L’armée pourrait tirer sur les lanceurs de cerfs-volants enflammés
Rechercher

L’armée pourrait tirer sur les lanceurs de cerfs-volants enflammés

L'armée réfléchit aux moyens de contrer les cocktails Molotov transportés par voie aérienne depuis l'enclave palestinienne, notamment en utilisant des drones pour les abattre

Des Palestiniens font voler un cerf-volant alors qu'ils se rassemblent à la frontière avec Israël, à l'est de Jabalia, dans le centre de la ville de Gaza, lors d'une manifestation le 13 avril 2018 (Crédit : AFP / Mohammed Abed)
Des Palestiniens font voler un cerf-volant alors qu'ils se rassemblent à la frontière avec Israël, à l'est de Jabalia, dans le centre de la ville de Gaza, lors d'une manifestation le 13 avril 2018 (Crédit : AFP / Mohammed Abed)

Les militaires israéliens réfléchissent à renforcer spectaculairement leur réponse aux cerfs-volants qui servent à transporter des bombes artisanales depuis Gaza et qui ont été à l’origine d’un important nombre d’incendies autour des villes israéliennes. Les militaires envisageraient même d’ouvrir le feu sur ceux qui les lancent.

La tactique, dans laquelle un cocktail Molotov est attaché à un cerf-volant et envoyé par voie aérienne de l’autre côté de la frontière vers Israël, a entraîné un important incendie mercredi qui a consumé des douzaines d’acres de pâturage et de champs agricoles pendant six heures, à proximité du kibboutz Beeri, malgré les efforts conjugués de dix équipes de sapeurs-pompiers.

Au cours des dernières semaines, les Gazaouis ont régulièrement fait voler des cerf-volants équipés de carburant enflammé avec souvent du charbon ou des sacs de sucre pour garantir une combustion lente et longue. Cette tactique a été introduite dans le cadre des manifestations de « la Marche du Retour » à la clôture frontalière qui ont commencé le 30 mars et devraient s’achever à la mi-mai.

Ces protestations massives sont encouragées par le groupe terroriste du Hamas, qui contrôle Gaza, et dont les leaders affirment qu’elles ont pour objectif la suppression de la frontière et la « libération de la Palestine ».

La fumée et les flammes montent des champs près du kibboutz Beeri après que les Palestiniens ont envoyé un cerf-volant avec un cocktail Molotov au-dessus de la frontière, le 2 mai 2018 (Capture d’écran : Rafi Bavian)

Tandis que le nombre d’attaques au cerf-volant atteint les 15 par jour, les responsables militaires réfléchissent dorénavant à de nouvelles mesures pour mettre un terme à cette pratique, notamment des options inspirées des réponses apportées par les militaires aux tirs de roquette et autres attentats terroristes.

Selon la chaîne Hadashot et la Dixième chaîne, l’armée réfléchit actuellement à riposter à ces lancements de cerf-volants par des frappes aériennes contre les infrastructures du Hamas comme elle le fait à chaque fois qu’une roquette est tirée depuis Gaza vers Israël.

Elle prend également en considération la possibilité de déployer des tireurs isolés et des drones aériens capables de détruire les cerf-volants dans les airs – et, a ajouté Hadashot, de prendre pour cible ceux qui, sur le terrain, lancent ces cerf-volants.

Les nouvelles options actuellement envisagées n’ont pas encore été mises en oeuvre mais, ont fait savoir des informations, elles reflètent la détermination croissante des militaires à mettre un terme au phénomène avant qu’il ne provoque un incendie qui pourrait s’avérer meurtrier dans une zone peuplée d’Israël.

L’incendie déclenché mercredi à proximité de Beeri, qui s’est propagé sur des douzaines d’acres, a été le plus important jusqu’à présent, probablement en raison des conditions météo – sèches, venteuses et chaudes – redoutables en cas de feu.

Un cerf-volant marqué d’une croix gammée, a volé à travers la frontière de Gaza en Israël avec un cocktail Molotov, le 20 avril 2018 (porte-parole des FDI)

Les soldats israéliens ont réussi à empêcher un autre feu mercredi, parvenant à atteindre un cerf-volant qui transportait un récipient de carburant en combustion alors qu’il tombait sur le territoire israélien. Ils l’ont éteint grâce à des extincteurs portatifs.

L’incendie de mercredi a touché des pâturages et des champs agricoles dans le secteur connu sous le nom de forêt de Beeri, qui a été en proie aux flammes à de multiples reprises ces dernières semaines.

Manquant de moyens et de commandements officiels pour empêcher ces attaques incendiaires au cerf-volant, les soldats israéliens ont principalement réagi en traquant les cerf-volants dépassant la frontière et en prévenant les pompiers pour qu’ils de déplacent vers les lieux d’atterrissage.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...