La Liste arabe unie se scinde après le départ de Ahmad Tibi et de son parti Taal
Rechercher

La Liste arabe unie se scinde après le départ de Ahmad Tibi et de son parti Taal

Le député Ahmad Tibi qui quitte la Liste arabe unie devrait se présenter seul aux élections du 9 avril

Le député Ahmad TIbi de la Liste arabe unie à l'aéroport Ben Gurion, le 3 septembre 2018 (Capture d'écran : Ynet news)
Le député Ahmad TIbi de la Liste arabe unie à l'aéroport Ben Gurion, le 3 septembre 2018 (Capture d'écran : Ynet news)

Le député Ahmad Tibi de la Liste arabe unie a annoncé mardi que son parti Taal romprait ses liens qui l’unissait à la Liste arabe unie, indiquant que son parti pourrait se présenter indépendamment aux élections nationales d’avril.

Dans une lettre adressée au président de la Commission de la chambre de la Knesset, le député Miki Zohar, Tibi a demandé l’autorisation de retirer sa fraction Taal, dont le nom signifie « Mouvement arabe du renouveau », de la Liste arabe unie.

La Liste arabe unie réunissait quatre factions politiques arabes qui s’étaient regroupées lors des élections en 2015, les partis Hadash, Balad, Taal et la Liste arabe unie.

Si la Commission approuve la demande de Tibi, la Liste arabe unie resterait une coalition de trois factions principalement arabes.

Dans sa lettre, Tibi n’a pas fourni d’explications à propos de sa décision.

Ni Tibi ni son porte-parole n’ont répondu aux demandes de commentaires.

Un porte-parole de la Knesset a déclaré qu’il examinait la demande de Tibi et qu’il ferait le point ultérieurement.

La Liste arabe unie a été constituée en janvier 2015 après que la Knesset a relevé le seuil électoral, faisant passer de 2 à 3,25 % le pourcentage de voix qu’un parti doit obtenir pour obtenir un siège au Parlement de 120 sièges.

La Liste arabe unie, coalition de communistes, de nationalistes palestiniens, de religieux musulmans et de féministes, a remporté 13 sièges aux élections de la Knesset en mars 2015, devenant l’une des factions les plus importantes de l’opposition.

Le chef de la Liste arabe unie, Ayman Odeh (C) dirige la faction hebdomadaire du parti à la Knesset, le 31 octobre 2016. (Miriam Alster/Flash90)

Ayman Odeh, le chef de la Liste arabe unie, a suggéré mardi qu’en dépit de l’intention de Tibi de quitter le parti, il aimerait garder Hadash, Balad et la Liste arabe unie sur un seul ticket.

« Netanyahu veut voir la Liste arabe unie se désagréger plus que quiconque. L’extrême droite veut diviser et conquérir les Arabes », a déclaré Odeh, qui est également à la tête de Hadash, peu après que Tibi lui a fait part de sa demande de retirer son parti de la Liste arabe unie.

« Je suis fier de faire partie d’un mouvement qui sait faire passer l’idéologie avant les intérêts personnels », a ajouté Odeh.

Tibi a déposé sa demande de quitter la Liste arabe unie environ trois mois avant les élections à la Knesset qui doivent avoir lieu le 9 avril.

Un sondage Hadashot TV réalisé il y a deux semaines a révélé que la Liste arabe unie remporterait 12 sièges à la Knesset, si des élections avaient lieu le jour où la chaîne d’information a réalisé le sondage.

Aida Touma-Sliman, députée de la Liste arabe unie, a déclaré qu’elle ne s’attendait pas au départ de Tibi.

« J’ai été surprise de la décision d’Ahmad Tibi. C’est précisément le moment de renforcer l’unité et de consolider les forces démocratiques », a déclaré Touma-Sliman, une membre de Hadash, à la radio militaire mardi soir. « La Liste arabe unie continuera de fonctionner. En fin de compte, le public fera payer un prix à celui qui envisage de la quitter. »

Tibi devrait se présenter seul aux élections du 9 avril après l’échec de sa candidature à la tête de la Liste arabe unie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...