Israël en guerre - Jour 140

Rechercher

La protonthérapie, la « tueuse » de cancer sans effets secondaires, bientôt en Israël

Hadassah s'associe à la société israélienne P-Cure pour une étude comparant le traitement aux rayons X traditionnels ; Ichilov a signé un accord pour le 1e centre de protonthérapie

Le personnel de l’hôpital Hadassah assistant une patiente atteinte d'un cancer de la tête et du cou dans le cadre d'un essai clinique avant qu'elle ne subisse une protonthérapie par P-Cure, à Modiin, en Israël, en avril 2023. (Crédit : P-Cure)
Le personnel de l’hôpital Hadassah assistant une patiente atteinte d'un cancer de la tête et du cou dans le cadre d'un essai clinique avant qu'elle ne subisse une protonthérapie par P-Cure, à Modiin, en Israël, en avril 2023. (Crédit : P-Cure)

La protonthérapie pour le traitement du cancer est arrivée en Israël et au Moyen-Orient avec un essai clinique en cours qui voit l’hôpital Hadassah s’associer à P-Cure, une société israélienne qui a mis au point un système unique conçu pour s’adapter aux structures hospitalières existantes.

Commencée il y a un mois, la première phase de l’essai concerne les patients atteints de cancers du cerveau, de la tête et du cou qui ont déjà été irradiés mais dont le cancer a récidivé. Les patients atteints d’autres types de cancer seront inclus ultérieurement.

Par ailleurs, le centre hospitalier Sourasky de Tel Aviv – hôpital Ichilov devait signer jeudi un accord avec Medtechnica, le partenaire israélien d’IBA, une société belge qui construit l’accélérateur de protons médical le plus grand et le plus avancé au monde.

« Le ministère de la Santé nous a accordés la seule licence pour exploiter un centre national de protonthérapie. Nous avons été jugés les plus aptes et nous avons commencé à construire un bâtiment spécifique », a déclaré le Dr. Natan Shtraus, chef de la physique médicale à Ichilov.

Le bâtiment abritera deux salles de traitement, chacune équipée d’une machine, et devrait être achevé d’ici trois à quatre ans.

Comme son nom l’indique, la protonthérapie utilise un faisceau de protons plutôt que les rayons X conventionnels (photons) en radiothérapie. L’avantage du faisceau de protons est qu’il est plus précis et moins toxique pour les tissus sains environnants.

La réduction ou l’élimination des effets secondaires invalidants de la radiothérapie est une question essentielle. Environ 50 % des patients atteints de cancer subissent une radiothérapie à un moment ou à un autre, souvent en association avec la chirurgie, la chimiothérapie et/ou l’immunothérapie.

Natan Shtraus, chef de la physique médicale, à droite, et Dr. Orit Gutfeld, directrice intérimaire de l’institut de radiothérapie, à l’hôpital Sourasky de Tel Aviv. (Crédit : Lior Tzur)

« Les rayons X photoniques endommagent le plus les tissus dès qu’ils pénètrent dans le corps, puis le faisceau continue à frapper les tissus tout au long de son parcours. Les dégâts les plus importants se produisent au début, puis le faisceau atteint la tumeur. Il continue ensuite à endommager les tissus situés derrière », a expliqué le Dr. Michael Marash, fondateur et PDG de P-Cure.

Il a expliqué qu’une solution de contournement permet d’obtenir un effet thérapeutique plus important, « mais au bout du compte, c’est tout le corps qui est irradié et ce n’est pas sûr », a-t-il ajouté.

En revanche, la protonthérapie délivre un faisceau de particules qui s’arrête à la tumeur et n’affecte pas les tissus sains avoisinants.

Une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) en 2020 a montré que les patients traités par protonthérapie étaient beaucoup moins susceptibles de souffrir d’effets secondaires graves. Toutefois, aucune différence n’a été constatée en ce qui concerne la durée de vie des patients.

Certains membres de la communauté médicale estiment que le jury ne s’est pas encore prononcé sur la question de savoir si la protonthérapie est vraiment la meilleure option et si elle vaut la peine d’être dépensée, jusqu’à ce que des essais cliniques au hasard de phase 3 soient menés.

Le personnel du centre hospitalier Hadassah assistant une patiente atteinte d’un cancer de la tête et du cou dans le cadre d’un essai clinique avant qu’elle ne subisse une protonthérapie par le P-Cure, à Modiin, en Israël, en avril 2023. (Crédit : P-Cure)

La radiothérapie par protons pour le traitement du cancer existe depuis le milieu des années 1950, mais elle était rarement utilisée. Elle a commencé à être utilisée il y a une vingtaine d’années, mais malgré les avantages qu’elle semble présenter par rapport au traitement traditionnel par rayons X, seul 1 % environ des hôpitaux et des centres anti-cancéreux du monde entier l’ont adoptée en raison des coûts qu’elle implique.

Non seulement les systèmes eux-mêmes sont onéreux – de l’ordre de 200 millions de dollars – mais leur taille nécessite généralement la construction de bâtiments spécialement dédiés, avec des murs de protection de trois à cinq mètres d’épaisseur. Les salles construites à l’hôpital Ichilov auront une hauteur de 12 mètres et seront conçues pour accueillir les systèmes de 70 tonnes, qui comprennent l’accélérateur à faisceaux de protons ainsi que des équipements d’imagerie et de surveillance.

Les patients atteints d’un cancer ont également supporté des coûts considérables. Les Israéliens qui optent pour la protonthérapie devaient jusqu’à présent se rendre à l’étranger pour se faire soigner et débourser en moyenne 100 000 dollars.

Le Dr. Michael Marash avec la machine de protonthérapie P-Cure à Shilat, en Israël. (Crédit : Nitzan Zohar)

Les machines dont Ichilov fera l’acquisition seront dotées d’un portique complet, ce qui signifie que le faisceau de protons tournera autour du patient, qui sera allongé.

« Nous préférons effectuer la protonthérapie avec le patient allongé, car c’est une position beaucoup plus stable. C’est aussi la seule façon de traiter les patients sous anesthésie, principalement les enfants », a expliqué Shtraus.

« Par ailleurs, les tumeurs se déplacent. Il n’y a pas de ligne médiane dans une tumeur. Il est donc préférable de maintenir le patient stable et de déplacer le portique autour de lui. »

Shtraus a donné l’exemple du médulloblastome, un cancer du système nerveux central et la tumeur cérébrale cancéreuse la plus courante chez les enfants, qui nécessite une irradiation de la colonne vertébrale. Il a ajouté qu’avec la protonthérapie, la colonne vertébrale des enfants et des femmes enceintes peut être traitée en laissant leur « ventre tranquille ».

L’approche de P-Cure est différente. Elle a mis au point un système moins onéreux, plus compact, qui peut s’intégrer dans les salles de radiothérapie des établissements médicaux existants. Avec cette machine, le patient est assis et repositionné autour du faisceau. L’idée est d’obtenir de meilleurs angles pour que le faisceau de protons atteigne les tumeurs.

« Notre approche est appelée thérapie adaptative. Sur la base de la connaissance ou de la compréhension de l’emplacement de la tumeur grâce au système d’imagerie et de navigation, nous pouvons replanifier le traitement en fonction de l’état réel de la tumeur et du patient à chaque séance », a déclaré Marash.

Le système P-Cure intègre le faisceau de protons à un appareil de tomodensitométrie oncologique et à des rayons X à faible dose qui suivent en permanence l’emplacement et la morphologie de la tumeur, ce qui permet de recalculer le plan de traitement du patient.

« La protonthérapie exige de savoir où ‘tirer’. Si nous ne le savons pas et que nous tirons à proximité, il y aura très peu d’effets secondaires, mais l’efficacité ne sera pas optimale. Ce que notre société a fait en introduisant la thérapie adaptative, c’est adopter l’approche ‘voir, c’est croire’. Cela nous permet de traiter non seulement les tumeurs qui ne bougent pas, mais aussi celles qui sont constamment en mouvement », a expliqué Marash.

P-Cure a construit une chambre forte spéciale juste à l’extérieur de Modiin pour la machine à protons utilisée dans l’essai clinique avec Hadassah. Le professeur Aron Popovtzer, chef du Département d’oncologie et de l’Institut d’oncologie Sharett à Hadassah, a déclaré au Times of Israel que l’étude comportait de nombreuses premières.

« C’est la première fois que nous traitons avec des protons en Israël, et nous étudions également l’irradiation où les patients pivotent autour du faisceau », a déclaré Popovtzer.

Aron Popovtzer, chef du service d’oncologie et de l’Institut d’oncologie Sharett à l’hôpital universitaire Hadassah. (Crédit : Nitzan Zohar)

« En outre, l’étude est unique en ce sens qu’elle n’examine pas seulement la toxicité et les taux de survie des patients, mais qu’elle compare également le traitement standard par rayons X à la protonthérapie en tête-à-tête », a-t-il ajouté.

Les patients ne subissent pas deux types de radiations. Il s’agit plutôt d’une question de planification et de prise de décision. Le personnel médical vérifie la capacité de traiter chaque patient avec le traitement standard et la compare avec le traitement par protons.

« Ensuite, nous traitons en fonction de ce qui est le mieux pour le patient », a déclaré Popovtzer.

Selon Popovtzer, les cas concernés par l’essai sont des cancers « dévastateurs et agressifs ».

« L’objectif ultime est de trouver de nouveaux moyens d’améliorer les résultats pour les patients atteints d’un cancer avancé pour lesquels nous pensons que la radiothérapie ordinaire n’est pas suffisante », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.