La police des frontières aurait pris le vélo d’une petite palestinienne pour la protéger
Rechercher

La police des frontières aurait pris le vélo d’une petite palestinienne pour la protéger

Les deux policiers, qui pourraient faire l’objet d’une enquête interne, affirment qu'ils voulaient empêcher la fillette de 8 ans d'entrer dans la zone juive de Hébron

Dans une vidéo diffusée par l'organisation de gauche des droits de l'Homme B'Tselem, un officier de la police aux frontières s'empare du vélo d'une fillette palestinienne de 8 ans, avant qu'un autre officier ne le jette dans un buisson à proximité, à Hébron, le 25 juillet 2016 (Crédit : capture d'écran B'Tselem)
Dans une vidéo diffusée par l'organisation de gauche des droits de l'Homme B'Tselem, un officier de la police aux frontières s'empare du vélo d'une fillette palestinienne de 8 ans, avant qu'un autre officier ne le jette dans un buisson à proximité, à Hébron, le 25 juillet 2016 (Crédit : capture d'écran B'Tselem)

JERUSALEM – Deux agents de la police des frontières filmés en train de prendre son vélo à une fillette palestinienne de 8 ans ont déclaré aux enquêteurs qu’ils l’ont fait pour la protéger.

Un des gardes a été suspendu du service actif mardi, et tous les deux ont été interrogés mercredi comme suspects potentiels dans l’incident du 25 juillet. La vidéo, prise par un bénévole de l’organisation des droits de l’Homme israélienne B’Tselem, a été diffusée lundi et a été vue plus de 185 000 fois sur YouTube.

La vidéo montre l’un des officiers qui approche vers la jeune fille, identifiée comme étant Anwar Burqan, dans une rue de Hébron près du Tombeau des Patriarches, où les Palestiniens n’ont pas le droit de circuler. La jeune fille semble avoir peur et saute de son vélo, que le policier l’empêche de récupérer alors qu’elle s’enfuit en courant et en pleurant.

La vidéo montre ensuite le second officier se débarrassant du vélo dans des buissons à proximité.

Selon leurs avocats, les gardes ont dit aux enquêteurs qu’ils ont pris la bicyclette de la jeune fille pour l’empêcher de traverser le quartier juif, qui est interdit aux Palestiniens, a rapporté Haaretz.

Ils ont dit qu’ils ont pris le vélo car ils ne pouvaient pas parler arabe et avaient peur de ne pas réussir à se faire comprendre. Ils ont permis plus tard à un membre de la famille de récupérer le vélo, quand il a été clair qu’elle ne l’utiliserait pas pour se rendre dans le quartier juif.

« La principale leçon à tirer de cela est que juger un incident purement basé sur une vidéo sans même [accorder] le moindre intérêt pour la version des officiers est une chose vicieuse et laide », ont affirmé les avocats des gardes-frontières, selon les rapports des médias israéliens.

La police des frontières dans un communiqué suite à la publication de la vidéo a déclaré qu’elle « regrette » l’incident, et que le Département des enquêtes internes de la police mènerait une enquête.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...