Rechercher

L’ancien général Gal Hirsch mis en examen pour fraude fiscale

L'ancien général et trois associés sont accusés d'avoir éludé l'impôt sur plus de 6 millions de shekels de revenus provenant de contrats de défense en Géorgie

L'ancien général de brigade Gal Hirsch donne une conférence annonçant son entrée en politique à Tel Aviv, le 26 décembre 2018. (Crédit : Flash 90)
L'ancien général de brigade Gal Hirsch donne une conférence annonçant son entrée en politique à Tel Aviv, le 26 décembre 2018. (Crédit : Flash 90)

Un ancien général de brigade de l’armée israélienne, qui a, pendant un temps, brigué le poste de chef de la police israélienne, a été mis en examen jeudi pour délits fiscaux.

Les accusations ont été déposées au tribunal de première instance de Tel Aviv contre Gal Hirsch, qui a quitté l’armée en 2006 suite aux critiques concernant les échecs de Tsahal lors de la deuxième guerre du Liban.

Selon l’acte d’accusation, Hirsch a omis de déclarer ou a frauduleusement déclaré certains des bénéfices tirés de ses opérations dans une société de défense en Géorgie, soit une somme de pas moins de 6,1 millions de shekels.

L’acte d’accusation incrimine Hirsch ainsi que ses associés en affaires Oded Shachnai et Mikhael Benimini. Un acte d’accusation distinct a été déposé contre Yaniv Adam dans le cadre d’une négociation de plaidoyer.

Les quatre hommes étaient associés dans Defensive Shield, une société qui fournissait des conseils en matière de défense et de formation militaire et servait d’intermédiaire pour la vente d’armes à la Géorgie, et qui a également fourni des services à d’autres pays entre 2007 et 2009.

Selon la Treizième chaîne, Hirsch avait été en contact avec les procureurs ces dernières semaines au sujet d’un éventuel accord de plaidoyer, mais les parties ne sont pas parvenues à un accord.

Yaniv Adam, cadre de Defensive Shield, Yuval Fuchs, ambassadeur d’Israël en Géorgie, et Oded Shachnai, cadre de Defensive Shield, en Géorgie en 2012. (Capture d’écran Facebook)

Les procureurs allèguent que les hommes ont, à eux trois, empoché pas moins 40 millions de shekels, mais n’ont pas déclaré ces revenus à l’administration fiscale.

Selon le procureur général, les quatre partenaires commerciaux ont créé un réseau de sociétés et de comptes bancaires en Israël, en Géorgie et dans les îles Vierges britanniques, qu’ils ont utilisé pour recevoir des revenus du ministère géorgien de la Défense, les répartir entre eux et les dissimuler à l’administration fiscale israélienne.

« Cet ensemble complexe et ramifié de sociétés, ainsi que les nombreux accords et comptes bancaires utilisés, avaient pour but, entre autres, d’aider les accusés à recevoir les fonds, à les diviser tout en dissimulant leur réception et en les aidant à cacher leurs revenus », ont déclaré les procureurs.

Hirsch et Shachnai géraient conjointement les activités de la société en Géorgie, notamment la gestion, la planification et la mise en œuvre, selon l’acte d’accusation. Ils étaient chargés d’assurer la liaison avec le ministère de la Défense géorgien et les fonctionnaires locaux. Benimini travaillait en Géorgie pour promouvoir la société et ses intérêts, tandis qu’Adam était responsable, entre autres, de la supervision professionnelle et du mentorat dans le cadre du programme.

Selon le procureur de l’État, en 2007-2009, Shachnai a omis de déclarer des revenus personnels d’au moins 19,5 millions de shekels. Benimini est accusé d’avoir caché des revenus personnels de 13,6 millions de shekels à l’administration fiscale.

Yaniv Adam, le père du chanteur Omer Adam, est accusé d’avoir caché 3,8 millions de shekels. Dans le cadre de sa négociation de plaidoyer, il a accepté d’admettre sa culpabilité pour les accusations liées à sa négligence dans la déclaration de ses revenus, et les parties demanderont à leur tour au tribunal une peine convenue de six mois de travaux d’intérêt général et une amende de 100 000 shekels, après régularisation de la dette fiscale avec les autorités.

Le 30 juin 2019, Gal avait rejoint le Likud à la demande du Premier ministre Netanyahu, selon un post publié sur Facebook. (Crédit : Facebook)

Les avocats de Hirsch, Navot Tel-Tzur, Giora Aderet et Tal Shapira, ont déclaré en réponse à l’acte d’accusation qu’ils avaient « reçu avec regret » l’annonce de l’acte d’accusation.

« Avec l’effondrement des affaires de corruption qui ont conduit de manière injustifiée à faire échouer la nomination de Hirsch au poste de chef de la police d’Israël, nous nous retrouvons avec une mise en examen bancale pour suspicion d’infraction fiscale », ont-ils déclaré dans un communiqué adressé au radiodiffuseur public Kan.

« Au cours de plusieurs audiences, nous avons longuement présenté à l’accusation des preuves sans équivoque que tous les rapports de Hirsch étaient légaux et que l’intégralité des impôts a été payée sur ses revenus », ont déclaré les avocats.

Hirsch est un politicien du Likud et était le favori des militants du parti pour le rôle de chef de la police.

Benimini est un proche parent de l’ancien ministre de la Défense géorgien Davit Kezerashvili et a récemment dirigé un centre d’appel d’options binaires et de crypto-monnaies depuis l’Albanie.

Simona Weinglass a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...