Rechercher

La première athlète d’Israël aux paralympiques d’hiver skiera sur une jambe

Sheina Vaspi, une jeune femme hassidique, skie en jupe à plus 80 km/h et espère devenir source d'inspiration pour la prochaine génération d'athlètes paralympiques

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

La skieuse paralympique israélienne Sheina Vaspi. (Crédit : autorisation/Comité international paralympique)
La skieuse paralympique israélienne Sheina Vaspi. (Crédit : autorisation/Comité international paralympique)

La toute première paralympienne d’hiver israélienne, Sheina Vaspi, participera aux Jeux de Pékin la semaine prochaine dans la discipline du ski alpin.

Vaspi, 20 ans, a perdu sa jambe gauche dans un accident de la route lorsqu’elle était enfant.

Elle glisse sur les pistes sur un seul ski, en utilisant deux lames courtes au bas de ses bâtons de ski pour l’équilibre et la direction. Elle est inscrite à plusieurs épreuves et peut atteindre une vitesse de plus de 80 km/heure.

Les Jeux paralympiques d’hiver, qui dureront une semaine, commenceront le 4 mars. Plus de 650 athlètes représentant 49 équipes s’affronteront dans 78 épreuves.

Vaspi a grandi à Yesud Hamaala, un moshav de la vallée de Hula, dans le nord d’Israël.

« Nous revenions d’une réunion de famille à Haïfa et à la jonction de Kadarim, un bus a percuté notre voiture. La voiture n’a pas survécu, ma jambe n’a pas survécu. Rien de grave », a-t-elle déclaré à la Douzième Chaîne l’année dernière.

Vaspi a commencé à skier il y a plusieurs années avec la Fondation Erez, une organisation à but non lucratif du nord d’Israël, fondée par des anciens combattants de l’unité des forces spéciales alpines de l’armée et des spécialistes de la recherche et du sauvetage. La fondation travaille avec des jeunes en situation de handicap et des soldats à mobilité réduite, notamment en organisant des entraînements de ski sur le mont Hermon.

« Honnêtement, dès que l’on devient bon et si on aime ça, cela devient simple, donc pour moi, faire du ski ce n’est pas si compliqué. Les entraînements, progresser – ça c’est difficile », a déclaré Vaspi.

« Tout dépend de la façon dont on voit les choses. D’accord, il me manque une de mes jambes. Ce n’est pas si dramatique », a-t-elle ajouté.

Vaspi est une juive hassidique du mouvement Habad, ce qui lui a posé quelques problèmes lorsqu’elle a commencé à concourir, puisque les organisateurs ne lui permettaient pas de porter une jupe, comme l’exige le code vestimentaire religieux.

« Au début, il y avait des ‘problèmes de sécurité’, comme ils l’ont appelé. Ils m’ont dit que ce ne serait probablement pas autorisé, mais au final, pour moi, c’est un miracle total parce que malgré toutes les difficultés, ils m’ont donné la permission », a-t-elle déclaré. « Je m’entraîne en jupe et je participe à des compétitions en jupe et il n’y aura aucun problème à l’avenir pour participer à des compétitions en jupe ».

La Fondation Erez a aidé Vaspi à se développer en tant que skieuse et l’a soutenue financièrement.

Elle s’entraîne désormais au National Sports Center for the Disabled dans le Colorado.

Le mois dernier, Vaspi a été la première Israélienne à participer aux championnats du monde de sports de neige para, qui se sont déroulés en Norvège et a obtenu la 13e place au classement général.

« Je suis très excitée et très fière de représenter mon pays aux Jeux pour la première fois. C’est un grand honneur et, espérons-le, cela ouvrira des portes à de nombreux autres athlètes pour qu’ils se lancent dans les sports de neige », a déclaré Vaspi au Comité international paralympique.

La skieuse paralympique israélienne Sheina Vaspi. (Crédit : autorisation/Fondation Erez)

« J’espère vraiment ouvrir la voie et donner à un plus grand nombre d’enfants en situation de handicap la possibilité d’aller à la montagne », a-t-elle déclaré à la Douzième Chaîne.

Eli Birnbaum, président du comité paralympique israélien, a déclaré : « Nous sommes très fiers qu’un pays baigné de soleil comme le nôtre ait un représentant dans cette arène hivernale. C’est une marque d’honneur pour toutes les personnes impliquées ».

Traditionnellement, Israël a une forte équipe paralympique d’été et une culture sportive pour les personnes à mobilité réduite. Aux Jeux paralympiques de Tokyo l’année dernière, l’équipe a ramené neuf médailles, dont six en or. Trente-trois athlètes israéliens ont concouru dans 11 sports, remportant des médailles en natation et en aviron.

La délégation israélienne aux Jeux olympiques d’hiver n’a pas remporté de médailles à Pékin ce mois-ci, mais a tout de même excédé les attentes. Le skieur Barnabas Szollos a obtenu une surprenante sixième place, le meilleur résultat olympique jamais obtenu par Israël en ski, et Vladislav Bykanov est devenu le patineur de vitesse le plus performant d’Israël en se classant 12e dans une course de 500 mètres.

Israël a envoyé des athlètes à tous les Jeux olympiques d’hiver depuis 1994 et n’a jamais remporté de médaille, bien que les responsables aient déclaré avoir des objectifs plus modestes. La simple qualification pour les Jeux olympiques d’hiver est une réussite considérable pour les athlètes israéliens, ont déclaré les responsables cette année.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...