La coalition saoudienne vise des cibles Houthis après l’attaque contre Aramco
Rechercher

La coalition saoudienne vise des cibles Houthis après l’attaque contre Aramco

Les rebelles yéménites ont tiré un missile lundi contre un site d'Aramco déclenchant l'incendie d'un réservoir de pétrole dans une usine de l'entreprise publique

Des nuages de fumée se sont formés à la suite d'une attaque aérienne de la coalition saoudienne dans la capitale yéménite Sanaa, le 27 novembre 2020. (Crédit : MOHAMMED HUWAIS / AFP)
Des nuages de fumée se sont formés à la suite d'une attaque aérienne de la coalition saoudienne dans la capitale yéménite Sanaa, le 27 novembre 2020. (Crédit : MOHAMMED HUWAIS / AFP)

La coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen a bombardé vendredi des camps des rebelles Houthis à Sanaa, quatre jours après une attaque contre un site pétrolier saoudien, ont constaté des correspondants de l’AFP et des témoins présents sur place.

Les rebelles yéménites, soutenus par l’Iran, ont tiré un missile lundi contre un site d’Aramco à Jeddah, la grande ville de l’ouest de l’Arabie saoudite, déclenchant l’incendie d’un réservoir de pétrole dans une usine de l’entreprise publique, première exportatrice de brut au monde.

Plusieurs frappes aériennes de la coalition ont visé vendredi matin des camps militaires des Houthis à Sanaa, la capitale, à Amran (au nord de Sanaa) et à Hodeida, la région portuaire à l’ouest du pays, selon des correspondants de l’AFP à Sanaa et des témoins sur place.

L’existence de victimes de ces raids n’a pas été confirmée.

« Nous nous sommes réveillés aujourd’hui avec des raids et le bruit de fortes explosions qui ont effrayé tout le quartier », a raconté à l’AFP Abdelkarim al-Qoudsi, un habitant de 41 ans, qui vit à Al-Hafa, un quartier dans l’est de Sanaa.

Un responsable houthi a dénoncé les raids de la coalition. « L’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis –  membres de la coalition – veulent nous effrayer avec leurs frappes aériennes, mais nous leur disons que leurs raids ne feront qu’augmenter notre force », a-t-il déclaré à l’AFP sous le couvert d’anonymat.

Depuis 2014, les rebelles contrôlent la capitale Sanaa et ont conquis une partie du nord du pays dans la guerre qu’ils livrent aux forces gouvernementales, appuyées par la coalition dirigée par Ryad. Cette coalition contrôle en revanche tout l’espace aérien du Yémen.

Un réservoir de pétrole d’Aramco endommagé après un tir de missile Houthis, à Jeddah, le 24 novembre 2020. (Crédit : Fayez Nureldine / AFP)

En réaction au soutien de l’Arabie saoudite au gouvernement yéménite reconnu par la communauté internationales, les Houthis ont multiplié les attaques contre le grand royaume voisin, comme celle de lundi ou celle de septembre 2019 visant une installation majeure d’Aramco.

Le conflit au Yémen a tué des dizaines de milliers de personnes, essentiellement des civils, selon des organisations humanitaires, et a plongé le pays déjà très pauvre dans la pire crise humanitaire au monde d’après l’ONU.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...