La justice décide l’extradition vers Paris d’un escroc franco-israélien présumé
Rechercher

La justice décide l’extradition vers Paris d’un escroc franco-israélien présumé

Ilan Abraham Marco, âgé de 42 ans, est accusé d’avoir escroqué des citoyens français, des personnes âgées principalement ; il a 30 jours pour faire appel

Ilan Marco. (Capture d'écran : Instagram)
Ilan Marco. (Capture d'écran : Instagram)

Le tribunal de district de Jérusalem a décidé lundi de l’extradition d’Ilan Abraham Marco, suspecté d’escroquerie de haut vol et interpellé en Israël en novembre 2020, a rapporté Le Parisien.

L’homme, âgé de 42 ans, a un délai de 30 jours pour faire appel. Il est accusé d’avoir escroqué des citoyens français, des personnes âgées principalement, en se faisant passer par téléphone pour un agent de la police française et un inspecteur des impôts. Il serait ainsi parvenu à dérober à ses victimes présumées un total d’au moins 1,5 million d’euros.

Marco a été arrêté en novembre alors qu’il jouait au volley sur une plage de Tel Aviv. La police israélienne anti-fraude a déployé des moyens technologiques d’ordinaire dévolus à la lutte antiterroriste pour pouvoir le localiser. Pendant la perquisition effectuée dans son appartement de luxe, dans le centre de Tel Aviv, la police a retrouvé 537 110 euros, 87 900 dollars et 627 200 shekels en liquide, selon le tribunal.

Marco a nié toutes les accusations émises à son encontre. Il aurait affirmé que l’argent était venu d’un héritage, qu’il l’avait apporté avec lui de France lorsqu’il s’était installé au sein de l’État juif, en 2011, et qu’il en avait fait part à l’Autorité fiscale israélienne.

Des liquidités saisies dans l’appartement de Tel Aviv d’Ilan Marco, soupçonné de fraude, le 11 novembre 2020. (Crédit : Police israélienne)

L’enquête a été ouverte en février 2020 pour des accusations
« d’escroquerie en bande organisée, menace sous condition, extorsion et violences volontaires ». Elle a été menée conjointement par la police de répression des fraudes de Tel Aviv et la Brigade française de répression de la délinquance astucieuse, en relation avec Interpol. Les policiers israéliens ont saisi sept téléphones cellulaires, des ordinateurs, des documents (concernant notamment les victimes), des cartes de crédit et des chéquiers dans l’habitation de Marco, dont il n’est pas propriétaire, située aux abords de la place Masaryk à Tel Aviv, a expliqué la police dans un communiqué de presse.

Marco aurait escroqué des citoyens français retraités victimes de fraude aux options binaires. Selon le jugement d’extradition du tribunal de district de Jérusalem, consulté par Le Parisien, il est soupçonné d’avoir acheté à d’autres malfaiteurs ce listing de retraités déjà floués. « Y compris des détails privés sur les victimes et sur la fraude dont elles avaient été victimes », précise le document.

L’escroc et son équipe contactaient – et harcelaient – alors ces retraités en se faisant passer pour des agents publics et en prétextant des irrégularités dans leurs déclarations fiscales effectuées après leurs mauvais investissements. Il les menaçait de poursuites s’ils ne payaient pas une forte amende.

L’argent disparaissait ensuite sur des dizaines de comptes à travers l’Europe.

Plusieurs victimes ont néanmoins pu être averties par la police avant qu’elles effectuent un quelconque virement, Marco ayant été placé sous écoute pendant huit mois avant son arrestation.

Interrogé par Le Parisien, l’ambassade d’Israël en France s’est félicitée de la décision de son extradition.

« Nous avons mis en place un modèle de coopération avec les autorités françaises il y a quelques années qui porte aujourd’hui ses fruits », a expliqué le porte-parole. « C’est la première fois qu’une décision d’extradition est prise aussi rapidement et après une coopération totale entre Paris et Jérusalem. Nous avons travaillé en partenariat à tous les niveaux, de l’enquête des services de police jusqu’aux autorités
judiciaires », a-t-il ajouté.

Des centaines, voire des milliers de nouveaux immigrants français venus s’installer en Israël ont gagné leur vie en prenant part à des fraudes, travaillant souvent depuis des call centers ou en petits groupes, et la police israélienne n’enquête actuellement que sur quelques cas.

Marco, qui se présente aussi sous les noms d’Ilan Abraham, Illan Abraham et Ilan Marko, a joué pour l’équipe de football de l’Inter Aliyah, équipe de cinquième division constituée d’immigrants venus du monde entier.

Selon la page du joueur, Marco est connu « affectueusement sous le nom de ‘toutou’, en raison de sa défense féroce… Évitez de vous attaquer à ce chien-là parce que vous pourriez bien vous faire mordre ! »

Sur cette page, Marco explique être originaire de Sarcelles, en périphérie de Paris, et qu’il travaillait dans une entreprise de relations publiques et jouait au football à un niveau semi-professionnel avant de partir en Israël au mois de janvier 2011.

« Après des années passées dans mon pays natal », écrit-il en présentant son installation au sein de l’État juif, « j’ai décidé qu’il était temps que je vienne ici et cela fait maintenant presque dix ans que je vis en Israël ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...