Larijani rejette la comparaison avec Pourim et dit à Netanyahu d’aller “lire la Torah”
Rechercher

Larijani rejette la comparaison avec Pourim et dit à Netanyahu d’aller “lire la Torah”

Le jour de la fête commémorant le génocide évité des Juifs en Perse, le président du parlement iranien a déclaré que “nous n’attendons rien de plus d’un sioniste mauvais que de présenter de tels mensonges”

Ali Larijani, président du parlement iranien. (Crédit : capture d'écran Youtube/NDTV)
Ali Larijani, président du parlement iranien. (Crédit : capture d'écran Youtube/NDTV)

Le président du parlement iranien a rejeté dimanche la comparaison du Premier ministre Benjamin Netanyahu entre les Perses antiques qui ont cherché à annihiler les Juifs selon l’histoire de Pourim avec l’Iran moderne, conseillant au dirigeant israélien d’étudier l’histoire et la Bible juive.

Pendant son discours dimanche devant le parlement, qui coïncidait avec la fête de Pourim, Ali Larijani a déclaré à Téhéran que, « apparemment, [Netanyahu] n’est familier ni avec l’histoire, et n’a pas non plus la Torah », selon les médias iraniens.

Larijani a déclaré que Netanyahu « a déformé la période historique pré-islamique des Iraniens et a tenté de faussement représenter les évènements. Bien sûr, nous n’attendons rien de plus d’un mauvais sioniste que de proférer de tels mensonges », a-t-il déclaré selon l’agence de presse parapublique Fars.

Jeudi, pendant un rendez-vous avec le président russe Vladimir Poutine à Moscou, Netanyahu a déclaré que la Perse avait fait « une tentative de détruire le peuple juif qui n’a pas réussi » il y a quelque 2 500 ans, un évènement commémoré par la fête juive de Pourim.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec le président russe Vladimir Poutine lors de leur rencontre à Moscou, le 9 mars 2017. (Crédit : Pavel Golovkin/Pool/AFP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec le président russe Vladimir Poutine lors de leur rencontre à Moscou, le 9 mars 2017. (Crédit : Pavel Golovkin/Pool/AFP)

« Aujourd’hui, l’héritier de la Perse, l’Iran, tente de détruire l’Etat des Juifs, a déclaré Netanyahu. Ils le disent aussi clairement que possible, et l’écrivent sur leurs missiles balistiques. »

Poutine a rejeté la comparaison de Netanyahu, lui disant que ces évènements avaient eu lieu « au cinquième siècle avant l’ère commune ».

« Nous vivons maintenant dans un monde différent. Parlons de cela à présent », avait ajouté le président russe.

Pourim, qui a commencé samedi soir, commémore l’ « histoire biblique d’un génocide évité des Juifs dans l’empire perse il y a quelque 2 500 ans, et est une occasion festive célébrée avec des déguisements, des parades et des fêtes dans les rues des villes d’Israël.

Dans l’histoire biblique de Pourim, racontée dans le Livre d’Esther, le vizir Aman prévoit de tuer tous les Juifs du royaume. Le roi Assuérus soutient initialement ce projet, mais son épouse juive, Esther, réussit à le convaincre de ne pas permettre à Aman de tuer les Juifs. Assuérus fait tuer Aman et ses fils, et les Juifs obtiennent la permission de tuer tous ceux qui veulent les détruire.

Hommes et enfants ultra-orthodoxes pendant la lecture du livre d'Esther, qui raconte l'histoire de la fête juive de Pourim, dans une yeshiva de Jérusalem, le 24 mars 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Hommes et enfants ultra-orthodoxes pendant la lecture du livre d’Esther, qui raconte l’histoire de la fête juive de Pourim, dans une yeshiva de Jérusalem, le 24 mars 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Même si les historiens ne sont pas d’accord sur la date précise de cette histoire, tous acceptent qu’elle se soit déroulée pendant l’empire achéménide pendant le cinquième siècle avant l’ère commune, plus de 1 000 ans avant l’apparition de l’islam.

Environ 25 000 Juifs vivent en Iran, où ils sont reconnus comme une minorité et un député juif siège au parlement.

L’année dernière, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, avait affirmé que Téhéran avait sauvé trois fois les Juifs dans l’histoire, mentionnant le génocide évité par le roi perse comme l’une de ces occasions, tout en négligeant de mentionner qu’Assuérus avait initialement accepté le projet d’Aman de tuer tous les Juifs.

« Il est malheureux que M. Netanyahu déforme maintenant totalement les réalités d’aujourd’hui », avait déclaré Zarif en mars 2015.

Benjamin Netanyahu and his wife Sara host rabbis and scholars at their home for a Bible study session in October (photo credit: Marc Israel Sellem/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara accueillent rabbins et spécialistes à leur résidence pour une étude de la Torah, en mai 2012. (Crédit : Marc Israel Sellem/Flash90)

« Il déforme même ses propres textes [saints]. Si vous lisez le Livre d’Esther, vous verrez que c’est le roi iranien qui a sauvé les Juifs […]. Il est sincèrement, sincèrement regrettable que le sectarisme en arrive au point de faire des accusations contre une nation toute entière qui a sauvé les Juifs trois fois dans l’histoire : une fois quand un Premier ministre a tenté de tuer les Juifs, et que le roi a sauvé les Juifs ; une fois encore à l’époque de Cyrus le Grand, quand il a sauvé les Juifs de Babylone ; et pendant la Seconde Guerre mondiale, quand l’Iran a sauvé les Juifs. »

Fils d’un célèbre historien, Netanyahu a relancé une session d’étude biblique hebdomadaire à sa résidence officielle en 2012. L’un de ses fils, Avner, a remporté le Quiz international sur la Bible.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...