Rechercher

L’Autorité de l’électricité annonce une hausse des prix de 10 % à partir d’août

Israël serait relativement protégé contre la crise énergétique mondiale grâce au gaz naturel local, mais la guerre en Ukraine entrave sérieusement l'approvisionnement en charbon

Vue de la centrale électrique de Reading et de la rivière Yarkon à Tel Aviv, le 27 janvier 2020. (Crédit: Gershon Elinson/Flash90)
Vue de la centrale électrique de Reading et de la rivière Yarkon à Tel Aviv, le 27 janvier 2020. (Crédit: Gershon Elinson/Flash90)

Les Israéliens qui ont déjà du mal à faire face à la hausse des coûts et à l’inflation galopante vont bientôt recevoir un nouveau coup au portefeuille, après que l’Autorité de l’électricité a annoncé lundi que les prix de l’électricité augmenteront de près de 10 % le mois prochain.

L’Autorité a imputé cette hausse des prix à la crise énergétique mondiale, qui a débuté en 2021 et qui a été exacerbée par la guerre en Ukraine. Elle inclut une hausse spectaculaire du coût des hydrocarbures nécessaires aux centrales électriques, malgré le fait qu’Israël extrait désormais son propre gaz naturel pour l’exportation.

L’augmentation de 9,6 % des prix, qui entrera en vigueur le 1er août, doit encore recevoir une approbation finale, qui est attendue au cours des deux prochaines semaines, selon le quotidien Israel Hayom.

Les consommateurs paieront 49,54 agorot par kilowattheure, si la hausse entre en vigueur, une augmentation modeste, par rapport à celles enregistrées dans d’autres pays, grâce au gaz naturel produit localement en Israël, selon une déclaration de l’Autorité.

Toutefois, une hausse des prix était nécessaire, car environ 23 % de la production d’électricité d’Israël repose encore sur le charbon, précise le communiqué, dont la Russie est l’un des principaux exportateurs mondiaux.

Si l’inflation en Israël a été plus modeste que dans d’autres pays, le pays a connu de fortes hausses générales, allant de la nourriture aux matériaux de construction. Le pays s’efforce également de maîtriser la flambée des prix de l’immobilier.

Illustration : Voiture à une station-service, à Jérusalem, le 11 mars 2022. (Crédit : Jamal Awad/Flash90)

Il y a deux semaines, le prix du carburant dans le pays a fait un bond pour atteindre 8 shekels par litre, après avoir oscillé sous ce seuil pendant plusieurs mois.

Le coût des produits laitiers soumis au contrôle des prix par le gouvernement a augmenté de 4,9 % il y a deux semaines, et la moyenne des œufs – à prix contrôlé – a augmenté de 6,5 % vendredi ; c’est la première fois depuis janvier 2019 que leur prix a augmenté.

Ces hausses incessantes ont conduit 2 500 Israéliens à manifester sur la place Habima à Tel-Aviv il y a plus d’une semaine, pour protester contre le coût élevé de la vie en Israël et la flambée des prix du logement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...