La Belgique exonère d’une amende des survivants de la Shoah accusés d’évasion fiscale
Rechercher

La Belgique exonère d’une amende des survivants de la Shoah accusés d’évasion fiscale

Des dizaines de survivants néerlandais ont été exemptées de payer de lourdes amendes imposées pour défaut de déclaration de pensions spéciales versées par les Pays-Bas

Le village hollandais de Slootdorp, autrefois refuge des juifs fuyant les nazis, a été proposé comme hébergement aux réfugiés syriens et irakiens (Crédit : capture d'écran Google Maps)
Le village hollandais de Slootdorp, autrefois refuge des juifs fuyant les nazis, a été proposé comme hébergement aux réfugiés syriens et irakiens (Crédit : capture d'écran Google Maps)

Le ministère belge des Finances a dispensé des dizaines de survivants néerlandais de la Shoah de payer les amendes auxquelles ils ont été condamnés, car ils n’avaient pas déclaré des pensions spéciales reçues des Pays-Bas.

L’Alliance néo-flamande, le parti au pouvoir dans la région flamande de la Belgique, a mené une réforme de la réglementation fiscale fédérale mise en place ce mois-ci, qui exempte les survivants vivant en Belgique de lourdes pénalités qui leur sont imposées.

Les pénalités ont été imposées l’année dernière à des bénéficiaires d’une allocation des Pays-Bas connu sous le nom de WUV, qui est accordée à certains survivants de la Shoah par le Conseil des pensions et des bénéfices sociaux du gouvernement néerlandais. Dans les lettres envoyées aux bénéficiaires du WUV vivant en Belgique, l’autorité fiscale belge a exigé qu’ils remboursent les versements effectués depuis 2013.

Hans Knoop, journaliste juif néerlandais vivant en Belgique, a fait pression sur le gouvernement avec les survivants. Johan Klaps, député de l’Alliance néo-flamande, a contribué à faire passer la réforme des exemptions, a déclaré Knoop à JTA, avec la collaboration du ministre des Finances, Johan Van Overtveldt.

Hans Knoop, à gauche et Haviv Cnaan, en 1977. (Crédit : Wikimedia commons/Dutch National Archive)
Hans Knoop, à gauche et Haviv Cnaan, en 1977. (Crédit : Wikimedia commons/Dutch National Archive)

« L’Alliance néo-flamande mérite tout le crédit pour son rôle dans la résolution de la situation difficile des survivants de la Shoah qui avaient soudainement été pressés de payer des milliers de dollars qu’ils n’avaient pas, avec des effets dévastateurs pour leur bien-être mental » a déclaré Knoop mardi.

Elly Blik, survivante de la Shoah et bénéficiaire du WUV qui vit en Belgique depuis les années 1980, a déclaré qu’elle était « profondément troublée par les pénalités », ajoutant qu’elle n’était pas au courant de la nécessité de déclarer les paiements WUV aux autorités fiscales belges. Les bénéficiaires belges des pensions spéciales sont exonérés de payer les impôts sur le revenu.

« L’administration fiscale ne devrait pas poursuivre les victimes de guerre âgées de 90 ans », a déclaré Blik.

L’Alliance néo-flamande est devenue le plus grand parti belge lors des élections de 2014 et fait partie de la coalition gouvernementale. Il a fait des déclarations contre l’antisémitisme et a mené des actions juridiques et administratives pour lutter contre le phénomène. Le parti soutient également en grande partie Israël et jouit de solides liens avec les dirigeants juifs flamands.

Pourtant, certains politiciens de l’Alliance néo-flamande, l’un des nombreux partis qui soutiennent l’interdiction de l’abattage rituel des animaux en Belgique, ont été impliqués dans des scandales au cours desquelles les personnalités politiques ont été perçu comme ayant des sympathies nazies et des positions antisémites.

Un député, Karlijn Deene, a assisté cette année à une réunion des Belges qui ont combattu pour l’Allemagne nazie. En 2014, le ministre de l’Intérieur Jan Jambon, du même parti, s’est excusé pour avoir déclaré que bien que les collaborateurs nazis aient tort, « les gens avaient leurs raisons. »

Au cours des dernières années, l’Alliance néo-flamande s’est éloignée des sympathisants nazis et a entrepris des efforts considérables pour commémorer la Shoah.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...