Rechercher

L’avocat israélien Moshe Strugano inculpé aux États-Unis pour délit d’initié

Les États-Unis demandent l'extradition de l'avocat qui s'est spécialisé dans la création de sociétés offshore ; il risque jusqu'à 25 ans de prison ; il nie les allégations

Simona Weinglass est journaliste d'investigation au Times of Israël

Moshe Strugano, en 2013. (Crédit: Capture d'écran Facebook)
Moshe Strugano, en 2013. (Crédit: Capture d'écran Facebook)

Un avocat israélien spécialisé dans la création de sociétés offshore a été inculpé aux États-Unis pour délit d’initié présumé.

Moshe Strugano, 52 ans, a été inculpé mercredi de fraude boursière et de complot en vue de commettre une fraude boursière en lien avec l’acquisition en 2018 par Ormat Technologies Inc, une société israélienne spécialisée dans les énergies renouvelables, de US Geothermal, Inc, basée dans l’Idaho.

En réponse à une demande du Times of Israel, la source proche de Strugano a nié tout lien entre l’enquête menée à Londres et les options binaires, affirmant que le dossier concernait l’effondrement d’une firme d’investissement située au Royaume-Uni.

Selon l’acte d’accusation, qui a été déposé le 14 avril mais est resté scellé jusqu’au 20 avril, Strugano a reçu en 2017 des informations matérielles non publiques de la part du responsable des fusions et acquisitions d’Ormat, une grande société israélienne d’énergie thermique, concernant leur acquisition prochaine d’US Geothermal. Il aurait utilisé ces informations pour acheter des actions de US Geothermal avant l’annonce de l’acquisition, puis les aurait revendues immédiatement après, réalisant ainsi un bénéfice de 1,2 million de dollars.

Le procureur américain Damian Williams a déclaré dans un communiqué de presse que « Moshe Strugano, un avocat d’affaires, a fait commerce d’informations non publiques à des fins personnelles. Les actes qui lui sont reprochés témoignent d’un mépris éhonté pour les lois destinées à maintenir des règles du jeu équitables pour les investisseurs ».

Selon l’acte d’accusation, entre septembre 2017 et janvier 2018, Strugano aurait acheté pour plus de 2,7 millions de dollars d’actions US Geothermal, acquérant ainsi une participation de 3,8 % dans la société.

Une accusation parallèle a été annoncée mercredi par la Securities and Exchange Commission. Les accusés sont Strugano et son ami Rinat Gazit, dont le nom n’est pas mentionné dans l’acte d’accusation du ministère de la Justice. Tous deux ont été accusés par la Securities and Exchange Commission (SEC) de délit d’initié.

Rinat Gazit (Crédit: Capture d’écran Facebook)

La plainte de la SEC décrit Gazit et Strugano comme des « amis proches et personnels » qui se fréquentaient et échangeaient régulièrement sur WhatsApp et par courriel, parlant de « leurs familles, de voyages et d’opportunités commerciales. » En 2017, Gazit était en charge des fusions et acquisitions chez Ornat.

Le 19 décembre 2017, le jour où Ornat a décidé d’acheter US Geothermal, Gazit aurait envoyé à Strugano un message disant « Nous étions avec [l’enfant de Gazit] à Peter Pan. Super spectacle ! Vas-y avec les enfants ».

Selon la plainte de la SEC, ce message WhatsApp était en fait un message codé « alertant Strugano que le conseil d’administration d’Ormat avait approuvé l’acquisition et qu’il devait commencer à acheter des titres US Geothermal. »

Au cours des mois suivants, Strugano aurait acheté pour des millions de dollars d’actions US Geothermal.

S’il est reconnu coupable, il risque jusqu’à 25 ans de prison, a déclaré au Times of Israel une source familière avec les directives en matière de condamnation, bien que les peines pour délit d’initié ne dépassent généralement pas quelques années. Le ministère américain de la Justice a annoncé le 20 avril qu’un mandat d’arrêt avait été émis et qu’il demandait l’extradition de Strugano.

Mme Gazit n’a pas répondu, à la date de publication, à un courriel qui lui a été adressé par l’une des sociétés dont elle est administrateur.

Dans un courriel adressé le 20 avril au Times of Israel, M. Strugano a déclaré qu’il avait été surpris d’apprendre les allégations du ministère américain de la Justice.

« Nous avons été surpris d’entendre les nouvelles qui ont été publiées. Nous rejetons les allégations qui n’ont aucune preuve et ne sont que d’étranges spéculations. Strugano & Co continuera à servir ses clients pour le bien de ces derniers. »

Le Times of Israel a écrit dans un article de juillet 2020 que Strugano avait été un client de la société de formation offshore Mossack Fonseca, comme en témoignent les documents de la fuite Panama Papers. En janvier 2021, Strugano a intenté un procès au rédacteur en chef du Times of Israel, David Horovitz, et à la journaliste Simona Weinglass, pour cet article qui le décrivait comme un acteur de premier plan dans le secteur largement frauduleux des options binaires en Israël. Strugano n’a jamais été mis en examen pour des actes répréhensibles présumés liés à son activité dans le domaine des options binaires.

Dans sa plainte de janvier 2021, Strugano a qualifié l’article du Times of Israel de « faux, calomnieux et dénigrant ». Le Times of Israel a fait valoir pour sa défense que l’article était factuel et véridique. L’affaire est en cours.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...