Rechercher

La Maison Blanche s’abstient de commenter les nouveaux logements de Jérusalem Est

Après l’annonce par Israël de 15 000 logements, le porte-parole de Trump précise que le président va “continuer à discuter” des implantations avec Netanyahu

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Donald Trump dans le Bureau ovale de la Maison Blanche, le 15 février 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le président américain Donald Trump dans le Bureau ovale de la Maison Blanche, le 15 février 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

WASHINGTON – Le président américain Donald Trump continuera ses discussions sur les implantations israéliennes avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a annoncé lundi la Maison Blanche, quelques jours après qu’Israël a annoncé la construction de 15 000 nouveaux logements à Jérusalem Est.

« Je suis certain que nous continuerons à discuter avec le Premier ministre », a répondu Sean Spicer, l’attaché de presse de la Maison Blanche, quand il lui a été demandé si Netanyahu « snobait » le président. « C’est quelque chose dont le président continuera à parler. »

Le ministère israélien du Logement a annoncé ce dernier projet de construction la semaine dernière, quelques jours après des informations non confirmées sur une visite de Trump en Israël le 22 mai. Un responsable de l’administration s’est contenté de dire au Times of Israël que la Maison Blanche « explorait » une visite dans l’Etat juif et d’autres pays.

Trump a exprimé à plusieurs reprises son mécontentement des constructions dans les implantations israéliennes.

Sean Spicer, attaché de presse de la Maison Blanche, à Washington, D.C., le 7 mars 2017. (Crédit : Jim Watson/AFP)
Sean Spicer, attaché de presse de la Maison Blanche, à Washington, D.C., le 7 mars 2017. (Crédit : Jim Watson/AFP)

Pendant une conférence de presse commune avec Netanyahu en février, le président avait demandé qu’Israël fasse preuve « d’un peu de retenue sur les implantations ».

Il avait également déclaré à Israël Hayom que les implantations « n’aident pas le processus de paix […] et chaque fois que vous prenez de la terre pour les implantations, il reste moins de terre. »

Trump, qui doit recevoir mercredi le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à la Maison Blanche, a initié une tentative de négociation d’un accord de paix israélo-palestinien, qui est selon lui « l’accord ultime ».

Pour relancer les négociations, il a envoyé Jason Greenblatt, envoyé spécial en charge des négociations internationales, faire une « tournée d’écoute » dans la région. Greenblatt a rencontré différents acteurs du conflit.

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, à droite, avec Jason Greenblatt, conseiller et envoyé spécial du président américain pour les négociations internationales, au bureau d'Abbas à Ramallah, en Cisjordanie, le 14 mars 2017. (Crédit : WAFA)
Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, à droite, avec Jason Greenblatt, conseiller et envoyé spécial du président américain pour les négociations internationales, au bureau d’Abbas à Ramallah, en Cisjordanie, le 14 mars 2017. (Crédit : WAFA)

Il a notamment vu plusieurs fois Netanyahu et une délégation israélienne, mais n’a pas pu conclure un accord officiel sur les implantations ; les deux pays seraient arrivés à un accord informel pour limiter la construction dans les implantations.

Netanyahu a annoncé une nouvelle politique d’implantation après l’approbation par le cabinet de sécurité de la mise en place d’une nouvelle implantation en Cisjordanie pour les familles expulsées de l’avant-poste illégal d’Amona.

Le bureau du Premier ministre a indiqué que toute construction future serait limitée aux frontières existantes des implantations, ou à leur voisinage immédiat, et qu’Israël empêcherait la construction de nouveaux avant-postes illégaux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...