Lancer de cocktails Molotov : 1 Palestinien blessé par balle, 2 arrestations
Rechercher

Lancer de cocktails Molotov : 1 Palestinien blessé par balle, 2 arrestations

L'armée a déclaré que les trois Palestiniens lançaient des projectifs sur un véhicule israélien près de l'implantations de Mevo Dotan ; une attaque potentielle a été déjouée

Heurts entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes au nord de la Cisjordanie, le 23 juillet 2021. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)
Heurts entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes au nord de la Cisjordanie, le 23 juillet 2021. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

Un assaillant palestinien qui lançait des cocktails Molotov et des pierres sur une voiture israélienne a été touché par une balle samedi en Cisjordanie, a indiqué l’armée.

Deux autres suspects ont été arrêtés après une course-poursuite, a indiqué Tsahal.

L’armée a déclaré que les trois Palestiniens lançaient des cocktails Molotov et des pierres sur un véhicule israélien près de l’implantation de Mevo Dotan. Les soldats ont tenté de les arrêter et de déjouer une attaque terroriste potentielle, ouvrant le feu dans leur direction et touchant un suspect. Aucune information sur son état de santé n’a été communiquée.

Les deux autres ont été appréhendés peu de temps après, a déclaré l’armée.

Aucune victime israélienne n’a été signalée.

Cet incident survient après qu’un adolescent palestinien a été tué par des tirs à balles réelles lors d’affrontements avec l’armée israélienne près de sa ville natale de Nabi Saleh, a déclaré vendredi soir le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne.

Selon l’AP, Mohammad Munir al-Tamimi, 17 ans, a reçu une balle dans l’estomac lors d’affrontements avec des soldats israéliens vendredi après-midi. Il a été transporté d’urgence dans un hôpital de Salfit dans un état critique, où il est décédé plus tard dans la nuit.

L’armée a déclaré qu’elle examinerait l’incident, qui, selon elle, a eu lieu alors que des dizaines de Palestiniens lançaient des pierres sur les soldats israéliens lors d’une émeute à côté de la ville.

« Au cours des émeutes, un suspect palestinien a lancé des pierres de manière à menacer mortellement l’un des soldats. Le soldat a lancé une procédure d’arrestation qui comprenait des tirs en direction du suspect », a indiqué l’armée.

Vendredi, des affrontements ont éclaté à divers points de friction en Cisjordanie. À Beita, une ville palestinienne proche de Naplouse, des centaines de Palestiniens se sont rassemblés pour manifester contre la présence israélienne sur une colline voisine connue en arabe sous le nom de Jabal Sbeih, qui abrite l’avant-poste illégal désormais vide Evyatar.

Selon l’armée israélienne, des centaines de Palestiniens ont affronté les soldats israéliens en lançant des pierres. Deux soldats israéliens ont été légèrement blessés, a indiqué Tsahal.

https://www.facebook.com/BilalTamimi66/posts/10157666938311371

« Les troupes opérant sur les lieux ont utilisé des moyens de dispersion des émeutes et des balles Ruger », a déclaré un porte-parole de l’armée. Ces dernières sont une forme de tir réel dont l’impact, bien que moins grave que celui des balles ordinaires, peut toutefois s’avérer mortel.

Selon le Croissant-Rouge palestinien, 21 Palestiniens ont été abattus par des tirs réels israéliens, et 68 autres ont été blessés par des balles en caoutchouc. Environ 195 ont souffert de l’inhalation de gaz lacrymogènes.

Les protestations ont commencé il y a plusieurs semaines lorsque les nationalistes israéliens ont rétabli Evyatar sur Jabal Sbeih. Des centaines d’habitants d’implantation ont afflué dans la zone, organisant régulièrement des événements dans le but de pousser l’État à légaliser l’accaparement des terres.

Les Palestiniens affirment que la parcelle est un terrain privé appartenant à des résidents de Beita. Les autorités israéliennes n’ont pas encore déterminé si c’était le cas.

Un manifestant palestinien utilise une fronde pour lancer des pierres lors d’affrontements avec les forces de sécurité israéliennes dans la ville de Beita, près de Naplouse, en Cisjordanie, le 2 juillet 2021, alors que des rassemblements sont en cours dans la ville palestinienne pour protester contre le nouvel avant-poste d’Eviatar sur une colline voisine (photo JAAFAR ASHTIYEH / AFP).

Tous les vendredis depuis le mois de juin, des manifestants palestiniens se sont dirigés vers l’avant-poste, lançant des pierres sur les soldats israéliens et mettant le feu à des pneus. L’armée répond par des balles en caoutchouc et, parfois, par des tirs réels. Quatre Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens lors de ces affrontements.

À la nuit tombée, les « unités de confusion nocturne » palestiniennes lancent des lasers, scandent des slogans et brûlent des pneus pour tenter d’irriter les nouveaux résidents de la colline. Cette tactique a été empruntée à une stratégie similaire utilisée par des groupes basés à Gaza le long de la barrière frontalière avec Israël.

Afin d’apaiser les tensions dans la région, le gouvernement israélien a conclu un accord avec les habitants de l’avant-poste pour qu’ils le quittent. En échange, les bâtiments de fortune qu’ils ont installés resteront en place, Tsahal transformera la zone en une base improvisée et, au cours des prochains mois, le ministère de la Défense étudiera le terrain pour déterminer son statut et voir s’il peut être légalement transformé en une implantation officielle.

Les résidents palestiniens de Beita n’ont cependant pas accepté cet arrangement et ont juré de continuer à protester jusqu’à ce que la présence israélienne sur Jabal Sbeih prenne fin.

« C’est un accord qui a été conclu sans aucun représentant des propriétaires fonciers de Beita. C’est juste l’occupation israélienne et ses colons », a déclaré Mousa Hamayel, maire adjoint de Beita, lors d’un appel téléphonique. « Tant qu’il n’y aura pas d’accès à la terre, il continuera à y avoir une réponse naturelle ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...