Rechercher

La cérémonie anglophone de Yom HaZikaron aide une communauté à mieux se recueillir

Plus de 15 000 personnes ont suivi la diffusion en direct d'un événement organisé par le Centre du soldat solitaire de Jérusalem en hommage à Michael Levin

Elisa Levin Mindlin, sœur du soldat solitaire Michael Levin tué durant la deuxième guerre du Liban en 2006, raconte des histoires sur son frère lors d'une cérémonie en anglais organisée pour Yom HaZikaron sur la Colline des munitions de Jérusalem, le 30 avril 2017. (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israël)
Elisa Levin Mindlin, sœur du soldat solitaire Michael Levin tué durant la deuxième guerre du Liban en 2006, raconte des histoires sur son frère lors d'une cérémonie en anglais organisée pour Yom HaZikaron sur la Colline des munitions de Jérusalem, le 30 avril 2017. (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israël)

« Quand j’étais jeune et qu’on me demandait ce que je voulais faire quand je serais grande, ma réponse changeait chaque année, mais Michael, lui, disait toujours la même chose : Je veux déménager en Israël et entrer dans l’armée », a expliqué Elisa Levin Mindlin, la soeur de Michael Levin, un soldat né aux Etats-Unis et décédé lors de la deuxième guerre du Liban.

Levin Mindlin s’est exprimée dans le cadre de la cérémonie en anglais organisée à l’occasion de la Journée du souvenir à Jérusalem sur la Colline des munitions, dimanche dans la soirée, intitulée « les frères que nous avons perdus ».

C’est la deuxième année que le Centre du soldat solitaire organise cette cérémonie consacrée à Michael Levin, une initiative dont les organisateurs espèrent qu’elle aidera à sensibiliser au sacrifice des soldats seuls venus de pays anglophones et qu’elle permettra aux membres de la communauté qui vivent en Israël de mieux se lier à la journée nationale de deuil.

Israël célèbre sa Journée du souvenir du 30 avril au 1er mai, rendant hommage à 23 544 victimes de guerre et d’attentats terroristes. Deux sirènes ont retenti dans le pays, la première dans la nuit de dimanche et la deuxième à 11 heures dans la matinée de lundi.

« Ce que nous avons découvert, c’est qu’au sein de la communauté anglophone et en particulier à Jérusalem, la génération la plus âgée n’a généralement pas servi dans l’armée et souvent, elle a le sentiment d’être spectatrice lorsqu’elle regarde des Israéliens se recueillir sur une expérience vécue d’une telle intimité », explique Ari Kalker, directeur du logement et des Projets spéciaux au Centre du soldat solitaire.

« Nous avons voulu créer une plate-forme pour que ces gens puissent eux aussi se lier à cette journée, pour qu’ils découvrent des histoires et des existences avec lesquelles créer une relation, des récits venant d’individus qui leur ressemblent. C’est en anglais et c’est donc accessible. Yom HaZikaron fait partie intégrante de ce que nous sommes en tant que peuple ».

L’année dernière, l’Agence juive avait déjà rendu hommage à la famille de Michael Levin devant des participants du programme Massa à Latrun.

Michael Levin lors de sa cérémonie de prestation de serment dans l'armée israélienne (Autorisation: Lone Soldier Center)
Michael Levin lors de sa cérémonie de prestation de serment dans l’armée israélienne (Autorisation: Lone Soldier Center)

C’est la deuxième année que cet événement a été diffusé en direct (et mis à disposition pour être téléchargé ensuite) sur le site Internet et la page Facebook du Centre. Plus de 15 000 personnes ont regardé une partie ou l’ensemble de la cérémonie en live.

Kalker indique que le Centre espère que le téléchargement aidera la communauté de la diaspora au sens large à mieux se connecter à la gravité de la journée. « C’est un jour important pour le peuple Juif tout entier et il fait partie intégrante de qui nous sommes », a-t-il estimé.

« C’est important de pouvoir assurer cette diffusion en direct de manière à ce que tout un chacun dans le monde entier puisse le regarder », ajoute-t-il. « J’ai des tonnes d’amis avec lesquels je travaille et qui ne savent pas ce qu’est Yom HaZikaron, et lé cérémonie donne une idée de la gravité importante de cette journée ».

Pour ceux qui ont perdu des membres de leurs familles ou des amis, c’est également l’occasion de partager des souvenirs – dont l’histoire d’Alex Singer, tué au Liban en 1987.

Yocheved Rindenow, la soeur de Shlomo Rindenow, un soldat du New Jersey tué lors de l’explosion accidentelle d’une grenade, en 17 juillet 2016, a également partagé les souvenirs vécus avec son frère, « qui adorait l’humour, un gars spirituel, relax ».

Elle se rappelle d’un frère qui était toujours prêt à venir en aide et qui faisait du bénévolat auprès d’enfants handicapés durant l’été. Rindenow était le plus jeune d’une fratrie de 10 enfants et un « guerrier de la paix ».

« Il a eu le choix de vivre au même moment la lumière et l’obscurité et il a choisi la lumière », a-t-elle raconté. « Je demande à chacun d’inspecter le fond de son coeur pour faire ce choix ».

Shlomo Rindenow (Crédit : Facebook)
Shlomo Rindenow (Crédit : Facebook)

Mark Levin, la père de Michael, a pour sa part noté que l’histoire de Michael avait aidé à attirer l’attention vers les défis auxquels doivent faire face les soldats seuls en service au sein de l’armée israélienne.

« Les choses ont changé, il y a une compréhension, une prise de conscience et une appréciation réelle des soldats solidaires qui n’existaient pas à l’époque où Mikey servait au sein de l’armée », a-t-il constaté. Partager cette cérémonie avec un public international aide les Juifs de l’étranger à appréhender comment Israël honore ses défunts tombés au combat, a-t-il ajouté.

« Je souhaiterais que la Journée du souvenir en Amérique soit prise plus au sérieux au lieu de se résumer à des barbecues et à des ventes dans les centres commerciaux », a-t-il précisé.

Un certain nombre d’anciens soldats solitaires a fondé le Centre du même nom en l’honneur de Levin en 2009, ce parachutiste né à Philadelphie et mort au combat en 2006 au cours de la deuxième guerre du Liban.

Le Centre du soldat seul offre son aide à environ 6 300 soldats qui servent au sein de l’armée israélienne, et dont les parents se trouvent à l’étranger ou n’ont pas de contact avec le militaire pour diverses raisons, ce qui peut concerner également des soldats issus de milieux ultra-orthodoxes rejetés par les familles parce qu’ils sont devenus moins religieux.

Tziki Aud, center, and his lone soldier "children" at the Sacher Park barbecue in Jerusalem, April 26, 2012 (photo credit: Greg Tepper/Times of Israel)
Tziki Aud, au centre, et ses « enfants » soldats solitaires lors du barbecue organisé au Parc Sacher de Jérusalem, le 26 avril 2012 (Crédit : : Greg Tepper/Times of Israël)

Michael Levin est devenu un symbole pour les Juifs américains et sa tombe est recouverte de souvenirs laissés par les centaines de groupes de la fondation Birthrights et de touristes qui s’y arrêtent quotidiennement.

Les documentaires sur Levin, dont Un Héros aux Cieux, sont souvent diffusés à la télévision israélienne au cours de la Journée du Souvenir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...