Rechercher

La dépouille d’un Israélien a été « enlevée » à l’hôpital de Jénine

Tiran Fero était originaire d'une ville à majorité druze ; Israël et l'AP sont en pourparlers pour la libération du corps, que les ravisseurs pensaient être celui d'un soldat

Tiran Fero. (Autorisation)
Tiran Fero. (Autorisation)

La dépouille d’un Israélien tué dans un accident de voiture à Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, a été « enlevée » de l’hôpital par des tireurs palestiniens, ont indiqué tôt mercredi des responsables militaires.

L’armée israélienne a indiqué que la dépouille de Tiran Fero, âgé de 18 ans, membre de la minorité druze, originaire de Daliyat al-Karmel et décédé mardi d’un « grave accident de la route » en Cisjordanie, a été « enlevée » dans l’hôpital de Jénine, bastion de factions armées dans le nord de la Cisjordanie, où son décès avait été prononcé, selon Tsahal.

L’armée israélienne a déclaré que Fero a été transporté dans un hôpital de la ville palestinienne dans un état critique, tandis que son ami a été transféré à un poste de contrôle voisin avant d’être transporté d’urgence par l’armée dans un hôpital en Israël.

Fero a succombé à ses blessures à l’hôpital Ibn Sina de Jénine, puis son corps a apparemment été enlevé par des hommes armés non identifiés, selon l’armée israélienne et les médias palestiniens.

« Il était toujours vivant, je l’ai vu respirer, ils (des hommes armés) l’ont débranché de la machine pour le kidnapper », a déclaré à la radio Ynet Hossam Faro, le père du jeune homme. « Je demande à tous de me ramener mon fils », a-t-il imploré.

Des images de la carte d’identité israélienne de Fero ont circulé sur les réseaux sociaux, apparemment après avoir été enlevée à l’hôpital.

La carcasse d’une voiture appartenant à un Israélien qui a été tué dans un accident dans la ville de Jenin, en Cisjordanie, le 22 novembre 2022. (Réseaux sociaux : utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Cet enlèvement n’a pas été revendiqué dans l’immédiat mais des sources locales ont indiqué à l’AFP que des terroristes palestiniens dans un camp de réfugiés à proximité étaient à présent en possession du corps.

Selon Haaretz, qui a cité plusieurs sources palestiniennes, le corps est détenu dans le camp de réfugiés de Jénine.

Un haut responsable palestinien a déclaré à Haaretz que les suspects ont enlevé le corps, pensant que Fero était un soldat israélien en civil.

Fero n’était pas un soldat, mais un élève de terminale dans une école de la ville druze.

Un responsable de la sécurité anonyme a déclaré à Haaretz que les suspects exigeaient la libération de Palestiniens emprisonnés par Israël ou les corps de terroristes palestiniens décédés détenus par Israël en échange de Fero.

Les rapts d’Israéliens, morts ou vivants, ont déjà servi par le passé de monnaie d’échange par des groupes armés afin de demander la libération de prisonniers ou le retour de corps de Palestiniens tués dans des affrontements et conservés par Israël.

Des responsables israéliens et de l’Autorité palestinienne participent aux efforts visant à rendre le corps de Fero à sa famille, ainsi que la famille de Fero, le maire de Daliyat al-Karmel, le chef spirituel de la communauté druze et le maire de Jénine.

L’officier de liaison de l’armée avec les Palestiniens a annoncé mercredi matin que deux points de passage importants du nord de la Cisjordanie seront fermés à la suite de l’enlèvement.

Dans une déclaration, le coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) – l’organe du ministère de la défense responsable des affaires civiles palestiniennes – a ordonné que les points de contrôle de Jalamah et de Salem doivent être fermés jusqu’à nouvel ordre.

Ces points de contrôle sont principalement utilisés par les Arabes israéliens qui se rendent dans la ville palestinienne de Jénine et ses environs pour les affaires ou les loisirs, et par les Palestiniens qui doivent se rendre en Israël pour le travail.

Ce bouclage devrait avoir des répercussions économiques sur la région de Jénine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...