La Turquie n’a toujours pas l’intention de participer à l’Eurovision
Rechercher

La Turquie n’a toujours pas l’intention de participer à l’Eurovision

Depuis 2012, Ankara refuse de participer au concours musical, invoquant la présence de personnalités qui vont à l'encontre de la morale turque

Netta Barzilai d'Israël interprète "Toy" lors de la première demi-finale de l'Eurovision 2018, le 8 mai 2018. (Capture d'écran : YouTube)
Netta Barzilai d'Israël interprète "Toy" lors de la première demi-finale de l'Eurovision 2018, le 8 mai 2018. (Capture d'écran : YouTube)

La Turquie, qui boycotte depuis l’Eurovision depuis 2012, « ne participera pas à la prochaine édition de ce concours international de chansons Eurovision, jugeant la compétition inadaptée au jeune public, selon le président de la télévision publique turque TRT, Ibrahim Eren » cité par Europe 1.

« Nous n’envisageons pas de participer à la compétition », a déclaré Ibrahim Eren, selon le quotidien Hürriyet cité par Europe 1.

« En tant que chaîne publique, nous ne pouvons diffuser en direct à 21 heures, une heure où les enfants regardent la télévision, un Autrichien qui porte à la fois une barbe et une jupe, (…) et qui se dit à la fois homme et femme, » encore choqué par la présence de la drag queen autrichienne Conchita Wurst, gagnante de l’Eurovision en 2014.

Que l’édition 2019 de la compétition se déroule en Israël, dont la candidate Netta Barzilaï est arrivée première cette année, n’a pas été évoqué parmi les raisons justifiant l’absence de la Turquie au prochain Eurovision.

Néanmoins, la victoire d’Israël avait provoqué quelques réactions outrées au sein de la classe politique turque.

Le Premier ministre turc Binali Yildirim avait ainsi déclaré que la victoire israélienne lors du concours de l’Eurovision 2018 était une escroquerie, disant qu’Israël « ne sait que tuer, ne sait pas comment chanter ».

Au cours d’un entretien avec une chaîne de télévision turque, Yildirim a indiqué que « Toy », la chanson de Netta Barzilai, qui a apporté la victoire à la jeune chanteuse, n’était « pas bonne » et il a clamé que le système de vote avait été truqué par les « impérialistes » afin de garantir que le concours ait lieu l’an prochain à Jérusalem avec pour objectif de « semer la discorde entre les religions » dans la région.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...