Larry Johnson, ex-joueur de football américain, poste des tweets antisémites
Rechercher

Larry Johnson, ex-joueur de football américain, poste des tweets antisémites

L'ex-joueur des Chiefs de Kansas City a accusé les Juifs d'être impliqués notamment dans le proxénétisme, la pédophilie, des sacrifices humains et des meurtres

Le demi-offensif des Kansas Chiefs  Larry Johnson pendant un match à l'Arrowhead Stadium de Kansas City, dans le Missouri, le 4 octobre 2009 (Crédit :  Jamie Squire/Getty Images via JTA)
Le demi-offensif des Kansas Chiefs Larry Johnson pendant un match à l'Arrowhead Stadium de Kansas City, dans le Missouri, le 4 octobre 2009 (Crédit : Jamie Squire/Getty Images via JTA)

Larry Johnson, ancien demi-offensif qui a joué pendant sept saisons au sein de l’équipe des Chiefs de Kansas City, a tweeté à de multiples reprises à ses plus de 147 000 abonnés ce week-end qu’une « cabale » juive était impliquée dans « le trafic d’êtres humains, le proxénétisme, la pédophilie, les tortures rituelles sur les enfants, la perversion, les sacrifices humains/le meurtre ».

Il n’a montré aucune intention de présenter ses excuses lundi.

Johnson avait posté l’un de ces tweets en réponse à Max Kellerman, l’un des coprésentateurs de l’émission « First Take » diffusée sur ESPN – qui est Juif – et qui avait récemment déclaré sur le plateau que « les Juifs n’ont pas de plan de domination mondiale ».

Kellerman répondait à des posts publiés sur les réseaux sociaux par une autre star de la Ligue américaine de football (NFL), DeSean Jackson, qui avait, le mois dernier, publié une citation faussement attribuée à Adolf Hitler accusant les Juifs de nourrir « un plan de domination du monde ».

Jackson avait ultérieurement supprimé la publication et présenté ses excuses.

Samedi, Johnson a posté une vidéo montrant Alan Dershowitz s’exprimant devant le groupe pro-israélien StandWithUs. L’avocat y disait, entre autres, que « nous avons gagné le droit d’influencer le débat public et nous avons gagné le droit d’être entendus ».

Le post écrit par Johnson, qui accompagnait la vidéo, a accusé les Juifs de chercher à dissimuler « un marché lucratif dans la pédophilie, le trafic d’être humains, l’exploitation sexuelle des enfants et la torture ».

Lundi, Johnson a noté l’attention entraînée par ses publications, écrivant que « j’ai mis en colère ‘les rabbins’ d’ici jusqu’à Israël ».

Puis, mardi soir, il a publié une réponse en direction des médias qui s’étaient saisis de ses tweets précédents, écrivant que « Le Plus-Haut ne m’a pas retiré de ce monde et n’a pas placé en moi sa RUACH pour que je présente des excuses aux enfants d’EDOM, de JAPHETH et ASHKENAZ, qui n’ont aucune alliance avec Abraham, Isaac et Jacob. »

Johnson a joué pour les Chiefs jusqu’en 2009. Il a été ensuite suspendu pour une « conduite nuisant au club » suite à une série de tweets homophobes.

Depuis le mois de février, Johnson émet un Podcast appelé « Sight to the Blind » qui, note sa description, « expose les racines obscures de notre société et de notre culture dans le but de révéler des secrets profondément dissimulés qui n’ont jamais été révélés », selon le site StopAntiSemitism.org.

Johnson cite fréquemment Louis Farrakhan, leader de Nation of Islam, qui a de nombreux antécédents en termes de propos antijuifs.

Un épisode du podcast datant du début du mois de juillet est intitulé « Antisémite ». Sa description dit : « Ce n’est pas une guerre de races mais une guerre de nations. Si vous ne savez pas qui contrôle la propagande dans cette guerre, comment pouvez-vous dire qui est l’ennemi réel ? Ceux qui ne sont pas une nation ont comploté de manière à garder endormie la véritable nation d’Israël et utiliseront la race et les unions à Hollywood comme The Smiths pour continuer à le faire. »

La description d’un autre épisode dit en partie : « Qu’est-ce que la véritable nation d’Israël ? D’où vient sa lignée en réalité ? Quel est le plan ourdi par Satan dans le monde d’aujourd’hui ? »

Les tweets de Johnson étaient encore en ligne dans la matinée de mercredi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...