La police arrête un suspect dans le meurtre d’une Israélienne en Cisjordanie
Rechercher

La police arrête un suspect dans le meurtre d’une Israélienne en Cisjordanie

Howaida Shawa, 45 ans, a été retrouvée battue à mort près de Yakir dimanche matin ; son mari a été légèrement blessé dans un vol à main armée

Howaida Shawa, 45 ans, habitante de Jaffa, a été retrouvée battue à mort dans le centre de la Cisjordanie le 23 octobre 2016. Son mari a été légèrement blessé, et a dit à la police qu'ils avaient subi un vol à main armée. (Crédit : autorisation)
Howaida Shawa, 45 ans, habitante de Jaffa, a été retrouvée battue à mort dans le centre de la Cisjordanie le 23 octobre 2016. Son mari a été légèrement blessé, et a dit à la police qu'ils avaient subi un vol à main armée. (Crédit : autorisation)

Un suspect a été arrêté en lien avec le meurtre d’une Israélienne retrouvée battue à mort en Cisjordanie dans la nuit de samedi à dimanche, a annoncé la police dimanche.

La cour des magistrats de Petah Tikva a étendu la détention du suspect, un homme d’une quarantaine d’années, de quatre jours, rejetant la demande de la police d’une détention de dix jours.

La femme, Howaida Shawa, 45 ans, et son mari, dont le nom n’a pas été rendu public, ont été retrouvés dans une voiture sur la route 505, près du carrefour Yakir, en Cisjordanie, tôt dimanche matin. L’époux souffrait de blessures légères causées par ce qu’il a décrit à la police comme un vol à main armée.

Le couple habitait dans la ville portuaire israélienne de Jaffa. Le mari a déclaré à la police qu’ils avaient visité un village arabe proche de l’implantation de Yakir quand ils ont été attaqués.

Le frère de Shawa, Mohammad, a déclaré à Ynet que la famille était choquée par sa mort, et qu’ils l’avaient appris quand le fils du couple l’avait appelé au milieu de la nuit pour lui dire que ses parents n’étaient pas rentrés.

Le frère a raconté être arrivé à la maison du couple, où leur fille lui a dit que « son père lui avait parlé, et lui avait dit que la mère était morte », a-t-il déclaré, ajoutant que sa sœur et son mari avaient de bonnes relations.

« Nous devons découvrir la vérité, a-t-il dit à Ynet. Nous ne pouvons pas dormir, nous ne pouvons pas réfléchir. Nous voulons connaître la vérité. »

Des proches du couple ont déclaré qu’il y avait « beaucoup de choses peu claires sur cet incident. Ils n’ont pas d’ennemi, et c’était un couple qui marchait, avec une bonne relation. S’ils ne trouvent pas les criminels responsables, cela pourrait à nouveau se produire. »

Un embargo a été placé sur certains des détails de l’affaire.

La police avait été alertée autour de 2h20 dimanche matin de l’attaque. Les policiers qui sont arrivés sur les lieux ont trouvé la voiture avec le pare-brise cassé. Des civils présents sur place tentaient de fournir les premiers soins aux victimes.

Le suspect a démenti toute implication dans l’incident. Son avocat, Alaa Talawi, a déclaré que son « client nie les accusations portées contre lui », selon Ynet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...