La communauté hassidique de Gour interdit le volontariat paramédical
Rechercher

La communauté hassidique de Gour interdit le volontariat paramédical

Les membres de la communauté Gour de moins de 30 ans ont l'interdiction de servir dans les organisations de secourisme, au risque de voir leurs enfants expulsés des écoles

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Personnel de secours et infirmier, y compris des paramédicaux ultra-orthodoxes, transportant une femme blessée sur les lieux de l'effondrement du dernier étage d'un bâtiment après l'explosion d'un réservoir d'essence dans le quartier de Gilo, Jérusalem, 20 janvier 2014. (Yonatan Sindel / Flash90)
Personnel de secours et infirmier, y compris des paramédicaux ultra-orthodoxes, transportant une femme blessée sur les lieux de l'effondrement du dernier étage d'un bâtiment après l'explosion d'un réservoir d'essence dans le quartier de Gilo, Jérusalem, 20 janvier 2014. (Yonatan Sindel / Flash90)

Le mouvement ultra-orthodoxe hassidique de Gour a émis une interdiction empêchant certains de ses membres de faire du bénévolat dans les organisations paramédicales ou dans la police, et aurait menacé d’expulser de ses institutions scolaires les enfants de ceux qui ne se plieraient pas la décision.

Un communiqué récent a interdit aux hassidim de Gur de faire du bénévolat auprès du plus grand service d’ambulance d’Israël, Magen David Adom, du service médical d’urgence de United Hatzalah, ou de la police, ont rapporté mardi des médias ultra-orthodoxes.

L’injonction, concernant les hommes de moins de 30 ans, ne fait que renouveler une interdiction précédente contre ce travail bénévole, selon le site d’information Hadrei Haredim.

Prochainement, les membres de cette communauté qui ont déjà fait du bénévolat dans le passé devront signer une déclaration indiquant qu’ils quittent les organisations interdites – ou seront confrontés à l’expulsion éventuelle de leurs enfants des écoles de Gour.

La raison invoquée pour cette interdiction est l’exposition à des modes de vie « inappropriés » à la conduite des hassidim de Gour, a rapporté le site d’information Israel National News. Le communiqué a également précisé qu’au fil des années, certains de ceux qui ont fait du bénévolat pour les organisations ont connu une « descente spirituelle », selon le rapport.

Magen David Adom et Hatzalah sont généralement parmi les premiers services à arriver sur les lieux d’accidents de voiture graves, d’attaques terroristes et d’autres incidents.

Les juifs ultra-orthodoxes adhèrent à des codes de pudeur stricts et sont soumis à des restrictions sur les contacts extraconjugaux avec des membres du sexe opposé, sauf circonstances extrêmes. La communauté Gour est connue pour observer les « Takanot » – un ensemble de directives strictes qui définissent comment les couples mariés doivent se conduire, en public et dans l’intimité.

Yaakov Litzman, ministre de la Santé, pendant une conférence à Jérusalem, le 16 février 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

De nombreux membres de la communauté ultra-orthodoxe – y compris les hassidim de Gour – servent dans les groupes paramédicaux. Le vice-ministre de la Santé Yaakov Litzman, qui a tous les pouvoirs ministériels, est un hassid de Gour.

Malgré les reportages des médias, Magen David Adom et United Hatzalah n’ont reçu aucune notification officielle de Gour à propos de l’interdiction ce mardi matin.

Le Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...