La Knesset rejette des textes de loi visant (in)directement Netanyahu
Rechercher

La Knesset rejette des textes de loi visant (in)directement Netanyahu

La plupart des membres du parti Kakhol lavan étaient absents lors du vote

Le Président Reuven Rivlin (C) rencontre le Premier Ministre Benjamin Netanyahu (D) à sa résidence officielle à Jérusalem, le 19 novembre 2019. À l'arrière-plan se trouve Zeev Elkin, négociateur de la coalition du Likud. (Mark Neiman/GPO)
Le Président Reuven Rivlin (C) rencontre le Premier Ministre Benjamin Netanyahu (D) à sa résidence officielle à Jérusalem, le 19 novembre 2019. À l'arrière-plan se trouve Zeev Elkin, négociateur de la coalition du Likud. (Mark Neiman/GPO)

Une série de propositions de loi visant à empêcher le Premier ministre Benjamin Netanyahu d’être potentiellement président à l’avenir ont été rejetés par les députés de la coalition mercredi.

Les trois textes de loi visant à embarrasser le Premier ministre auraient empêché les personnes inculpées pour des délits ou des infractions pénales d’exercer la fonction de président. Ils auraient également exclu de ce poste toute personne condamnée pour un crime dont la peine est supérieure à trois mois de prison et dont la prescription n’est pas expirée.

Les députés de la coalition ont voté contre les propositions de loi 37-30, 34-26 et 35-27.

La grande majorité des députés de Kakhol lavan étaient absents de l’assemblée plénière lors du vote. Kakhol lavan avait fait campagne pour faire avancer la législation interdisant aux personnes inculpées d’occuper des postes élevés, mais il a changé de position depuis qu’il a formé un gouvernement avec Netanyahu au début de l’année.

Netanyahu a été inculpé l’année dernière dans trois affaires de corruption, d’escroquerie et d’abus de confiance. Son procès est en cours et devrait s’accélérer en janvier avec la déposition de témoins.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

Les députés de l’opposition Yoav Segalovitz (Yesh Atid), Yulia Malinovsky (Yisrael Beytenu) et Merav Michaeli (Parti travailliste) ont proposé cette législation sur fond de rumeurs selon lesquelles Netanyahu pourrait chercher à se présenter à la présidence et à remplacer le président Reuven Rivlin à la fin de son mandat de Premier ministre par rotation en novembre 2021, si des élections ne sont pas convoquées avant cette date.

« Pourquoi voulez-vous avoir un président sous le coup d’une inculpation ? » a déclaré Malinovsky lors du débat en plénière. « Nous devons penser à nos enfants et à ce qu’ils apprendront en cours d’éducation civique, à ce que le monde dira de nous, à ce que nous ressentirons en tant que citoyens si cela se produit ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...