La police allemande perquisitionne des centres d’appel escrocs liés à Israël
Rechercher

La police allemande perquisitionne des centres d’appel escrocs liés à Israël

La police a arrêté 23 suspects au Kosovo, en Bulgarie et à Berlin qui auraient exploité des sites frauduleux de Forex, CFD et crypto

Simona Weinglass est journaliste d'investigation au Times of Israël

Des policiers kosovars attendent au poste frontière de Jarinje entre la Serbie et le Kosovo, au Kosovo, mercredi 9 octobre 2019. (AP Photo/Bojan Slavkovic)
Des policiers kosovars attendent au poste frontière de Jarinje entre la Serbie et le Kosovo, au Kosovo, mercredi 9 octobre 2019. (AP Photo/Bojan Slavkovic)

Le mois dernier, les polices allemande, kosovare et bulgare ont effectué des descentes dans des centres d’appels et arrêté des suspects dans plusieurs pays, dans le cadre d’escroqueries à l’investissement liées à Israël.

Le 31 mars, des agents ont fait une descente dans sept centres d’appels et ont arrêté 18 hommes accusés d’exploiter des sites de commerce en ligne qui auraient escroqué des milliers d’Allemands et d’autres ressortissants. Les hommes arrêtés sont originaires du Kosovo, d’Albanie et d’Allemagne et comprennent des employés et des cadres de centres d’appels, selon un communiqué de presse publié le 6 avril conjointement par le ministère public de Bamberg et la police du sud-ouest de la Souabe, tous deux en Allemagne.

Les suspects auraient dirigé les sites web FXCMarkets, FXOptexGroup, Swissinv24, CFXPoint, IForex24, CodexFX, HBCMarket, CapitalGFX, Investment Department, Tradingmarkets24 et Brokermasters. Les autorités affirment que ces sites Web ont vendu aux investisseurs des outils financiers fictifs pour leur soutirer des millions d’euros.

Au moins quatre de ces sites web fonctionnaient à l’aide de la plateforme Sirix Webtrader conçue par la société israélienne Leverate. Leverate se présente comme un « guichet unique » pour toute personne souhaitant créer une entreprise dans le secteur du commerce en ligne, même si ses connaissances du secteur sont minimes.

Une capture d’écran du site web de Leverate tel qu’il apparaissait le 11 avril 2021. (Capture d’écran)

Le Times of Israel a précédemment rapporté que le principal actionnaire de Leverate, Simon Kukes, est un Américain d’origine russe qui aurait suscité l’intérêt du conseiller spécial américain Robert Mueller en 2018 en tant que l’un des nombreux « Américains ayant des liens profonds avec Moscou » qui ont donné de l’argent à la campagne de Donald Trump en 2016.

Le procureur Thomas Goger devant le bureau du procureur général à Bamberg, en Allemagne. (Capture d’écran YouTube)

Leverate a déclaré au Times of Israel dans un courriel qu’aucune des marques dont les bureaux ont été perquisitionnés au Kosovo « ne reçoit actuellement de services de notre part. »

Au début du mois de mars, la police allemande a effectué une descente dans un autre ensemble de centres d’appels en Bulgarie, où elle a arrêté cinq suspects, quatre hommes et une femme. Ces fraudeurs présumés étaient associés aux sites web Trade Capital, Fibonetix, Nobel Trade, Forbslab et Huludox, qu’ils auraient exploités de 2018 à avril 2020. Selon la police allemande, des raids antérieurs contre ce réseau de fraudeurs avaient eu lieu en Bulgarie et en Serbie au début d’avril 2020, ainsi qu’un deuxième raid en Ukraine en décembre 2020.

Plusieurs des sites web prétendument frauduleux en Bulgarie fonctionnent en utilisant la plateforme de trading en ligne israélienne connue sous le nom d’Airsoft Technologies. Airsoft fournit aux courtiers potentiels tout ce dont ils ont besoin pour créer une entreprise en ligne spécialisée dans le commerce des devises, des contrats de différence (CFD) ou des crypto-monnaies, selon les supports marketing d’Airsoft.

Cela inclut « un service de développement, des chefs de projet dédiés et une assistance technique en ligne complète » ainsi qu’une technologie de marketing de back-office et des « références » aux processeurs de paiement. Le Times of Israel a vu au moins un contrat avec un courtier dans lequel Airsoft prenait une part des revenus courants du site. Un grand nombre de clients d’Airsoft ont fait l’objet d’avertissements de la part des régulateurs du monde entier.

Shay Benhamou de Airsoft Technologies. (Capture d’écran Facebook)

En Israël, Airsoft est dirigé par un homme nommé Shay Benhamou. La société appartiendrait à des membres de la famille Hadjadj, des immigrés récents de Marseille (France) en Israël.

Contacté par le Times of Israel, M. Benhamou a répondu au nom de la société : « Airsoft est strictement un fournisseur de services technologiques pour des clients tiers. Airsoft est tenu par la confidentialité de ne pas divulguer de détails sur ses clients. »

Selon la police allemande, Trade Capital, Fibonetix, Nobel Trade, Forbslab et Huludox ont conjointement escroqué des investisseurs pour des dizaines de millions d’euros.

La police décrit les sociétés d’investissement en ligne comme celles qu’elle a perquisitionnées en Bulgarie et au Kosovo comme un fléau généralisé qui touche des milliers d’investisseurs en Allemagne et d’innombrables autres en Europe.

« La structure de base du crime est la même », ont déclaré les forces de l’ordre allemandes dans un communiqué. « Les fraudeurs disent aux investisseurs qu’ils négocient un instrument financier particulier. Dans le passé, cet instrument était les options binaires. Actuellement, ce sont les CFD, le forex et les crypto-monnaies. »

Mais l’investissement est fictif, selon la police.

« Les fonds déposés ne sont jamais transférés sur les marchés de capitaux et la plateforme de trading visible par le client est une pure tromperie », ont allégué les autorités allemandes. Dans de nombreux cas, les investisseurs perdent tout leur argent, soi-disant en perdant des transactions, ont déclaré les procureurs.

Israël a été une plaque tournante majeure des escroqueries à l’investissement en ligne, qui opèrent également depuis Chypre et dans toute l’Europe de l’Est. Les options binaires ont été interdites par une loi de la Knesset en octobre 2017, en grande partie à la suite d’un reportage d’investigation du Times of Israel qui a commencé par un article de mars 2016 intitulé « Les loups de Tel Aviv ». Depuis lors, certains escrocs se sont tournés vers des stratagèmes impliquant des opérations de change, des CFD ou la spéculation sur les crypto-monnaies.

Au paroxysme de cette industrie, des centaines de sociétés employaient des milliers d’Israéliens et auraient escroqué des milliards de dollars à des victimes du monde entier. Les sociétés faisaient croire aux victimes qu’elles investissaient avec succès et gagnaient de l’argent, et les encourageaient à déposer de plus en plus d’argent sur leurs comptes, jusqu’à ce que la société leur fasse perdre des transactions ou coupe le contact avec l’investisseur et disparaisse avec tout ou presque tout son argent.

Les services de répression israéliens n’ont poursuivi pratiquement aucun fraudeur en ligne, bien que ce secteur ait employé des milliers d’Israéliens qui ont escroqué des milliards de dollars à des victimes du monde entier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...