Rechercher

La pénurie de médicaments s’amplifie et met en danger la santé des Israéliens

Selon le président de l'Association des pharmaciens, 150 produits manqueraient dont certains types d'insuline, des médicaments pour le cœur et la tension et des psychotropes

Illustration : Un pharmacien délivre des médicaments (Crédit : MJ_Prototype via iStock de Getty Images)
Illustration : Un pharmacien délivre des médicaments (Crédit : MJ_Prototype via iStock de Getty Images)

La pénurie de médicaments en Israël empire tous les jours et est sur le point de devenir un véritable danger pour la santé publique, a averti le président du syndicat des pharmaciens d’Israël.

De nombreux patients à travers le pays ont été informés que les médicament figurant sur leurs ordonnances étaient en rupture de stock. Les pénuries temporaires de médicaments sont fréquentes en Israël, mais le problème s’est récemment aggravé de manière significative.

« La situation est très grave », a déclaré David Pappo, président de l’Association israélienne des pharmaciens, lui-même pharmacien en activité, au Times of Israel jeudi. « On approche d’un point où la santé de la population est en danger ».

« La situation est assez dramatique. J’estime qu’il manque au moins 150 types de médicaments. Chaque jour, nous recevons des messages indiquant que de plus en plus de médicaments manquent. Aujourd’hui, on m’en a signalé neuf [médicaments] supplémentaires ; l’autre jour, c’était 13 », a-t-il ajouté.

« Il ne s’agit pas que de médicaments contre la grippe et d’analgésiques. Ces médicaments sont en pénurie, mais il existe des alternatives. Nous parlons ici de l’insuline, des médicaments à usage psychiatrique, des médicaments pour les enfants souffrant de TDAH et pour les adultes qui souffrent de problèmes cardiaques, d’hypertension artérielle et de problèmes de peau », a-t-il déclaré, ajoutant que si des substitutions sont possibles, elles sont loin d’être idéales et pourraient elles-mêmes venir à manquer.

Les déclarations de Pappo interviennent une semaine et demie après que son organisation a adressé une lettre au ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, l’avertissant du « préjudice causé aux patients » et demandant l’aide du ministère pour renforcer l’approvisionnement.

Illustration : une pharmacie israélienne (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

Contacté par le Times of Israel pour un commentaire jeudi, le ministère de la Santé a déclaré que « le directeur général du ministère, le professeur Nachman Ash, a demandé à la division pharmaceutique mener une enquête approfondie avec les prestataires de soins de santé afin de répertorier le manque de médicaments, si tant est qu’il y en ait. Dans la mesure où il y aurait effectivement une pénurie, le ministère prendra les mesures qui s’imposent. »

La pénurie actuelle serait due à l’effet domino de la pandémie, de la crise économique et des difficultés que connaissent les différentes usines de médicaments dans le monde.

David Pappo, président de l’Association des pharmaciens d’Israël (Crédit : Nissim Lev)

À l’heure actuelle, les patients ont la possibilité de demander aux médecins de leur prescrire un dosage différent de leurs médicaments ou d’obtenir un médicament générique similaire, a déclaré David Pappo. Mais il a souligné que c’était loin d’être une solution intégrale au problème.

Les médicaments de substitution – ou même des dosages différents d’un même médicament, qui peut contenir des ingrédients différents – peuvent être moins efficaces, provoquer parfois des réactions allergiques ou nécessiter la prise de nouveaux rendez-vous avec les médecins pour obtenir de nouvelles ordonnances.

De plus, les stocks de produits génériques s’épuisent rapidement, et Pappo s’inquiète du risque réel où des substituts fiables ne seraient pas disponibles. « Une fois que le médicament original est en rupture de stock, les génériques disparaissent en quelques jours », a-t-il déclaré. « En quelques jours, les substituts sont en rupture de stock ».

Il a ajouté que les patients perdent un temps précieux en commandant des médicaments de substitution génériques. Souvent ils attendent cinq jours ou plus pour alors découvrir que celui-ci est également en rupture de stock, ce qui les contraint à retourner chez le médecin pour obtenir une nouvelle ordonnance.

Certains médecins ont prévenu que la pénurie de médicaments risquait de creuser les écarts en matière de santé, car les couches sociales supérieures sont plus à même de naviguer dans le système de santé et d’obtenir des ordonnances de remplacement. Elles sont plus mobiles et donc ont plus de facilité à trouver des pharmacies approvisionnées. Le professeur Hagai Levine, président de l’association israélienne des médecins de santé publique, a déclaré la semaine dernière : « La pénurie crée un fossé entre ceux qui savent s’en sortir et ceux qui ne le peuvent pas, à savoir la périphérie géographique et sociale, et accroît les inégalités. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...