La photo d’un sanglier endormi à Haïfa fait le tour de la Toile
Rechercher

La photo d’un sanglier endormi à Haïfa fait le tour de la Toile

Leur présence accrue des animaux dans la ville côtière a suscité un vif débat entre les défenseurs des droits des animaux et ceux qui demandent à ce qu'ils soient chassés ou tués

Un sanglier endormi près d'une benne à ordure à Haïfa. (Crédit : Twitter)
Un sanglier endormi près d'une benne à ordure à Haïfa. (Crédit : Twitter)

La photo d’un sanglier faisant une sieste sur un matelas près d’une poubelle a fait sensation sur Internet cette semaine.

L’image a commencé à circuler sur les groupes WhatsApp israéliens avant d’atteindre Twitter et de recueillir des dizaines de milliers de mentions like. L’image a également attiré l’attention sur Reddit, y compris parmi les utilisateurs israéliens.

On ignore qui a pris la photo, mais la scène est immédiatement reconnaissable pour tous les habitants de la ville côtière du nord.

Les sangliers entrent depuis longtemps à Haïfa la nuit à la recherche de nourriture et d’eau. Mais les habitants disent qu’au cours de l’année écoulée, ils ont été de plus en plus audacieux, bloquant les routes, creusant les jardins publics et renversant les poubelles.

Haïfa se trouve au pied du mont Carmel, où vivent des sangliers, des renards, des chacals et d’autres animaux, tous protégés par la loi israélienne. En l’absence de prédateurs naturels à Haïfa, leur nombre peut augmenter rapidement.

Les cochons sauvages arrachent la végétation, fouillent dans les poubelles et peuvent être dangereux. Leur présence accrue a suscité un vif débat entre les défenseurs des droits des animaux et ceux qui demandent à ce qu’ils soient chassés ou tués.

Les sangliers, une espèce de cochon sauvage présente dans toute l’Europe, l’Asie et l’Afrique du Nord, peuvent mesurer jusqu’à deux mètres de long, bien que la plupart soient plus petits.

Jusqu’à une interdiction en 2019, Haïfa autorisait périodiquement les chasseurs à les abattre pour contrôler la population de sangliers.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...