La co-leader de la Marche des Femmes et le droit à l’existence d’Israël
Rechercher

La co-leader de la Marche des Femmes et le droit à l’existence d’Israël

Mallory a éludé la question en affirmant que des ‘universitaires juifs’ partageaient son point de vue que personne 'n’avait le droit d’exister au détriment d’un autre groupe’

Louis Farrakhan prononce un discours lors du  "Saviours’ Day" de la Nation de l'Islam à Chicago le 25 février 2018. (Capture d'écran : YouTube)
Louis Farrakhan prononce un discours lors du "Saviours’ Day" de la Nation de l'Islam à Chicago le 25 février 2018. (Capture d'écran : YouTube)

Tamika Mallory, la co-responsable de la Marche des Femmes, a refusé de répondre à une question sur le droit d’ISraël à exister dans un entretien avec PBS qui doit être diffusé dimanche.

L’entretien intervient à l’approche des manifestations qui doivent avoir lieu dimanche à travers les Etats-Unis. Pourtant, plusieurs groupes locaux du mouvement ont affirmé ne plus vouloir être affiliés au groupe national qui n’en aurait pas fait assez pour condamner fermement l’antisémitisme.

Vendredi, Margaret Hoover a présenté deux minutes de son programme d’interview ‘Ligne de feu’, qui sera diffusé dimanche sur PBS et dans lequel elle s’entretient avec Mallory. Cette dernière a dit ne pas être d’accord avec certaines des déclarations du chef de Nation of Islam Louis Farrakhan, qu’elle adule pourtant. Elle ne l’a toutefois pas désavoué, ni lui, ni son antisémitisme.

Hoover a essayé de prendre une direction détournée, demandant à Mallory si elle pensait qu’Israël devrait exister. Mallory n’a pas été coincée.

« J’ai répété à de nombreuses reprises que j’ai le sentiment que tout le monde a le droit d’exister, je pense simplement que personne n’a le droit d’exister au détriment d’un autre groupe, a-t-elle dit, ajoutant que certains « universitaires juifs » partageaient ce point de vue.

Hoover a pourtant insisté sur le sujet, et la situation s’est tendue.

« Est-ce que cela inclut Israël et les Israéliens ? », a-t-elle demandé.

« J’en ai fini de parler de ce sujet », a répondu Mallory.

« Je ne crois simplement pas qu’il faille avoir des connaissances universitaires pour dire qu’Israël a le droit d’exister », a déclaré Hoover.

La semaine dernière, Mallory a refusé de condamner les commentaires antisémites du chef de la Nation of Islam Louis Farrakhan, qu’elle avait qualifié « meilleur de tous les temps », dans une publication Facebook de 2017.

Louis Farrakhan prononce un discours lors du « Saviours’ Day » de la Nation de l’Islam à Chicago le 25 février 2018. (Capture d’écran : YouTube)

Lors d’un entretien tendu, Mallory a seulement dit qu’elle n’était pas d’accord avec beaucoup des déclarations de Farrakhan.

Des responsables de la Marche des Femmes se sont excusées pour ce qu’elles ont reconnu être des erreurs dans le traitement de l’antisémitisme. Certains groupes ont aussi pris leurs distances vis-à-vis du mouvement à l’approche de la troisième marche annuelle prévue samedi à Washington, DC, et simultanément dans d’autres villes à travers le pays.

Vendredi, l’élue Debbie Wasserman Schultz a été la dernière personnalité de premier plan à déclarer ne pas participer à la manifestation. Elle a dit qu’elle « devait prendre ses distances » de l’organisation nationale de la Marche des Femmes après l’incapacité de ses responsables à condamner l’antisémitisme.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...