La Ligue arabe réclame la reconnaissance internationale d’un Etat palestinien
Rechercher

La Ligue arabe réclame la reconnaissance internationale d’un Etat palestinien

Abdallah II de Jordanie a rappelé la nécessité de trouver une solution au statut de Jérusalem dans le cadre "d'un accord de paix juste et durable" entre Palestiniens et Israéliens

A droite, le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita. Puis de gauche à droite : Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry, le ministre des Affaires étrangères saoudien  Adel al-Jubeir, le chef de la Ligue arabe  Ahmed Abul Gheit, le ministre des Affaires étrangères jordanien Ayman Safadi, le ministre d'Etat des affaires étrangères des EAU Anwar Gargash, le ministre des Affaires étrangères de l'AP Riyad al-Malki au cours d'une rencontre dans la capitale jordanienne d'Amman le 6 janvier 2018 (Crédit : AFP Photo/Khalil Mazraawi)
A droite, le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita. Puis de gauche à droite : Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry, le ministre des Affaires étrangères saoudien Adel al-Jubeir, le chef de la Ligue arabe Ahmed Abul Gheit, le ministre des Affaires étrangères jordanien Ayman Safadi, le ministre d'Etat des affaires étrangères des EAU Anwar Gargash, le ministre des Affaires étrangères de l'AP Riyad al-Malki au cours d'une rencontre dans la capitale jordanienne d'Amman le 6 janvier 2018 (Crédit : AFP Photo/Khalil Mazraawi)

La Ligue arabe va chercher à obtenir la reconnaissance internationale d’un Etat palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale, en réponse à la décision unilatérale américaine de déclarer Jérusalem capitale d’Israël, a indiqué samedi le ministre jordanien des Affaires étrangères.

L’un des objectifs est de réaffirmer « l’invalidité de la décision (américaine) de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et le fait qu’elle n’a aucune conséquence juridique », a déclaré Aymane Safadi lors d’une conférence de presse conjointe avec le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Abou Gheit.

« Nous chercherons à obtenir (…) la reconnaissance d’un Etat palestinien avec Jérusalem-Est pour capitale, dans les frontières de juin 1967 « , a-t-il ajouté.

Ces propos interviennent après la visite samedi d’une délégation ministérielle arabe à Amman, composée des ministres des Affaires étrangères égyptien, saoudien, palestinien, marocain, émirati, en plus de M. Abou Gheit.

Ce dernier a annoncé la tenue d’une « réunion ministérielle élargie » à la fin du mois.

Ahmed Aboul Gheit, dirigeant de la Ligue arabe, en avril 2017. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Lors de sa rencontre avec cette délégation, le roi Abdallah II de Jordanie a rappelé la nécessité de trouver une solution à la question de Jérusalem dans le cadre « d’un accord de paix juste et durable » entre les Palestiniens et les Israéliens.

La Jordanie, pays gardien des lieux saints musulmans à Jérusalem, a dénoncé comme « une violation du droit international » la décision de Donald Trump le 6 décembre de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

Le royaume hachémite et l’Egypte sont les deux seuls pays arabes à avoir signé un accord de paix avec l’Etat hébreu.

Israël a capturé Jérusalem-Est et la Cisjordanie au cours de la guerre de 1967. Il a ensuite annexé Jérusalem-Est. Cette annexion n’a jamais été reconnue par la communauté internationale.

L’Etat hébreu considère l’ensemble de Jérusalem comme sa capitale tandis que les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de l’Etat auquel ils aspirent.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...