La justice classe l’affaire de l’accident mortel du jeune cycliste Ari Nesher
Rechercher

La justice classe l’affaire de l’accident mortel du jeune cycliste Ari Nesher

Le procureur a dit qu'il était difficile d'établir les faits dans le délit de fuite qui a coûté la vie à Ari Nesher, 17 ans ; le jeune âge du suspect a également été pris en compte

Le réalisateur Avi Nesher (à gauche), avec son fils Ari et sa femme Iris. Ari Nesher, 17 ans, est décédé jeudi 27 septembre, après avoir été grièvement blessé dans un accident de la route suivi d'un délit de fuite, le lundi 24 septembre 2018. (Avec l'aimable autorisation de Rafi Delouya)
Le réalisateur Avi Nesher (à gauche), avec son fils Ari et sa femme Iris. Ari Nesher, 17 ans, est décédé jeudi 27 septembre, après avoir été grièvement blessé dans un accident de la route suivi d'un délit de fuite, le lundi 24 septembre 2018. (Avec l'aimable autorisation de Rafi Delouya)

Le bureau du procureur du district de Tel Aviv a déclaré mardi qu’il classait une affaire d’homicide involontaire présumée contre un adolescent dont l’ami a été tué lorsque le vélo électrique sur lequel ils étaient a été heurté par une voiture dans un accident de la circulation l’an dernier.

Le conducteur de la voiture, qui a fui les lieux, n’a pas été tenu responsable de la mort, mais les procureurs ont plutôt blâmé l’adolescent qui conduisait le vélo parce qu’il avait enfreint les lois sur la sécurité routière.

En expliquant la décision de classer l’affaire, le procureur a écrit : « La décision a été prise après avoir pris en considération un large éventail d’aspects et de considérations concernant l’événement, certains liés à la capacité de prouver les fondements de l’infraction et d’autres en tenant compte de l’âge et de la situation personnelle du mineur et de l’avis du service de probation donné dans son cas. »

Les procureurs avaient précédemment déclaré qu’ils déposeraient un acte d’accusation, dans l’attente d’une audience, contre le mineur parce qu’il avait enfreint les lois interdisant aux cyclistes de transporter des passagers de plus de huit ans, qu’il ne s’était pas assuré que lui et son passager portaient un casque et qu’il ne conduisait pas selon les conditions routières en vigueur à cette époque.

Le jeune homme de 17 ans, qui n’a pas été cité dans les médias en raison d’un ordre de non-divulgation, conduisait son vélo électrique en septembre 2018 avec son ami Ari Nesher, lui aussi âgé de 17 ans, à l’arrière lorsque le vélo a été impliqué dans un accident de voiture à Tel Aviv. Nesher a été grièvement blessé et a succombé à ses blessures quatre jours plus tard.

Capture d’écran d’un accident de la route mortel avec délit de fuite à Tel Aviv, le 24 septembre 2018. (YouTube)

Des images filmées par des caméras de surveillance en circuit fermé ont montré la bicyclette électrique roulant à grande vitesse et faisant une embardée lorsque la voiture passait devant, ce qui a amené la police à enquêter sur les actions du jeune.

Le conducteur de la voiture, Yitzhak Asefa, joueur de football de l’équipe F.C. Ashdod de la Premier League israélienne, avait consommé de l’alcool dans un club voisin, avait fui le lieu de l’accident et s’était ensuite rendu à la police.

Plus tôt ce mois-ci, Asefa a été reconnu coupable d’avoir abandonné les lieux d’un accident et d’avoir entravé l’enquête, mais acquitté des accusations supplémentaires de conduite en état d’ébriété et d’excès de vitesse pour cause de doute raisonnable parce que les preuves avaient été collectées deux heures après l’accident.

Le joueur de football de Premier league israélienne Itzhak Asefa, durant une audience à la cour de district de Tel Aviv, le 24 octobre 2018. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Les vélos électriques sont devenus de plus en plus populaires à travers le pays ces dernières années – considérés comme une alternative moins chère et « verte » aux motos et aux voitures, et souvent plus rapides pour se rendre au travail ou à l’école car ils permettent aux cyclistes de contourner les éternels embouteillages.

Cependant, étant donné la mauvaise infrastructure cyclable en place et les pistes cyclables irrégulières dans les villes, les cyclistes sont parfois obligés d’emprunter les routes et les sentiers piétonniers, tandis que les piétons empruntent sans le savoir les voies cyclables.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...