Poutine balaye le récit de Pourim et exhorte Netanyahu à vivre dans le présent
Rechercher

Poutine balaye le récit de Pourim et exhorte Netanyahu à vivre dans le présent

Après que le Premier ministre a fait part de ses inquiétudes concernant l'Iran, au regard de l'histoire de la fête, le président russe affirme que "nous vivons dans un monde différent, désormais"

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec le président russe Vladimir Poutine lors de leur rencontre à Moscou, le 9 mars 2017. (Crédit : Pavel Golovkin/Pool/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec le président russe Vladimir Poutine lors de leur rencontre à Moscou, le 9 mars 2017. (Crédit : Pavel Golovkin/Pool/AFP)

Le président russe Vladimir Poutine a dit au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu d’arrêter de vivre dans le passé. Le chef d’État israélien avait tenté d’associer les tensions avec l’Iran à la fête juive qui commémore un génocide raté des juifs par la Perse antique.

Poutine et Netanyahu, qui se sont rencontrés à Moscou. Netanyahu a déclaré que la Perse avait « tenté de détruire le peuple juif, mais sans succès », il y a 2 500 ans. Cet évènement sera commémoré par la fête de Pourim, qui commence samedi soir en Israël et qui se poursuivra jusqu’à lundi dans certaines villes.

« Aujourd’hui, les héritiers de la Perse, l’Iran tentent de détruire l’État des juifs », a affirmé Netanyahu. « Ils le crient haut et fort et l’écrivent sur leurs missiles balistiques. »

Poutine, sur un ton conciliant, a rappelé à Netanyahu que les évènements qu’il évoque se sont produits « au cinquième siècle avant l’ère commune ».

« Nous vivons dans un monde différent, désormais. Parlons du présent », a poursuivi Poutine.

Cet échange met en lumière les divergences radicales qui opposent ces deux chefs d’État. Netanyahu se considère comme le gardien du peuple juif contre les menaces existentielles, notamment l’Iran et son programme nucléaire.

Poutine, pour sa part, a cherché à conserver des liens amicaux avec Téhéran, notamment en vendant aux Iraniens le système de défense aérienne S-300, malgré les objections d’Israël.

(Crédit : Pourim 2015 en Israël/AFP PHOTO / JACK GUEZ)
(Crédit : Pourim 2015 en Israël/AFP PHOTO / JACK GUEZ)

La fête de Pourim commémore l’histoire de Mardochée et d’Esther, qui ont contrecarré les plans du vice-roi Haman. Ce dernier prévoyait d’exterminer le peuple juif. Les juifs du monde entier célèbrent leur victoire en lisant le Livre d’Esther, en échangeant des paniers de nourriture, en se déguisant et en partageant des repas festifs.

Les opinions des Sages divergent quant à l’exactitude du récit de Pourim.

Netanyahu a utilisé l’histoire de Pourim devant des diplomates pour saboter les ambitions de l’Iran par le passé. Il l’avait notamment mentionnée durant un discours très controversé devant le Congrès en mars 2015, la veille de Pourim.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu donne un discours contre l'accord avec l'Iran alors imminent et soutenu par les Etats-Unis, au Capitole, à Washington DC, le 3 mars 2015. (Crédit photo : Win McNamee/Getty Images/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu donne un discours contre l’accord avec l’Iran alors imminent et soutenu par les Etats-Unis, au Capitole, à Washington DC, le 3 mars 2015. (Crédit photo : Win McNamee/Getty Images/AFP)

« Demain soir, durant la fête juive de Pourim, nous lirons le Livre d’Esther. Nous lirons l’histoire d’un puissant vice-roi Perse nommé Haman, qui a comploté contre le peuple juif, il y a 2 500 ans. Mais une femme juive courageuse, la Reine Esther, a mis au grand jour ce complot et a octroyé au peuple juif le droit de se défendre face à leurs ennemis. Le complot a échoué. Notre peuple a été sauvé », avait-il dit à l’époque.

« Aujourd’hui, le peuple juif subit la menace d’un autre Perse qui souhaite nous détruire. »

Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammed Javad Zarif avait réagi à ce discours en disant que Netanyahu s’était trompé. En effet, avait-il dit, « si vous lisez le Livre d’Esther, vous verrez que c’est le roi iranien qui a sauvé les Juifs ».

Zarif faisait référence au fait que le décret autorisant les juifs à mettre fin au génocide émanait du Roi Assuérus, bien qu’il ne soit dépeint dans le Livre d’Esther comme une simple figure de proue, facilement manipulé par Haman, puis par Esther.

Aucune réaction ne s’est fait entendre de la part de l’Iran suite à cet échange entre Poutine et Netanyahu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...