L’armée découvre un deuxième tunnel d’attaque transfrontalier du Hezbollah
Rechercher

L’armée découvre un deuxième tunnel d’attaque transfrontalier du Hezbollah

Un haut-responsable de l'armée israélienne a par ailleurs déclaré qu'il "y a des chances que nous ayons à agir au Liban"

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec des diplomates basés en Israël à la frontière avec t le Liban pour leur montrer les tunnels souterrains du Hezbollah, le 6 décembre 2018..(Crédit : Haim Tzach/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec des diplomates basés en Israël à la frontière avec t le Liban pour leur montrer les tunnels souterrains du Hezbollah, le 6 décembre 2018..(Crédit : Haim Tzach/GPO)

L’armée israélienne a découvert jeudi un deuxième tunnel d’attaque transfrontalier du Hezbollah dans la Galilée occidentale, a indiqué Tsahal.

Selon les autorités israéliennes, le tunnel prend sa source dans le village libanais de Ramyeh, sous un certain nombre de maisons, et passe en territoire israélien près du village de Zarit.

Le porte-parole de Tsahal, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, a indiqué que le tunnel n’était pas encore opérationnel et ne constituait pas une menace immédiate pour les habitants de la région, comme ce fut le cas pour le tunnel découvert mardi.

L’armée a confirmé qu’elle opère également dans une deuxième zone en Galilée occidentale.

Le porte-parole de Tsahal, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, a ajouté que l’armée israélienne a fourni au commandant de la FINUL une carte et des renseignements sur le tunnel de Ramyeh lors de sa visite en Israël ce jeudi.

L’armée dit avoir demandé à la FINUL, la force de maintien de la paix des Nations Unies, de détruire le tunnel de Ramyeh, du côté libanais de la frontière.

Le général de division Yoel Strick, chef du Commandement Nord de Tsahal, a également déposé une plainte officielle concernant ce qu’il a appelé la violation par le Hezbollah de la résolution 1701 de l’ONU, qui a mis fin à la deuxième guerre au Liban en 2006 et appelé les groupes armés, ainsi que l’armée libanaise, à rester au Nord du Litani, le fleuve du pays.

L’armée israélienne perce le sol au sud de la frontière libanaise pour tenter de localiser et de détruire les tunnels d’attaque du Hezbollah qui, selon elle, sont entrés en territoire israélien, le 5 décembre 2018. (Forces de défense israéliennes)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a de son côté emmené jeudi des diplomates basés en Israël à la frontière entre son pays et le Liban pour leur montrer les tunnels souterrains du Hezbollah, les appelant à sanctionner le groupe terroriste chiite libanais et ennemi de l’Etat hébreu.

« Nous faisons face à un grand ennemi. L’ennemi s’appelle l’Iran. L’Iran tente d’agir sur deux niveaux : l’un est de développer un arsenal nucléaire », dit-il. « Nous gérons cela avec d’autres moyens, notamment l’exposition des archives nucléaires et l’entrepôt nucléaire à Téhéran. »

« La seconde chose que fait l’Iran est de développer des armes conventionnelles contre nous dans leur guerre ouverte destinée à exterminer Israël. Ils le disent ouvertement, chaque jour », a affirmé le Premier ministre aux diplomates.

Dans un communiqué, le bureau de Netanyahu a déclaré qu’il avait « dit aux ambassadeurs qu’ils devraient condamner sans équivoque cette agression par l’Iran, le Hezbollah et le Hamas, et bien sûr intensifier les sanctions contre ces éléments ».

Israël a annoncé mardi avoir découvert des tunnels du Hezbollah, son ennemi juré soutenu par l’Iran, infiltrant son territoire depuis le Liban, et a lancé une opération pour les détruire.

Mercredi, Benjamin Netanyahu a demandé par téléphone au secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, que l’ONU condamne la « violation de la souveraineté israélienne » par le Hezbollah, selon le compte Twitter des services du Premier ministre.

Jeudi, il a affirmé que le Hezbollah, comme le groupe terroriste du Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza, agissait pour le compte de leur protecteur, l’Iran.

« Quiconque nous attaque verra couler son propre sang », a-t-il dit. « Le Hezbollah le sait et le Hamas le sait aussi. »

L’armée israélienne a affirmé qu’un des tunnels détectés partait d’une maison dans le village libanais de Kfar Kila, courant sur 40 m en territoire israélien, ajoutant travailler à sa « neutralisation ».

Netanyahu a assuré que l’opération permettra de détruire chaque tunnel du Hezbollah et que cela amoindrira considérablement à la capacité de nuire du groupe terroriste.

Un haut-responsable a par ailleurs déclaré qu’il « y a des chances que nous ayons à agir au Liban ».

Le responsable a ajouté que l’opération des tunnels était l’une des raisons pour lesquelles l’armée israélienne n’a pas lancé d’offensive contre le Hamas à Gaza le mois dernier.

« Les tunnels sont plus larges et leur objectif est de transférer des bataillons entiers ou de nombreux combattants en Israël pour des tueries, des kidnapping et pour conquérir des villes (israéliennes) », a déclaré le responsable.

Il a également déclaré que si le Hezbollah planifiait de développer des milliers de précision, il n’a, en pratique, que quelques dizaines de missiles.

« Nous avons perturbé leurs plans avec des dizaines d’actions… qui ont considérablement ralenti leur programme », a déclaré le responsable.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...