019. Le ministère a noté que 2019 avait alors été utilisé comme baromètre, représentant la dernière année avant que « le confinement dans le cadre de la COVID-19 n’ait une incidence sur l’activité antisémite ».

Un manifestant tient une pancarte indiquant « non au pass nazitaire » lors d’une manifestation contre la vaccination obligatoire contre la COVID-19 pour certains travailleurs et l’utilisation obligatoire du pass sanitaire réclamée par le gouvernement français, à Montpellier, le 31 juillet 2021. (Crédit :
Pascal GUYOT / AFP)

Sur une note plus positive, le ministère a noté que la Commission européenne avait publié en octobre un plan stratégique décennal pour combattre l’antisémitisme, préserver la mémoire de l’Holocauste et favoriser la vie juive en Europe.

« Israël et les Juifs du monde ont un destin commun, et l’État d’Israël doit par conséquent assumer ses responsabilités et faire davantage pour aider à combattre l’antisémitisme dans le monde », a déclaré M. Shai. « Si Israël est le foyer du peuple juif, alors il doit répondre à ses préoccupations où qu’il se trouve. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...