Israël en guerre - Jour 191

Rechercher

L’ACRI demande à l’Université hébraïque de réintégrer Pr. Shalhoub-Kevorkian

La conférencière a appelé à abolir le sionisme et remis en question les atrocités du 7 octobre, justifiant sa suspension "afin de garantir un environnement sûr" aux étudiants du campus

Jeremy Sharon est le correspondant du Times of Israel chargé des affaires juridiques et des implantations.

Nadera Shalhoub-Kevorkian, professeure de travail social et de droit à l'Université hébraïque de Jérusalem, lors d'une présentation. (Crédit : Capture d'écran YouTube ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Nadera Shalhoub-Kevorkian, professeure de travail social et de droit à l'Université hébraïque de Jérusalem, lors d'une présentation. (Crédit : Capture d'écran YouTube ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d'auteur)

L’Association pour les droits civils en Israël (ACRI) a écrit à l’Université hébraïque de Jérusalem mercredi pour lui demander de revenir sur sa décision de suspendre la professeure Nadera Shalhoub-Kevorkian à la suite d’une série de déclarations incendiaires qu’elle a faites au cours des dernières semaines, affirmant que sa suspension violait les principes de la liberté académique et de la liberté d’expression.

Dans sa lettre, l’ACRI affirme que les remarques de Shalhoub-Kevorkian, « bien que controversées, sont protégées par le droit à la liberté d’expression, ce qui fait de sa suspension une atteinte intolérable à la liberté académique et aux droits constitutionnels ».

Au début de la semaine, la conférencière a déclaré dans une interview à la Quatorzième chaîne que le sionisme devrait être aboli et elle a remis en question les viols et autres atrocités commis par le Hamas le 7 octobre. L’année dernière, elle avait accusé Israël de commettre un génocide à Gaza.

« Il est temps d’abolir le sionisme. Ça ne peut pas continuer, c’est criminel. Ce n’est qu’en abolissant le sionisme que nous pourrons continuer […] Ils utiliseront n’importe quel mensonge. Ils ont commencé avec des bébés, ils ont continué avec le viol, et ils continueront avec un million d’autres mensonges. Nous avons cessé de les croire, j’espère que le monde cessera de les croire », a déclaré Shalhoub-Kevorkian.

La lettre de l’ACRI affirme que la suspension de Shalhoub-Kevorkian « envoie un message effrayant aux étudiants et aux membres de la faculté, en particulier aux étudiants palestiniens, suggérant que la liberté d’expression n’est tolérée que lorsqu’elle est conforme aux récits institutionnels ».

Mardi, l’Université hébraïque a accusé la professeure de profiter de sa liberté d’expression académique « pour inciter à la haine et semer la discorde », et a déclaré qu’elle l’avait suspendue « afin de garantir un environnement sûr et propice à nos étudiants sur le campus ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.