L’armée et la police se préparent à de possibles violences contre le plan Trump
Rechercher

L’armée et la police se préparent à de possibles violences contre le plan Trump

Des renforts ont été déployés au mont du Temple, en Cisjordanie et à Gaza ; plusieurs dizaines de manifestants dispersés près d'Al-Aqsa

La police des frontières israélienne sécurisent une position tandis qu'un bulldozer de l'armée nettoie la route bloquée plutôt par des protestants palestiniens lors d'émeutes mineures, le 30 janvier 2020. (Crédit : AP Photo/Nasser Nasser)
La police des frontières israélienne sécurisent une position tandis qu'un bulldozer de l'armée nettoie la route bloquée plutôt par des protestants palestiniens lors d'émeutes mineures, le 30 janvier 2020. (Crédit : AP Photo/Nasser Nasser)

Les forces israéliennes se sont préparées vendredi à la possibilité que la colère palestinienne qui couve à propos d’un nouveau plan de paix américain prenne une tournure violente, bien que les responsables israéliens estiment que les tensions resteront en dessous du point d’ébullition.

Les derniers jours ont été marqués par une augmentation des affrontements de faible intensité avec les troupes en Cisjordanie et une augmentation des tensions le long de la frontière de Gaza, suite à la publication de la proposition américaine, que les dirigeants palestiniens ont rejetée catégoriquement comme étant unilatéralement favorable à Israël.

L’armée a déclaré cette semaine qu’elle déployait des troupes supplémentaires en Cisjordanie et le long de la frontière de Gaza par crainte d’une violence accrue à en réaction au plan Trump.

Jeudi, la police a déclaré qu’elle renforcerait son contingent d’officiers sur et autour du mont du Temple vendredi.

La police des frontières arrête un Palestinien avant une manifestation contre le plan de paix du président américain Donald Trump, à Jérusalem, le 29 janvier 2020. (Crédit : AP Photo/Mahmoud Illean)

Vendredi matin, quelques troubles ont émaillé sur le site, avec plusieurs dizaines de défilés et de slogans nationalistes après les prières du matin. Les policiers ont dispersé la foule.

L’armée pense maintenant que les agitations seront principalement limitées, surtout depuis que les États-Unis ont mis un frein aux projets israéliens d’annexion hâtive de parties de la Cisjordanie, selon les médias israéliens.

« Quelle que soit la décision des responsables politiques, l’armée saura comment assurer la sécurité », a déclaré jeudi à la Treizième chaîne news le major Aharon Haliva, chef de la division des opérations. « Nous sommes prêts à faire face à des flambées de violence dans n’importe quelle région. Nous avons renforcé le nombre de bataillons en Cisjordanie et à Gaza. »

Bien que les Palestiniens aient menacé de réduire la coopération en matière de sécurité avec Israël, considérée comme essentielle pour contenir la violence en Cisjordanie, celle-ci est restée en place jusqu’à présent.

Un émeutier palestinien lance une pierre lors d’affrontements avec les forces de sécurité israéliennes suite à une manifestation dans la ville de Bethléem en Cisjordanie, le 29 janvier 2020. (Musa AL SHAER / AFP)

Les Palestiniens ont organisé des manifestations dans toute la Cisjordanie mercredi et jeudi, bien que la participation ait été relativement limitée et que les manifestations aient été facilement contenues par les troupes de l’armée et la police des frontières.

Le Croissant Rouge palestinien a déclaré qu’un total de 18 personnes avaient été blessées dans les villes de Ramallah et de Hébron en Cisjordanie jeudi lors des manifestations.

A Ramallah, les troupes israéliennes ont tiré des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Selon le Club des prisonniers palestiniens basé à Ramallah, 33 manifestants ont été arrêtés au cours des dernières 24 heures.

Jeudi soir, huit Palestiniens ont été arrêtés, soupçonnés d’avoir jeté de pierres sur des voitures israéliennes sur des routes proches de Ramallah, et un agent de la police des frontières a été légèrement blessé lors d’affrontements avec des émeutiers, selon la Douzième chaîne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...