Israël en guerre - Jour 66

Rechercher

La Banque d’Israël lance un plan de prêts à faible taux d’intérêt pour aider les PME

La Banque centrale fournira aux banques jusqu'à 10 Mds de NIS pendant 2 ans afin qu'elles puissent accorder des prêts à faible taux d'intérêt aux entreprises touchées par la guerre

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Le siège de la Banque centrale d’Israël, à Jérusalem, le 12 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le siège de la Banque centrale d’Israël, à Jérusalem, le 12 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La Banque centrale d’Israël a lancé lundi un programme destiné à aider les petites et moyennes entreprises (PME) à survivre pendant la guerre en cours conte le groupe terroriste palestinien du Hamas, en leur fournissant une bouée de sauvetage pour des crédits et des prêts à faible taux d’intérêt.

Dans le cadre de ce programme, la Banque centrale accordera aux banques israéliennes des prêts monétaires d’un montant maximal de 10 milliards de shekels pour une période de deux ans, au taux d’intérêt de la Banque d’Israël, qui est de 4,75 % moins 1,5 point de pourcentage. Le programme permettra aux banques locales d’accorder des prêts aux PME touchées par la guerre à des taux d’intérêt inférieurs d’environ 3,25 %, malgré le risque inhérent à l’octroi de crédits à ces entreprises pendant cette période difficile, a déclaré la Banque d’Israël.

Le programme de crédit est destiné à protéger les petites entreprises du bord de la faillite et à les aider à survivre à la période difficile de la guerre jusqu’à ce que leurs opérations reprennent leur pleine activité. Il sera accordé jusqu’à la fin du mois de janvier 2024.

Le gouverneur de la Banque centrale d’Israël, Amir Yaron, a déclaré que ce programme faisait partie d’une série de mesures mises en œuvre par la Banque centrale pour aider les entreprises à faire face aux difficultés économiques engendrées par la guerre.

« Nous continuerons à répondre aux diverses problématiques économiques soulevées par la guerre et à utiliser les divers outils à notre disposition si nécessaire », a déclaré Yaron.

La guerre a éclaté en Israël après le massacre perpétré par le Hamas le 7 octobre, au cours duquel quelque 3 000 terroristes armés ont fait irruption par voie terrestre, aérienne et maritime dans les communautés du sud d’Israël depuis la bande de Gaza, tuant plus de 1 400 personnes, pour la plupart des civils, notamment des bébés, des enfants et des personnes âgées. Au moins 240 personnes ont été enlevées et restent otages à Gaza.

Le site où une roquette tirée depuis la bande de Gaza a touché un bâtiment à Rishon Lezion un jour plus tôt, le 26 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le Hamas et d’autres groupes terroristes ont continué à faire pleuvoir des roquettes sur les villes israéliennes du nord et du sud du pays, déplaçant plus de 200 000 Israéliens et causant des dommages considérables malgré la couverture fournie par le système de défense anti-missile du « Dôme de fer ». Les salves continues de roquettes ont entraîné la fermeture de nombreuses entreprises et écoles.

Depuis le début de la guerre, la Banque d’Israël a pris un certain nombre de mesures pour faciliter le remboursement des prêts immobiliers et des prêts afin d’aider les ménages et les entreprises à faire face au fardeau financier.

Le mois dernier, la Banque centrale a demandé aux prêteurs et aux sociétés émettrices de cartes de crédit du pays d’accorder une aide financière, en particulier aux ménages et aux entreprises situés près de la bande de Gaza, ainsi qu’aux parents au premier degré des personnes tuées ou enlevées.

Dans le cadre de ce plan d’aide, les propriétaires qui font partie des groupes désignés sont autorisés à geler leurs remboursements d’emprunts pendant une période de trois mois et à ne pas payer d’intérêts ni autres frais. La mesure comprend également un report de trois mois des remboursements des prêts à la consommation.

La Banque d’Israël, qui a laissé les coûts d’emprunt stables à 4,75 % le 23 octobre, a répété ces dernières semaines que sa politique pendant la guerre se concentrait sur la stabilisation des marchés financiers et la réduction de l’incertitude, tout en laissant entendre qu’une réduction des taux d’intérêt était moins probable dans les semaines à venir.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.